masculins / Fenerbah�- OL J-1

Le groupe lyonnais pour Fenerbahçe

Publié le 18 octobre 2004 à 14:51 par R.B

[IMG1478L]Ils seront <b>19 Olympiens </b>à monter dans l'avion dimanche après-midi en direction <b>d'Istanbul</b>. Aux 16 éléments retenus sur la feuille de match contre Caen viennent se rajouter, logiquement, Cris, Juninho et Wiltord. Rémi Garde, l'espion lyonnais, a vue jouer 2 fois cette équipe turque, dont le Brésilien Alex est le stratége...

Ils seront 19 Olympiens à monter dans l'avion dimanche après-midi en direction d'Istanbul. Aux 16 éléments retenus sur la feuille de match contre Caen viennent se rajouter, logiquement, Cris, Juninho et Wiltord.



Coupet, Puydebois - Réveillère, Cris, Cacapa, Diatta, Abidal, Gomez, Clément, Juninho, Essien, Diarra, Benarfa, Bergougnoux, Nilmar, Wiltord, Govou, Frau, Malouda.



L'entraînement prévu dimanche matin a été annulé.



Rémi Garde, l'espion de Paul Le Guen a vu jouer 2 fois cette formation de Fenerbahce; contre Prague à domicile et en Angleterre face à Manchester. Il ne supervisera pas cette formation ce week-end qui se déplace ce samedi à Gaziantep pour affronter Gazaiantespor. "Paul Le Guen choisit s'il faut le faire ou pas. Il n'est pas adepte du faire pour faire. En plus, cette ville étant proche de la Syrie, au niveau sécurité, ce n'était pas tout a fait sûr. Je serais mardi à Prague pour regarder Sparta -MU. Les Turcs? Je pense qu'ils se situent au dessus des Tchèques, mais ils sont capables du pire comme du meilleur. Défensivement, je ne les ai pas trouvés sereins en toutes circonstances, peut-être en raison d'absences. Leurs forces? Van Hooijdonk devant qui est aussi, et tout le monde le sait, un redoutable spécialiste de coup de pied arrêté; les 2 joueurs sur les côtés; la qualité de leur jeu aérien et le gaucher Brésilien Alex qui est capable de rester invisible pendant plusieurs minutes avant de faire la différence. Lui, c'est un vrai bon joueur. Quant à l'ambiance, il ne faut pas exagérer. L'époque où les spectateurs envoyaient divers ustensiles sur la pelouse est révolue. Les rencontres se jouent aujourd'hui dans un climat de sécurité".



R.B