masculins / PSV Eindhoven - OL

Le match vu de la capitale des Gaules

Publié le 13 avril 2005 à 10:35 par R.B

[IMG5193L]Un déplacement européen de l'OL se vit en priorité sur place mais aussi de France. Il y avait mardi, déjà, ce calme au siège du club qui accompagne toujours ces rendez-vous. Les nombreuses portes fermées sont synonymes de « <b>la transhumance</b> » vers le lieu d'importance. Les médias ont commencé à parler de l'événement… les premières nouvelles des <b>Pays Bas</b> arrivent « directement » sur le Site. Petit à petit, le match approche. Le soir, on se paie vite fait une pizza pour déguster en zappant <b>Bayern – Chelsea</b> et <b>Inter – Milan AC</b>. Avec un œil particulier sur le choc italien...

Un déplacement européen de l'OL se vit en priorité sur place mais aussi de France. Il y avait mardi, déjà, ce calme au siège du club qui accompagne toujours ces rendez-vous. Les nombreuses portes fermées sont synonymes de « la transhumance » vers le lieu d'importance. Les médias ont commencé à parler de l'événement… les premières nouvelles des Pays Bas arrivent « directement » sur le Site. Notamment la blessure de Pierre-Alain Frau qui prive Paul Le Guen d'une solution devant... et met l'ancien sochalien "en vacances" avant les autres. Saison terminée pour lui. Petit à petit, le match approche. Le soir, on se paie vite fait une pizza pour déguster en zappant Bayern – Chelsea et Inter – Milan AC. Avec un œil particulier sur le choc italien. Les Intéristes auront beau poussé, les Milanistes ne trembleront pas vraiment avec leurs deux buts d'avance acquis au match aller. Chevtchenko tuant les velléités de suspense en marquant à la 30ème minute de jeu. Ce Milan AC impressionne collectivement et individuellement. Le club lombard possède des monstres comme son buteur ukrainien bien sûr. Mais comment passer sous silence la qualité des Pirlo, Nesta, Stam, Kaka, Cafu, Gattuso (suspendu mardi soir), Maldini… et de cet incroyable gardien de but brésilien Dida, muraille infranchissable avec ses bras tentaculaires et son calme à toute épreuve, même lorsqu'il reçoit des projectiles dans son dos ou sur son épaule. Il est peut-être devenu aujourd'hui le meilleur gardien au monde. « J'ai joué avec lui au Brésil… je le connais bien… Il est vraiment impressionnant ; c'est un gros travailleur et en plus il est super gentil… Il m'a dit qu'à Milan, il avait encore progressé grâce au travail, notamment le travail tactique ». Propos que nous tenait Marcelo lors de notre séjour au Brésil. Il y eut bien sûr ces incidents gravissimes nés de la colère imbécile des supporters ( ?) de l'Inter ; l'arbitre allemand, M. Merk arrêtera la rencontre à la 74ème. Est-il le responsable de ce courroux en ayant refusé un but à Cambiasso ? Le 23ème homme s'est peut-être trompé, mais de grâce, cessons de tirer sur lui. Cessons ce genre de polémique que les ralentis télévisuels aggravent, surtout après avoir affirmé, quelques instants auparavant, qu'il était le meilleur au monde. Repenser l'arbitrage est un débat à conduire en dehors de la chaleur de l'action…



Milan AC sera donc l'adversaire de l'OL… ou du PSV Eindhoven en demi-finale. Le match aller aura lieu à San Siro sans Nesta suspendu. Au Stade Olympique de Munich, les Anglais de Mourinho ont rapidement mis à la raison les copains de Kahn, même si au final, ces derniers ont emporté pour l'honneur ce quart retour 3 à 2. Didier Drogba ? Le crack ivoirien a fait tourné en bourrique « le poète » Kovacs, marquant comme au match aller un but. « Les Blues » sont très costauds, réalistes et agréables à regarder jouer. Bon courage en demi à Liverpool ou la Juventus qui se coltinera Chelsea!



Les 2 premiers demi-finalistes connus, le réveil ce mercredi matin nous propulsait dès le café à la soirée du Philips Stadion. En passant devant les Lions de Gerland, les inscriptions, drapeaux, fleurs nous rappelaient le drame de samedi dernier. La joie, en pensant à cette qualification tant désirée, se ternissant aux souvenirs des conséquences de l'accident des supporters olympiens. La vie ne s'arrête jamais! En arrivant au siège, le calme enveloppe de manière plus conséquente encore le bâtiment quasi désert. Ouvrons la porte du bureau... place à la revue de presse…



« Le match de leur vie… On en parlerait dans Milan… On y croit vraiment… les clés du quart… Au cœur du PSV ». Autant de papiers sur le match PSV – OL. Ils occupent plus de 3 pages du quotidien l'Equipe. Mais on vous recommande tout particulièrement l'excellent exercice d'Hervé Penot dans « Un Lyon bien dans sa peau ». Un reportage au cœur du groupe olympien. Superbe et original… où l'on a la confirmation des talents de clown de ce diable d'Eric Abidal.



Pour Aujourd'hui en France, « le quitte ou double »… « le grand défi européen de Lyon »… « montrer qu'on est forts... avec Juninho »… « les petits conseils d'Escudé ». Le tout sous la plume de Christophe Bérard et de Willy Maisonnasse.



Enfin, le Progrès, a consacré 2 pages à « ce défi historique à Eindhoven ». Christain Lanier, Jean-François Gomez, Antoine Osanna et Stéphane Guiochon n'ont pas manqué un aspect du sujet : « Un bonheur à conquérir… Cris : un grand défi… Le Guen : il y aura des duels… Dans le sillage de Diarra… la bataille d'Eindhoven… la chaudière du Philips Stadion… Frau : saison terminée… et les fameux on dit que ». Dans le livre d'histoire de l'OL, ne seule page nous mène à une demi-finale européenne (Coupe des Coupes) perdue en 64 face au Sporting Lisbonne. Quarante et un an plus tard, la naissance de la « grande sœur » est espérée. Nous sommes tous d'accord avec la conclusion de « Jeff » Gomez.



Dans quelques heures… il sera l'heure. On imagine aisément les sentiments par lesquels vont passer joueurs, entraîneurs, dirigeants, président jusqu'au coup de sifflet de M. Nielsen. Pas sûr que les plus supporters des supporters aient la tête au travail ce mercredi. Il reste 10 longues heures à patienter avant de pousser ces Gones en demi.



R.B

Sur le même thème