masculins / Rétrospective

Le mois d’août

Publié le 03 juin 2014 à 10:00 par SC

En l’espace de 31 jours, les Lyonnais sont passés du tout au rien. Après avoir séduit lors de sa qualification européenne et de son entrée en matière nationale, l’OL a terminé le huitième mois de l’année avec quatre défaites.

Rien ne pouvait laisser croire que ce mois se clôturerait finalement sur un déluge. Le soleil était pourtant au beau fixe lorsqu’août avait pointé le bout de son nez. Le sourire sur le visage de Bedimo lors de sa signature de contrat en était un signe. La copie rendue lors des trois premières sorties lyonnaises en était une radieuse illustration.

Les Lyonnais ont d’abord fini le travail, commencé une semaine plus tôt. Ils s’imposaient sur le même score qu’à l’aller sur la pelouse des Grasshopper de Zurich, entérinant ainsi leur qualification pour le tour de barrages de la Ligue des Champions. Grenier, l’unique buteur, avait profité d’une passe décisive de Lisandro…une dernière offrande pour celui qui a tant donné sous le maillot lyonnais.

Les adieux du coriace argentin se faisaient lors du premier match de championnat contre Nice. Gerland lui rendra un vibrant hommage. Ses anciens coéquipiers fêteront l’attaquant aux 82 buts en lui offrant un festival offensif. Grenier, Lacazette, auteur d’un doublé, et Gourcuff, artificier de dernière minute, s’étaient chargés d’emballer le cadeau d’au revoir. Les Lyonnais étaient restés d’attaque quelques jours plus tard du côté de Sochaux avec une victoire 3 à 1. Le ciel semblait dégagé. Il s’était assombri brusquement.

La double défaite 2 à 0 contre la Real Sociedad en barrages de la Ligue des Champions a eu raison des ambitions lyonnaises de retrouver la Coupe aux grandes oreilles. L’horizon européen de l’OL passait désormais par la Ligue Europa. Sur la scène nationale, rien n’était comme avant non plus.

Alors que les Olympiens avaient marché sur l’eau lors des quatre premiers matchs avec une efficacité redoutable, ils connaissaient aussi une baisse de régime en L1. Sous le déluge, Reims venait créer la sensation à Gerland sur sa seule occasion. Le déplacement et la défaite à Evian précipitaient le navire lyonnais dans la tourmente. Le mois de septembre arrivant allait-il chasser l’orage ?


Voir aussi

Juillet I Août I Septembre I