masculins / Rétrospective

Le mois de mars

Publié le 10 juin 2014 à 10:00 par SC

Des épilogues renversants, des grimaces, des instants jubilatoires, des injustices…le scénario de ce troisième mois de l’année est rocambolesque. Le bilan sportif mitigé, peut-être immérité.

Ils n’avaient plus perdu de points sur leurs terres depuis la mi-décembre. Les Lyonnais ont pourtant mis tous les ingrédients lors de la réception de Montpellier. Il n’aura manqué que l’efficacité. Le podium ne s’est pas rapproché. Il aurait pu s’éloigner encore un peu plus après le déplacement à Bordeaux. Menés 1 à 0 et impuissants durant 92 minutes, les joueurs ont créé l’exploit, la sensation en renversant l’issue du match en seulement 120 secondes. Bedimo et Tolisso ont été à l’origine d’une folle joie sur la pelouse bordelaise (1-2). Sur leur petit nuage…

OL - ASMIls n’allaient pas en redescendre de suite. Les Lyonnais réalisaient une prestation remarquable lors du match aller des 1/8èmes de finale contre Plzen, en s’imposant largement 4 à 1. Plus rien ne semblait pouvoir leur arriver et on se laissait facilement rêver à un exploit contre Monaco. Les arbitres de la rencontre auront anéanti tout espoir de le réaliser. L’OL, qui avait fait jeu égal, est défait 3 à 2…sur trois buts hors-jeu. Préjudiciable sur le plan comptable dans la course à l’Europe.

Une scène continentale que les Lyonnais retrouvaient, non sans embûche. Alors que l’on pensait l’avance suffisamment grande pour aborder le match retour à Plzen en toute sérénité, il aura fallu batailler jusqu’au bout pour valider le billet pour les quarts. Sans un étincelant Anthony Lopes, le printemps européen ne se serait pas prolongé. De la souffrance, il en sera aussi question trois jours plus tard en Bretagne.

OL - ASSEMiguel Lopes, Dabo et Bisevac en auront notamment fait les frais. Les Lyonnais paient au prix fort leur victoire à Guingamp où il aura fallu serrer les dents jusqu’au coup de sifflet final pour empocher trois points précieux. Trois points, c’est aussi l’écart qu’il y avait avec Saint-Etienne, le prochain hôte de Gerland. Ce derby n’avait pas la même saveur que le précédent à Geoffroy Guichard. Les Verts s’imposent 2 à 1 et s’échappent. Mais, qu’en aurait-il été si l’arbitrage n’avait pas été une nouvelle fois aussi cruel ? Dur de le dire. Cette question revient…et reviendra.


Voir aussi

Juillet I Août I Septembre I Octobre I Novembre I