masculins / stage Autriche

Le point avec Rémi Garde

Publié le 11 juillet 2011 à 11:44 par R.B

Au lendemain du match amical en Autriche, Rémi Garde a fait le point après une première semaine de travail… Il fut question du groupe… du staff... et aussi de sa manière de fonctionner… Une interview à retrouver dans l’émission l’Estivale ce lundi à partir de 19h…

 

Samedi 12h dans un hôtel à une trentaine de minutes de Salzbourg après le décrassage qui marque la fin du stage autrichien. Résumé de la semaine avec Rémi Garde.

Rémi comment s’est passé ce stage (le lieu, contenu, joueurs, staff) ?

« Les conditions étaient excellentes pour s’entrainer, récupérer dans un cadre, une sérénité nécessaires en début de saison. Un temps agréable, ni trop chaud, ni trop froid. Ce stage a été intéressant. Cette période de la saison est toujours délicate et fastidieuse. On a essayé de lier l’incontournable, le travail physique,  et le ballon quand on pouvait. Les joueurs ont fait les efforts que l’on attendait d’eux. C’est satisfaisant au niveau de la concentration, de l’implication… Il y a eu aussi des moments de détente nécessaires. C’est important pour l’équilibre du joueur et du collectif. Le stage du staff s’est bien passé. On a recréé et créé des liens en accueillant par exemple Gérald Baticle. C’est très important que le staff soit uni, soudé pour préparer une saison qui sera certainement très difficile. Oui, globalement, il y a eu de la vie avec un début de responsabilisation des joueurs. J’ai expliqué qu’un certain nombre de choses leurs incombait. Après s’il le faut, j’interviens avec le staff. Mais l’autonomie d’un groupe est un bon baromètre pour la vie d’une équipe… En conclusio... c'est un bon début».

Est-ce-que ton nouveau rôle a débuté pendant ce stage ?

« Il a commencé dès que j’ai donné mon accord, car ce métier ne se limite pas à diriger une séance. Tous les à côtés sont nombreux et importants. Une partie de mon métier, celui lié au terrain, a débuté pendant ce stage. Ma façon de faire ? Naturelle par rapport à ce que je ressens. Je ne cherche pas à imiter. Je ne peux pas. Elle est guidée par le staff que j’ai constitué. Il met ses compétences en valeur. Mes compétences sont différentes. Est-ce-que l’on retrouve l’homme à travers ma fonction ? Je le pense. De la même manière que je dis aux joueurs que j’ai à faire aussi à des hommes… Moi, je ne suis pas dans l’animation de la séance pour diverses raisons liées à mon caractère, à la méthode… J’ai plus envie d’être pertinent en intervenant rarement. Mon message peut passer pendant la séance, mais aussi en dehors. Il me semble que mon staff a un rôle à jouer pour créer l’émulation, relayer mon message sous différentes formes…. Les joueurs reçoivent ainsi ces messages différemment. On prépare les séances ensemble en demandant ce que je souhaite. Après pendant la séance, je prends du recul pour regarder, analyser… »

La notion de plaisir est-elle incontournable ?

« Elle doit être présente. En ce moment, par exemple, on est dans une période difficile avec des charges de travail. Il y a de la souffrance, du dépassement de soi… mais tout cela doit déboucher sur du plaisir. C’est ma conception. Et le plaisir, c’est le ballon… la victoire… »

Est-ce-que tu ressens l’envie de revanche des joueurs ?

« Les joueurs sont des pros, très exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes. Ils savent que ce n’est pas en changeant que tout va redevenir rose. Eux, ils ont changé naturellement d’attitude et on le ressent. Ils nous accompagnent dans notre discours ».

Un mot sur le groupe à ta disposition ?

«Ce stage a permis d’avoir des enseignements. Un groupe qui manque peut-être d’équilibre à certains postes. Pour l’instant on travaille comme cela. Et j’attends déjà de récupérer des joueurs importants qui n’ont pas pu faire complètement la préparation en Autriche ».