masculins / OL 1 - Bayern Munich 1

Le point du courage

Publié le 22 octobre 2003 à 23:41

C'est avec un courage et un coeur énormes que l'OL a arraché le point du match nul ce soir face au Bayern de Munich grâce à but de Péguy Luyindula, l'homme en forme du moment, à trois minutes de la fin du match. Une fin de match d'ailleurs complètement folle durant laquelle les Champions de France, transcendés par un Gerland bouillantissime, auraient même pu arracher la victoire. Mais les Lyonnais sont déjà revenus de loin...



87e minute: l'OL est mené 1-0 depuis une bonne heure et un but de Makkay (25'). Jusque là les Gones ont tout tenté, mais face à une impressionnante défense du Bayern, rien n'y a fait. Pire même, sur une contre-attaque rondement menée, Roque Santa Cruz fut tout proche du 2e but, le but du break, le but du KO, celui de la fin des espoirs lyonnais, mais le poteau renvoyait la frappe du Bavarois (63').



Et puis, sur une énième offensive olympienne, Juninho décale impeccablement Malouda au coeur de la surface. Le Guyanais centre alors au 2e poteau et Péguy Luyindula surgit aux 6 mètres pour catapulter d'une superbe tête plongeante le ballon au fond des filets de Kahn ! L'OL revenait de loin... Car avant cela, avant cet instant magique, les Gones avaient souffert.



Les hommes de Paul Le Guen, qui alignait un 4-4-2 au coup d'envoi avec Elber et Govou en attaque soutenus par Essien et Juninho, démarraient pourtant tambour battant. Deux coup-francs plongeants de Juninho semaient même la panique dans la défense munichoise (9', 23'). Mais, ensuite, la machine bavaroise se mettait en route. Ballack obligeait déjà Coupet à effectuer un superbe plongeon pour sortir sa frappe enveloppée en corner (18'). On en arrivait alors à cette 25e minute, où ce même Ballack, décalait parfaitement Makkay, esseulé aux 6 mètres. L'attaquant du Bayern ne laissait pas passer une telle opportunité et crucifiait Coupet à bout portant.

1-0, le scénario semblait idéal pour les hommes d'Hitzfeld qui pouvaient dès lors laisser les Olympiens venir se casser les dents sur leur double rideau défensif. Incapables de trouver des espaces face à une équipe parfaitement regroupée, les coéquipiers de Müller en étaient, en effet, réduits à la portion congrue au niveau des occasions de but. Diarra était ainsi contraint de prendre sa chance de loin. Mais, sur une première frappe, le ballon passait assez largement à côté (34'), tandis que Kahn s'interposait sur une nouvelle tentative (38'). Même un coup-franc de Juninho à l'entrée de la surface, consécutif à une lourde faute de Kovac sur Elber filant seul au but, ne changeait pas la donne (45').

L'OL regagnait donc les vestiaires avec ce but de retard, ce qui n'était finalement pas une si mauvaise affaire puisque, sur deux contre attaques, Santa Cruz (30') puis Zé Roberto (33') avaient bien faillis enfoncer le clou.



Bref, tout restait possible au cours d'une seconde période qui repartait strictement sur les bases que la fin de la première, avec une équipe allemande bien regroupée derrière et des Lyonnais affichant beaucoup d'envie mais toujours bien trop brouillons pour véritablement inquiéter Kahn. Govou parvenait tout de même à placer une bonne frappe aux 18 mètres, mais le portier allemand veillait au grain (51'). Elber, alerté par Réveillère, ratait ensuite une reprise en extension (54'), avant que Juninho ne frappe largement au-dessus (57'). Et c'était à peu près tout pour ce premier quart d'heure de seconde mi-temps...

Et puis survint le tournant du match. Cette 63e minute et ce tir de Santa Cruz repoussé par le poteau. La sanction était passée très près et Paul Le Guen décidait alors de remodeler son équipe. Après avoir sorti Deflandre à la mi-temps pour Malouda, pour une composition ultra-offensive, l'entraîneur olympien appelait Luyindula et Carrière à la rescousse (66' et 70').



Et conséquence ou pas, toujours est-il que les Gones trouvaient enfin des espaces dans la défense bavaroise. Réveillère, repositionné à droite, parvenait ainsi à déborder côté droit et ajustait un centre en retrait au cordeau pour Essien qui plaçait une frappe surpuissante à 10 mètres, mais trouvait malheureusement... Elber sur sa trajectoire (70').

Qu'à cela ne tienne, l'OL remettait le couvert. Carrière trouvait ainsi bonne position de frappe dans la surface, mais Linke contrait en corner (75'). Puis le meneur de jeu lyonnais plaçait un tir terrible des 20 mètres qui filait juste à côté (78'). Il y avait incontestablement du mieux côté lyonnais. A tel point que Carrière, encore lui, se voyait offrir une énorme occasion sur un décalage de Luyindula, héritant du ballon aux 6 mètres, mais Kovac venait lui subtiliser au moment fatidique (79'). Les Champions de France venaient peut-être de laisser passer leur chance...



Heureusement, la suite allait démontrer le contraire: Luyindula égalisait et Gerland s'embrasait ! Il restait alors trois minutes, six même avec le temps additionnel, et le match prenait une tournure totalement folle ! Galvanisés à l'extrême par cette égalisation, les Olympiens, poussés par tout un stade, se ruaient à l'assaut de la victoire. Le Bayern prenait dès lors l'eau de toute part et l'OL était tout proche de conclure et de réaliser un incroyable renversement de situation. Elber se voyait ainsi offrir une balle de match dans les arrêts de jeu, mais Kahn sortait une parade hallucinante ! Cruel coup du sort pour l'ancien bavarois, salué d'ailleurs au coup d'envoi par ses anciens supporters, qui aurait tant aimé devenir le héros de la soirée... Mais la partie n'était pas finie. Réveillère, dans tous les bons coups en seconde mi-temps, ajustait un dernier centre, Luyindula le prolongeait alors d'une merveilleuse talonnade vers Carrière. But ? L'histoire aurait été trop belle... Le tir du lyonnais était contré et l'OL devait ainsi s'arrêter là.



Quoi qu'il en soit, c'est une sacré réaction qu'on produit les Champions de France. Et puis ce point arraché dans les derniers instants leur permet de reprendre la 2e place du groupe devant Anderlecht vainqueur du Celtic (1-0). La récompense du courage sans aucun doute...







TL
Sur le même thème