masculins / OL - ASSE J-2

Le point presse d'Alain Perrin

Publié le 24 août 2007 à 13:24 par R.B

Comme à son habitude, 48 heures avant un match, Alain Perrin a tenu son traditionnel point presse….

Alain comment avez-vous apprécié la venue des supporters jeudi à l’entraînement ?
« Les supporters sont venus témoigner leur soutien. Ils étaient là à titre amical. J’ai apprécié leur présence, leur comportement. Ils se montrent solidaires. Ils ne sont pas venus mettre la pression. Le derby est important pour eux et on le sait. J’ai discuté avec certains d’entre eux après l’entraînement. Je les ai remerciés ».

Que représente ce derby ?

« C’est d’abord l’occasion, dans la difficulté actuelle, de solidifier le groupe. Les anciens sont là pour savoir ce que cela représente. Je suis déjà content qu’il n’y ait pas eu de problèmes après les matchs internationaux. Je regrette de ne pas avoir eu le temps de faire un débriefing après Lorient. Mais au moins, les internationaux se seront aérés la tête. Un derby ne nécessite pas une préparation spécifique. Ce qui change, c’est surtout le domaine psychologique. Il faudra maitriser ses nerfs. Mon discours s’adapte au match à jouer comme à chaque fois. Pour une fois depuis longtemps, les conditions semblent plus favorables aux Stéphanois. A nous de montrer que nous sommes là».

Est- ce le bon moment pour ce derby ?
« C’est un gros match. Et les gros matchs, on aime les disputer avec tous ses moyens. Ce n’est pas le cas, vous le savez. On peut se réjouir de retrouver Kim et peut être Sidney. Il faudra jouer avec beaucoup de solidarité, de conviction. Il va resserrer les liens du groupe. Pour moi, il n’est pas plus important qu’un autre match. Il l’est pour le groupe. On sait que nous sommes dans une période difficile… et alors ? Cela s’est déjà produit par le passé. Cela me parait même normal dans une saison d’avoir ce genre de situation. Ce qui est important, c’est la réaction individuelle et collective. Jusque là les évènements nous ont été plutôt contraires. Le groupe n’agit certainement pas assez. Il a une marge de progression dans son jeu. Il faut aussi plus d’enthousiasme, plus d’engagement. Il faut qu’il se lâche d’avantage. Ce groupe n’est pas abattu par la défaite à Lorient. Pas plus qu’il n’est euphorique avec l’arrivée des 2 nouvelles recrues. Il sait que le club est actif. »

[IMG42457#R]Un mot sur les Verts ?
« Je suis déjà très content de voir mon ami Laurent Roussey sur le banc. Cette équipe possède des joueurs de valeur comme Ilan, Feindouno, Gomis… Elle a une capacité a joué vite vers l’avant. Elle peut nous contrer. La vigilance sera nécessaire. Les Stéphanois ont une organisation pas facile à contrôler. Ils ont notamment une rampe de lancement assez basse. Le danger de ces attaquants comme Ilan, Gomis, Feindouno, c’est aussi quand nous perdrons le ballon. La transition sera à surveiller. Pas question de se découvrir et d’offrir des espaces ».

Qu’avez-vous travaillé plus particulièrement ?
« J’ai insisté sur nos qualités offensives. Nous avons la plupart du temps la maitrise du ballon ; cela doit se traduire positivement en terme de réalisme, d’efficacité. J’ai revu le match à Lorient et il y a eu des choses intéressantes avant le 2ème but adverse. Evitons aussi de nous mettre un handicap en devant courir après le score. Keita ? Je n’ai pas eu l’occasion de parler avec lui. Grosso ? Il n’a pas de problèmes défensifs. Il a fait une erreur à Lorient. Il en est conscient. Nous n’allons pas le condamner pour autant. Govou ? On verra après l’entraînement de samedi s’il peut jouer. Il a ressenti une petite gêne à la cuisse. Son retard à l’entraînement de ce vendredi ? Pour ne rien vous cacher, il a eu une panne de réveil. Il passera à la caisse. Cela fait partie du jeu ; ce n’est pas grave. Je ne sanctionne jamais une équipe à travers un problème individuel. Les huis clos ? C’est un grand mot en ce moment. Avec le staff, nous piaffons d’impatience de retrouver de vraies conditions de huis clos. Samedi, nous irons le faire dans un stade de l’agglomération lyonnaise. L’attaquant ? C’est une nécessité. Je fais entièrement confiance au club sur ce sujet ».
Sur le même thème