masculins / OL - Metz J-2

Le point presse d'Alain Perrin

Publié le 21 février 2008 à 18:50 par R.B

Alain Perrin est revenu sur le match contre Manchester ; il a abordé la venue de Metz ; il a expliqué ses choix…

Alain comment analysez vous ce match contre MU avec 24h de recul ?
« Il y a des regrets bien sûr. On avait l’opportunité de ne pas prendre de but. J’aurais préféré faire 0 à 0 que 1 partout. Manchester est qualifié pour l’instant. C’est donc un résultat qui n’est pas favorable et même décevant par rapport à la prestation des joueurs. Il y a de la frustration. L’équipe a joué à son niveau mercredi soir. Elle n’a pas surjoué. Manchester fédère les esprits. Il ne faut pas oublier aussi qu’il y avait dans les matchs précédents des séquelles de blessures chez certains joueurs. L’équilibre ? C’est l’histoire d’un match ; un équilibre avec une orientation défensive. Cette orientation n’est pas notre façon de faire en championnat. A la limite, c’est plus facile de s’organiser dans cette compétition qu’en championnat ».

Pensez-vous déjà au match retour ?
«Non. Il y a 2 rencontres avant. La suspension de Réveillère ? Elle m’ennuie évidemment. Nous n’avons plus que 2 latéraux».

Pourquoi le choix de mettre Ben Arfa sur le banc ?
«Il n’est pas actuellement régulier dans ses performances individuelles et collectives. Son talent n’est pas en cause. Il n’a pas la même efficacité ; il se disperse trop sur le terrain et cela pénalise l’équipe. Il n’a pas joué en raison de son manque d’efficacité actuel offensif et non en raison de son registre défensif. Mais cela peut évoluer très rapidement. Je rappelle qu’il avait joué à Glasgow, face à Stuttgart… »

Metz ?
« Cette équipe ne lâchera pas. C’est un grand match pour elle. Elle n’a rien à perdre. Elle va élever son niveau de jeu. Elle est libérée de la pression du résultat. Les joueurs voudront se montrer. Nous, nous voulons renouer avec la victoire à domicile. Il faudra lutter contre la décompression ; faire le jeu. Il faudra garder cet état d’esprit de mercredi soir. Fabio Grosso a pris un coup au genou. On verra comment cela évolue ».

Allez-vous faire des changements ?
«J’apporterais de la fraîcheur. Il y a de la concurrence. La philosophie du jeu sera différente. Cris ? Il est opérationnel, mais je n’ai pas décidé s’il allait jouer ou non. La question se pose : on le réintègre maintenant ou plus tard. Si c’est plus tard, cela risque d’être plus compliqué pour le match retour à Manchester. Il y a des avantages et des inconvénients. Il y a des conséquences, notamment pour le joueur que l’on fait sortir, reposer ».

Que vous inspire la présence rapprochée de Bordeaux ?
« Bordeaux est effectivement à un point. Bordeaux a une belle équipe, mais nous sommes toujours devant. J’ai envie de dire que cela dépend d’abord de notre parcours avant celui des Girondins. Occupons nous de nous.