masculins / Monaco - OL J-2

Le point presse d'Alain Perrin

Publié le 13 mars 2008 à 13:36 par R.B

Lors de son point presse Alain Perrin a annoncé le forfait de Juninho et de Govou pour le déplacement à Monaco…

Alain, un point sur la semaine écoulée ?
« Nous avons eu une semaine pleine pour préparer Monaco. Les joueurs ont eu le temps de récupérer. Maintenant nous repartons sur une série de 3 matchs. Juninho a malheureusement une lésion musculaire ; c’est une histoire de 8 à 10 jours. Il sera absent à Monaco. Sidney a toujours mal à son tendon. Nous voulons qu’il récupère. Lui aussi sera absent. 2 forfaits de taille dans le même secteur de jeu. C’est forcément dommage. Alors je touche du bois pour qu’il n’y ait pas d’autres soucis. En contrepartie cela donnera du temps de jeu à d’autres ».

Ce déplacement à Monaco, comment l’abordez-vous ?
« Il fallait gagner à domicile contre Bordeaux. Nous l’avons fait. Maintenant, le titre se jouera à l’extérieur. Sur les 4 prochaines rencontres, nous allons en disputer 3 en déplacement, sans oublier la réception du PSG. On sait ce qui nous attend. C’est à l’extérieur que nous devrons faire la différence. Nous sommes dans une logique de calendrier. Nous devons mieux faire à l’extérieur, sinon Bordeaux va revenir. Monaco a une équipe intéressante dans toutes ses lignes avec des joueurs de qualité. Après, elle n’a pas eu forcément la réussite. Elle voudra comme toutes les équipes chez elles nous bousculer. Notre défi sera de l’emporter à Monaco en sachant que l’OL n’a plus gagné depuis très longtemps au stade Louis II. Il faut mettre tous les ingrédients dans notre jeu pour faire, d’une façon générale, un résultat à l’extérieur. La détermination pour obtenir ce 7ème titre doit se voir à l’extérieur ».

Est-ce que le sprint final est lancé ?
« Pas encore. Mais nous sommes à une période charnière. Démontrons nos qualités. Je veux de la continuité, de la régularité dans nos prestations, nos résultats. Les efforts à l’extérieur, par exemple, sont aussi à faire au niveau du mental ».

L’absence de Juninho peut-il vous amener à changer vos choix tactiques ?
« Elle ne remettra pas en cause le schéma global de l’équipe, même si cela me trotte toujours dans la tête et que je l’ai déjà fait et peut le refaire en cours de match. Après sur les choix des joueurs, il y a plusieurs paramètres qui entrent en ligne de compte. En choisissant de mettre Karim à gauche et Fred dans l’axe, je le fais, parce qu’il y a une bonne relation entre eux. Moi, je mets en place la meilleure formation possible pour gagner. A Manchester je pensais que cette solution n’était pas la bonne. Après je sais aussi que je ne peux pas demander tout et son contraire aux attaquants. Lorsqu’ils font des courses, il faut aussi se replacer. Et là il y a un risque de se faire prendre. Notre registre nous pousse le plus souvent à aller rapidement vers l’avant. Il faudrait parfois prendre moins de risques ; rejouer avec le milieu, jouer dans les pieds. On se heurte aussi à la nature profonde des individus qui composent le groupe ».

Où en sont Delgado, Crosas, Boumsong, Cris ?
« César n’a pas joué parce qu’il y avait beaucoup de concurrence dans son secteur. J’ai préféré l’expérience, les automatismes. Il a bien travaillé cette semaine. Il est compétitif. Pour Marc, c’est la même chose. Je pense à lui pour remplacer Juninho. Jean-Alain ? Je pense aussi à lui. On ne va pas faire souffler Cris. On réfléchit. Pour Cris, nous sommes attentifs. Il pourrait avoir un coup de barre. Son rôle dans le vestiaire ? Son retour avec celui de Greg a été important. Ils amènent leur professionnalisme. Ils apportent une dynamique favorable ».

Gérez-vous Monaco et Sochaux en même temps ?
« Il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre. Prenons les matchs les uns après les autres. On verra donc après Monaco. La gestion se fait par les temps de jeu ».