masculins / OL - PSG J-2

Le point presse d'Alain Perrin

Publié le 22 mai 2008 à 13:47 par R.B

Dernier point presse d’avant match de la saison pour Alain Perrin. Un point presse très détendu…

Les joueurs ont vidé leurs casiers de vestiaire. C’est la tradition. Ils ont donné leurs affaires immédiatement à des supporteurs ou ils ont chargé leurs véhicules pour les offrir plus tard. Scènes habituelles avant le dernier match de la saison. Comme la séance de tirs au but avant un match de Coupe. Vers 12h 45, Alain Perrin est entré en salle de presse.

Est-ce que c’est particulier de disputer une finale de Coupe de France ?
« Il y a du plaisir à jouer des finales. Nous avons envie d’être présents au rendez-vous. Il faudra gérer l’événement. Il faut la gagner cette coupe et pas la joueur. J’ai déjà parlé au groupe de la joie de remporter une telle compétition. Magique. Abordons ce match avec conviction, de l’engagement comme nous l’avons fait face à Sedan, Nancy, Auxerre. Le PSG a aussi des arguments, des joueurs de qualité ; le PSG est libéré du poids du maintien. Cela va faire une belle finale ».

Le groupe s’est-il bien remis au travail ?
« Oui. Il a fêté normalement le titre. Cela a fait du bien. Libéré d’un poids après ce titre ? Ce n’était pas le même poids que celui du PSG ».

Que pensez-vous du PSG ?
« Je l’ai déjà dit. Cette équipe a des arguments, des joueurs de qualité. Le PSG joue à domicile en plus d’être un club de coupes. Nous chercherons l’exploit de battre le PSG chez lui pour réussir ce doublé. N’oublions pas le contexte de nos succès cette saison en championnat face aux Parisiens. Et puis cette équipe n’a pas toujours eu de réussite cette saison. Le PSG jouera avec sa meilleure équipe en changeant simplement de gardien de but. Paul Le Guen ayant 2 ou 3 options. Cette équipe a un milieu très performant, agressif qui peut nous étouffer. La bataille du milieu sera importante ainsi que la capacité à bien jouer les contres ».

[IMG43118#R]Etes-vous confiant sur la présence de Jean-Alain Boumsong ?
« Le doute n’est pas encore levé. Nous attendrons le dernier entraînement. Pat Müller fera donc le déplacement avec le groupe. C’est un cas de conscience ; on comptait la situation personnelle de Pat. Ce que j’ai proposé au sélectionneur suisse ? Dès la fin d’entraînement, si Jean-Alain est apte, il pourra rejoindre la sélection. Je sais qu’il y a une part de risque au sujet de Jean-Alain. Il est en phase de cicatrisation. S’il est apte médicalement, nous aurons alors à décider s’il débute ou nous. Je ne veux pas casser un joueur. Sa saison n’est pas encore terminée et la gestion des changements est importante. Pas question de se pénaliser. Bodmer est actuellement favori pour jouer dans l’axe ».

Allez-vous reproduire le même schéma devant qu’à Auxerre ?
« Je n’ai pas envie de tout dire à Paul Le Guen. Vous connaissez la qualité de nos attaquants. Leur association est intéressante. A Auxerre, il y avait aussi une adaptation au système adverse. Pour l’instant, c’est ouvert. Il y a une logique globale de la gestion du match à trouver par rapport à l’équipe de départ et aux éventuelles 120 minutes, sans oublier la séance de tirs au but ».

Allez-vous reproduire dans ces derniers jours ce que vous aviez fait avec Sochaux ?
« Je ne suis pas superstitieux. On reste dans la routine des préparations. Il n’y a pas non plus de pression particulière. La Coupe, c’est un bonus, même si j’ai très envie de la gagner. Je suis encore frustré de notre élimination en Coupe de la Ligue. A l’OL on sent néanmoins le poids du passé dans cette Coupe de France avec la présence de Bernard Lacombe, Georges Prost. On a la responsabilité de donner le maximum pour tout l’environnement ».

Est-ce que les bruits de départs peuvent dstabiliser la préparation ?
« Cela ne pose pas de problèmes. Nous sommes dans la continuité de la saison, d’une carrière. Cela peut-être que du bonus pour les joueurs s’il y a un doublé au bout ».

[IMG43119#L]Avez-vous le sentiment de défendre votre trophée ?
« Un peu par jeu. Je pense qu’il y avait plus une notion de défense de titre de champion. Ce n’est pas une affaire personnelle. C’est l’équipe, le club qui gagne. J’ai envie de la gagner avec l’OL. La saison dernière, Sochaux était loin d’être favori face à l’OM. C’est toujours un match particulier ; on doit être capable de gérer l’émotion. Le rêve doit se traduire par des actions sur le terrain. Le doublé ? Vous travaillez pour réussir. Vous jouez pour gagner. Il y aura donc de la fierté en cas de succès samedi soir ».
Sur le même thème