masculins / Monaco-OL J-2

Le point presse de Claude Puel

Publié le 06 novembre 2008 à 16:40 par RD

Claude Puel s’est exprimé lors du point presse à 2 jours du déplacement à Monaco.

Arrive-t-on à une période où l’enchaînement des matches va commencer à peser ?
Il faut enchaîner, garder des résultats et avancer. On sait que ça n’est pas évident. Face au Steaua, j’ai senti dès la fin de la première mi-temps qu’on commençait à manquer de fraîcheur. L’avancée, ces derniers temps, est de rester cohérents, de garder de la solidité, de passer ces moments sans trop d’encombres. Parce qu’on reste disciplinés, organisés et ça nous permet de gérer des matches plus facilement comme on l’a fait contre Le Mans, ou, hier, de résister alors qu’on n’était pas très frais.

Depuis quelques temps, l’OL a du mal à enchaîner le passage Ligue des Champions – Championnat. Qu’en pensez-vous ?
C’est notre nouveau challenge à relever. On ne peut pas dire qu’on ait été très crédible que ce soit à Rennes ou à Auxerre, malgré les joueurs qui ont été alignés. Psychologiquement, on sait que cette Ligue des Champions prend beaucoup. Mais si on veut passer des caps, si on veut progresser, il faut être capable de pouvoir enchaîner. L’avant Ligue des Champions contre Le Mans a été assez probant, c’était bien mieux que les fois précédentes. Maintenant, il faut être capable de le faire après ces matches de Ligue des Champions et montrer qu’on est toujours là et capables d’enchaîner.

Quel regard portez-vous sur Monaco depuis le début de la saison ?
C’est une équipe un peu cyclique. Je les ai vus montrer un très beau visage contre Marseille. C’est une équipe qui avait montré beaucoup de qualités, beaucoup de consistance et du jeu. Et ils n’ont pas su enchaîner derrière. Ils restent sur deux victoires consécutives. Ils ont repris le moral, également une bonne qualité dans le jeu. Il y a des jeunes qui apparaissent, qui démontrent beaucoup de qualités. C’est une équipe en devenir, qui se construit, qui va encore, sûrement, avoir des hauts et des bas dans la saison mais qui a un potentiel jeune notamment intéressant.

Le match contre Monaco est il un match « comme les autres » pour vous ?
Ca fait un petit moment que je suis parti de Monaco, même si je considère que c’est chez moi et j’y ai ma maison. Cela fait sept saisons que j’ai quitté le club. Ce qui m’intéresse, c’est que l’OL soit capable d’aller s’imposer là-bas.

Juninho vous surprend-il quant à son niveau physique ?
Non il ne me surprend pas. Je suis très heureux de le voir à ce niveau là. On a des échanges assez souvent. L’important c’est de préserver Juni, car on sait qu’il ne va pas pouvoir enchaîner tous les matches. Je pense que c’est important de temps en temps de le laisser tranquille, de lui permettre de récupérer physiquement et psychologiquement. Il se connaît bien, il sait comment bien se préparer. Tant qu’il est frais dans sa tête et dans ses jambes également, car mettre des coups de pieds arrêtés, ça demande d’être bien physiquement sinon ce seraient des pétards mouillés. C’est un tout. C’est pourquoi c’est important de bien gérer Juni et de bien gérer l’effectif également.

Risque-t-il d’être préservé à Monaco ?
Je verrai ça demain. Je ferai l’état des troupes. Je regarderai où en est chacun pour présenter un groupe et surtout une composition d’équipe qui puisse nous permettre de relever ce challenge.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la progression actuelle de l’OL ?
C’est un tout. Continuer les résultats, continuer d’avancer, marquer des buts, ne pas en prendre. C’est la normalité. Et puis, petit à petit, c’est qu’on se sente costauds ensemble et, dans cette période où on joue tous les 3 jours, penser qu’on a une base solide dans la gestion des matches, même quand on est moins bien. Quand on manque de fraîcheur, être capable de remporter des matches et de prendre des points. C’est la marque des grandes équipes. Il faut continuer de la sorte.

Sur le même thème