masculins / Grenoble - OL J-2

Le point presse de Claude Puel

Publié le 19 novembre 2009 à 19:20 par R.B

Retour sur l’Equipe de France… sur les prestations de Lloris… et évidemment propos sur le match à Grenoble…


OL - FIORENTINA

Mardi 24 novembre à 20h45
Stade de Gerland.

Claude qu’avez-vous pensé du match de l’Equipe de France mercredi soir ?
« Je suis heureux que cette équipe soit qualifiée même dans la difficulté. Pour tout le monde c’est un énorme soulagement. Le but français ? C’est malheureux pour les Irlandais. Ce n’est pas la première fois que ce genre de but est accordé dans un match et certainement pas la dernière. Il ne faut pas bouder la satisfaction de disputer cette Coupe du Monde. Il reste à Raymond Domenech, au staff, aux joueurs à progresser. Chaque chose en son temps ».

Avez-vous été surpris par la performance de Lloris ?
Il a fait deux matchs de très haut niveau. Mais je ne suis pas étonné. Il en avait déjà faits avec nous. Il a évolué à son niveau, un très haut niveau. Depuis qu’il est à l’OL, il a relevé tous les challenges. Il le fait avec conscience, qualité. Il a beaucoup progressé sur plein de petits détails. Rendons hommage à Joël Bats qui pousse ses gardiens. Hugo est bien dans ses baskets. C’est un leader à sa façon. Il a toujours une très bonne analyse. Il est très équilibré, il reste sobre ».

Pouvez-vous faire un point sur les blessés ?
« Toulalan continue de se soigner. Il est forfait pour Grenoble et très incertain pour la Fiorentina. On verra ensuite pour Rennes. Cléber, Réveillère et Gonalons ont reprise la course. Bodmer progresse. Clerc s’est entrainé normalement. Cissokho sera suspendu samedi. Qui va jouer arrière gauche ? J’ai décidé. Il y a plusieurs possibilités. Michel Bastos ? Pour le Brésil, il a les qualités pour occuper ce poste. A Lille, nous l’avions fait venir pour évoluer milieu gauche. »

Et Boumsong ?
« C’est bien de le retrouver. Cela arrive au bon moment avec la blessure de Toulalan ».

Grenoble ce samedi ?
« Ce match arrive après une trêve internationale. Il y a eu jusqu’à 13 joueurs absents. Une des spécificités d’un grand club. On sait que ce n’est jamais évident de travailler pendant ces périodes et de se reconcentrer très vite sur le match à jouer en ayant vécu pour la majorité des choses fortes émotionnellement. Cette équipe de Grenoble est très solide, bien structurée ; elle met de l’énergie dans son jeu. Elle a fait de bonnes choses contre Lille et Monaco. Elle offre un visage très loin de son classement. Elle n’a pas été récompensée de ses efforts. Si l’OL n’est pas présent dans sa tête, il peut perdre partout. Après, on le sait qu’il faut répondre présent mentalement. Ce genre de match fait partie des matchs les plus difficiles à disputer. Ils ne sont évidents à gagner après 15 jours de trêve en sachant que tout le monde s’attend à nous voir gagner. Nous avons une obligation d’être là dans l’état d’esprit ».

Comment expliquez-vous que l’OL marque beaucoup de buts en fin de match ?
« On peut y voir plusieurs considérations. Il y a le physique, le caractère, l’état d’esprit du collectif. C’est un équilibre à maintenir. C’est un tout. Un groupe vit des choses, se fixe des objectifs ».

Comment expliquez-vous tous ces buts encaissés à Nice et contre Marseille ?
« Je mets à part les buts encaissés à Nice. C’était un match particulier après le match à Liverpool. Contre l’OM, on a pris 4 buts après des phases arrêtées. A notre niveau, on ne peut pas se permettre de le faire. La fatigue, certes, mais aussi le manque de concentration sont certainement à l’origine de ces buts. Cela concerne toute l’équipe et pas seulement le secteur défensif. Il faut rectifier ce genre d’absences ».