masculins / OL - Bordeaux J-2

Le point presse de Claude Puel

Publié le 11 décembre 2009 à 14:00 par R.B

L’entraineur lyonnais a confirmé le forfait de Govou, l’importance du match contre Bordeaux, même s’il considère qu’il ne sera pas décisif pour le titre…

Après un point sur l’infirmerie qui a confirmé le forfait de Govou, élongation adducteur gauche, et les absences de Bodmer qui ressent toujours une gêne (ischio), de Toulalan qui va retoucher le ballon la semaine prochaine sans avoir pour autant une date de reprise, et de Clerc (genou) qui consulte, place aux différentes question.

Que pensez-vous de cette équipe de Bordeaux ?
« Elle est dans la continuité de la saison dernière avec un collectif en place. Elle est dans une bonne passe après une période un peu plus délicate qu’elle a su bien gérer. Actuellement, elle est bien au niveau des résultats, même si cela lui arrive de se faire bouger (PSG). Il y a des points où elle est plus performante que d’autres ».

Est-ce-que ce sera un match à aborder avec de l’orgueil ?
« Si il en faut pour élever notre niveau de jeu, oui. Mais on ne prépare pas une telle rencontre uniquement sur cet aspect. Je recherche avant tout la solidité, la qualité. Ce qui est important, c’est de retrouver nos bases comme nous l’avons fait face à Debrecen. Là, il faudra le montrer en élevant encore notre jeu. Les problèmes rencontrés dans le jeu? Je n’ai pas envie de faire un bilan. Les bilans se font en fin de saison. Ces problèmes peuvent être tactiques, physiques, mentaux. Dimanche, nous avons la possibilité de se mettre au niveau du Bordeaux actuel. C’est cela qui m’intéresse ».


"Contrôler les couloirs, faire attention aux coups de pied arrêtés..."

 

Ce match peut-il être décisif pour le titre ?
« Le championnat est long. Chaque équipe connait des passages plus difficiles qu’il faut savoir gérer. Ce match ne sera pas décisif. Ce qui m’importe c’est le contenu de notre jeu. Ce sera un match de costauds. Bordeaux est capable de mettre beaucoup de densité physique. Après on verra l’évolution du score pour savoir si ce match sera ouvert ou fermé. J’espère que nous ne l’ouvrirons pas (en  souriant). Nous l’avons suffisamment fait ces derniers temps. La clef ? Contrôler par exemple les couloirs, faire attention aux coups de pied arrêtés… »

Bordeaux est-il favori ?
« On peut le concevoir en regardant les dernières performances de chaque équipe ».

Comment réagissez-vous aux divers commentaires suscités par les résultats du moment ?
« Les problèmes ne tendent pas mes relations avec le groupe. Il faut de la sérénité, du recul, de la lucidité. On sait qu’à l’OL, il y a un environnement, notamment médiatique, bien présent. Cette présence peut être positive et négative. Moi, ce qui m’intéresse, c’est d’avoir d’abord des objectifs de jeu. Nous ne sommes pas là pour réagir. Nous sommes là pour gagner, pour avancer. Le Président est avec ses joueurs, son staff. Le Président défend son club et il le fait très bien. Moi, je ne suis pas en attente de son soutien. Comment je réagis à ces épreuves ? Elles me renforcent. Elles constituent un très bon challenge à relever ».

 

Sur le même thème