masculins / Nancy - OL J-1

Le point presse de Gérard Houllier

Publié le 16 mars 2007 à 15:01 par R.B

Gérard Houllier a tenu son point presse avant l’entraînement du jour à huis clos. Il s’est exprimé aussi sur les sujets d’actualité…

Le groupe:

Coupet,Vercoutre - Clerc, Müller, Squillaci, Berthod, Abidal, Källström, Tiago, Diarra, Fabio Santos, Juninho, Wiltord, Govou, Benzema, Ben Arfa, Baros, Fred.

Gérard un mot sur Nancy et ce match ?
« C’est un match important ; un pas supplémentaire vers notre objectif numéro un qui est l’obtention du titre. En plus, nous jouons 24 heures avant Lens. Il faut en profiter pour soigner la performance et le résultat. Nancy ? C’est une équipe qui est en train de se stabiliser. La 2ème saison est toujours plus difficile. Cette équipe a fait une bonne première période de championnat. Elle va se maintenir. Elle a un groupe de qualité ».

Est-ce-que vous jouerez avec 2 attaquants en Lorraine ?
«Cela ne se fera pas à Nancy… je ne le pense pas… à moins que je change d’avis. Il faut tenir compte de la part de logique, de psychologie, de mérite. Et puis je ne veux pas vous donner d’indication sur mes choix. Je peux juste vous dire qu’Abidal jouera ».

Comment était le groupe lyonnais cette semaine ?
« Il était fatigué logiquement en début de semaine après les matchs contre St-Etienne, Rome et Marseille. En plus, nous avons joué sur des terrains difficiles qui ne nous avantagent pas. Mercredi, l’entraînement a été de qualité ; et ensuite pour couper la routine, il y a eu repos jeudi. Mais nous ne sommes pas fatigués pour autant. Je ne coupe pas la routine pour le plaisir. Je cherche juste l’efficacité ; ce qui est bien pour le groupe ».

Que vous inspire cette période où les joueurs s’expriment sur leur avenir ?
« Je respecte les projets individuels de chacun. Mais l’avenir des joueurs dépend du présent. Cela ne me choque pas. J’ai déjà vécu ce genre de situation en Angleterre. Dans le football, tout est normal et anormal. En France, j’ai dépassé désormais le stade de l’étonnement. Je fais confiance aux joueurs. S’ils veulent signer des contrats, il faut qu’ils se bougent le popotin ».

Que vous inspirent les propos et les choix de Raymond Domenech ?
« Je n’ai plus rien à dire sur l’Equipe de France. Et s’il y a 9 lyonnais contre l’Autriche, je m’adapterais. J’ai rencontré Raymond Domenech le jour de la venue de Marseille au sujet de Robert Duverne. Cela s’est bien passé ».
Sur le même thème