masculins / Lens - OL J-3

Le Policier est de retour à Tola Vologe

Publié le 17 janvier 2008 à 15:54 par R.B

Cris est revenu mercredi à Lyon. Il se trouvait ce jeudi matin au centre d’entrainement de Tola Vologe et a répondu à la presse après une séance de musculation…

Le Policier est de retour dans ses murs. La silhouette n’a pas changé ; l’envie est toujours présente ; la force qu’il dégage aussi. On le sent impatient de retrouver la compétition. « Bien sûr que j’ai envie de rejouer. J’ai suivi de nombreux matchs au Brésil… ». Comment va-t-il ? « Cela va bien. Je n’ai pas de douleur au genou. Je me suis bien préparé au Brésil sur les installations des Corinthians, mon club formateur. J’ai fait ma rééducation avec Paulo et Beto, 2 kinés. J’ai même tapé dans le ballon ».

Le défenseur central peut-il avancer une date de reprise ? « Le coach décidera. Moi, je me fixe le match aller contre Manchester ; après on verra. Je vais passer vendredi des examens de contrôle. Nous en serons plus ensuite. » Quand on lui dit que l’OL encaisse beaucoup de buts depuis son absence, Cris avance ses arguments. « Je ne vais pas tout changer en revenant. On prend beaucoup de buts, mais on en marque beaucoup aussi. Nous sommes leader du championnat et qualifiés en Coupe de France, en Champions League. Qu’est-ce qui a changé depuis ma blessure ? L’avènement de Karim et d’Hatem. On m'a parlé énormément de Karim au Brésil ».

Cris de retour, un certain nombre de questions viennent évidemment à l’esprit. « Le brassard de capitaine… ce n’est pas sûr. On en discutera. Quel côté de la défense ? Je jouerais où le coach me dira de jouer. Maintenant je dis ce que j’ai toujours dit : je préfère jouer côté droit, parce que ma jambe d’appui est la gauche et parce que ma jambe droite est la plus forte ».

Cris n’a pas oublié son Français, même s’il fait mine parfois de le faire croire. Gai, c’est un qualificatif qui lui sied souvent. Il avoue cependant : « cela a été une épreuve très difficile ; cela a été dur mentalement, mais je n’ai jamais douté un seul instant ». Kléber Anderson ? « C’est un bon joueur ; il faut lui donner du temps pour qu’il s’exprime pleinement. Fred ? J’ai parlé avec lui plusieurs fois. La seule chose que je peux répondre : cela dépend de lui ; s’il a envie de partir, il faut qu’il parte. »

Cris a quitté vers 13h le Centre d’Entraînement. Il est dans la dernière ligne droite de sa rééducation. Et tous les supporters olympiens ont hâte de le voir en crampons. Il y a fort à parier que le staff et le groupe pensent la même chose.
Sur le même thème