masculins / Bordeaux - OL J-2

Le président Aulas à Tola Vologe

Publié le 05 avril 2010 à 18:30 par R.B

En ce Lundi de Pâques, Jean-Michel Aulas est venu à Tola Vologe. L’occasion de voir le groupe lyonnais… l’occasion de revenir avec lui sur ce week-end avant le match retour à Bordeaux…

Président avez-vous parlé aux joueurs ?
« Non pas de manière collective. Les regards suffisent et valent mieux que les longs discours. C’est le cœur qui parle. Il fallait être là. C’est un lundi de Pâques exceptionnel à l’avant-veille d’un grand match. C’est une période excitante. Le meilleur peut en effet nous arriver. Mais c’est aussi une période angoissante. Nous n’avons jamais été aussi proches d’une qualification pour le dernier carré. Il y a beaucoup d’attente avec ce match à Bordeaux ».

Est-ce le plus grand moment que vous vivez avant une rencontre ?
« Je me souviens aussi des moments avant le PSV, Milan AC. Nous pensions bien passer l’obstacle, même si les conditions étaient moins favorables. Certes Bordeaux a marqué un but à Gerland et reçoit pour ce match retour. A nous de faire en sorte de vaincre le signe indien à l’occasion de ce 4ème ¼ de finale. »

Parlez-nous de ce week-end Pascal ?
« J’avais dit après la défaite à Marseille que la qualité du jeu était positive. Là, je retiens après Rennes, au-delà de la victoire que nous avons vraiment bien joué en bloc face à une équipe qui ne nous avait pas spécialement réussi ces derniers temps. Je retiens donc la manière avant tout. C’est ce qui nous fallait avant ce match à Bordeaux. Après la première place est anecdotique, symbolique. Les 6 équipes de tête se tiennent en peu de points. Le point positif, c’est l’écart avec Rennes. Cela fait désormais 5 concurrents et non 6 ».

Les féminines, la Super League Formula, la Gambardella ?
«  Une semaine exceptionnelle pour l’OL. Il y a ce match à Bordeaux, mais aussi le match aller face à Umea pour les féminines. Pour un club comme l’OL qui peut revendiquer ces deux rendez-vous européens, c’est exceptionnel. L’OL est le seul club européen dans ce cas, même si la Coupe d’Europe féminine n’a pas la même aura que celle des hommes. C’est formidable pour le club, ses dirigeants. C’est une époque incroyable et si les Dieux voulaient nous être favorables… En Super League Formula, Sébastien Bourdais faisait ses débuts avec une voiture qu’il n’avait pas testée avant ce grand prix à Silverstone. Il m’avait confié qu’il lui faudrait deux ou trois courses pour être au point. Et là, il a déjà remporté une manche. Un grand bravo à lui et à son équipe. La défaite de l’équipe Gambardella a vraiment été la mauvaise nouvelle du week-end. Le talent était bien présent. Mais Metz n’était pas plus fort, mais a montré plus de motivation. C’est un rappel. C’est un nouvel échec pour ce groupe. Il reste le championnat et j’espère que cette équipe va se rattraper. Elle nous doit une revanche ».

Avez-vous hâte d’être à mercredi ?
« Il faut savourer chaque seconde avant ce match. Prendre son temps en mettant tous les atouts de notre côté comme fait le staff… Il faut faire en sorte de ne rien oublier. Après, c’est vrai que l’on passe par des hauts et des bas dans ses sentiments. Mais il est préférable, comme avant le déplacement à Madrid, d’être dans le doute que dans la sérénité ».

Sur le même thème