masculins / Ligue des Champions

Le programme de mardi

Publié le 18 août 2009 à 10:51 par BV

Cinq matches de barrage aller de la Ligue des Champions se disputeront ce soir. La plupart des favoris évolueront à l’extérieur.

Face au Celtic Glasgow, Arsenal, qui a perdu à l’intersaison Adebayor et Touré, devra faire sans Rosicky, Walcott et Nasri blessés. Les joueurs d’Arsène Wenger, qui ont idéalement débuté leur saison en balayant Everton sur sa pelouse (1 – 6), n’ont pas le droit à l’erreur face à une formation écossaise qui présente un bilan à domicile contre les clubs anglais positif (4 victoires, 3 nuls et 1 défaite).

Stuttgart, qui vise une seconde participation consécutive à la Ligue des Champions, découvrira Timisoara. Qualifiés pour les barrages au prix d’une bonne fin de saison, les Allemands se méfieront d’une formation roumaine inconnue qui affiche pour fait d’arme d’avoir sorti au tour précédent … le Shakhtar Donetsk, champion d’Ukraine et vainqueur de la dernière Coupe de l’UEFA.

[IMG50129#R]Entre le Sporting Portugal et la Fiorentina la qualification pourrait bien se jouer à pas grand-chose, la double confrontation entre Italiens et Portugais semblant, sur le papier, la plus équilibrée des dix barrages. Les Lusitaniens, qui viseront une quatrième qualification d’affilée en phase de poules affichent un bilan catastrophique face aux clubs transalpins : 4 victoires en 23 matches.

Le FC Sheriff peut-il devenir le premier club moldave à disputer la phase de poules de la Ligue des Champions ? Sa participation aux barrages est déjà une première pour la Moldavie. L’Olympiakos, cherchera de son côté à retrouver une compétition dont il était un habitué jusqu’à la saison passée.

Après Famagouste, il y a un an, le football chypriote pourrait placer un autre des siens sous les feux des projecteurs européens si l’Apoël Nicosie se défait de Copenhague. Absents depuis deux saisons, les Danois devront faire la différence à domicile s’ils veulent s’épargner un retour à Chypre forcément incertain.
Sur le même thème