masculins / Tignes

Le retour des Gones à Tola Vologe

Publié le 02 juillet 2007 à 19:00 par SR

Ce lundi 2 juillet 2007 a été marqué de retrouvailles et de présentations à Tola Vologe. Le nouvel entraîneur des Gones et ses joueurs ont effectué une première prise de contact avant de plier bagage pour retrouver Tignes.

Le premier entraînement de la saison a permettait aux nouvelles recrues Belhadj, Keita et Bodmer de découvrir le groupe OL, les installations, de s’acclimater, de prendre place… Le premier se retrouve aux côtés de Cris. Les 2 ex-lillois ont élu domicile près de Coupet. Et devant le vestiaire vide d’Eric Abidal, Wiltord, Govou et Benzema se marraient « On ne l’a jamais vu jongler, maintenant qu’il a signé au Barça, on le voit jongler devant les caméras, sur la pelouse du Nou Camp…»

Ce fut aussi le jour du discours du président Jean-Michel Aulas « un moment d’appréhension, d’aventure. C’est une nouvelle aventure qui commence et j’espère qu’elle va être au moins aussi belle que les précédentes, peut-être même encore plus belle » (lire l'article)

Un discours que le néo-Lyonnais Mathieu Bodmer découvrait avec satisfaction « C’est vraiment différent de ceux que j’ai pu entendre au LOSC. C’est normal, on sent beaucoup plus d’ambitions et de moyens dans les propos du président Jean-Michel Aulas. » Le milieu de terrain habitué des stages de préparation avec le LOSC compte bien s’intégrer en un tour de main dans ce groupe où il fait bon de vivre. « J’étais impatient de retrouver mes nouveaux coéquipiers. Le stage tombe bien pour faire connaissance, découvrir les gens, s’intégrer. Je m’attends à souffrir, à trimer, mais il faut passer par là pour être au poil pour la saison à venir. Puis devant la dureté de la tâche, des affinités se créent. »

[IMG42203#R]Ce fut également un jour spécial pour le nouvel entraîneur, Alain Perrin, qui dispose enfin de la totalité de son groupe, à l’exception de Fred, blessé lors de la Copa America (fracture du 5ème métatarse). Un discours d’accueil, un entrainement et une conférence de presse avant le départ pour Tignes, on peut appeler cela une reprise chargée. Plusieurs points ont été évoqués devant les journalistes : « Question recrutement ? Début juillet, le timing ne correspond pas avec certain championnat. En Angleterre par exemple, les clubs reprennent bien plus tard. Toutefois, certaines choses devraient s’éclaircir cette fin de semaine. Florent Malouda ?Il est bien là ce matin. Il a fait part de son désir de partir et si l’on devait perdre notre côté gauche international, on ne peut pas dire que l’on soit totalement perdant car je crois beaucoup en l’éclosion de Hatem Ben Arfa. Il faut savoir qu’en arrivant à l’OL, Malouda et Abidal n’étaient pas encore internationaux. Concernant Sylvain Wiltord, il est sollicité par des clubs qui lui permettraient d’avoir plus de temps de jeu qu’ici. Cela compte beaucoup pour un joueur en fin de carrière. Alou Diarra, lui, n’était pas satisfait de son temps de jeu l’an passé. La concurrence sera toujours présente cette saison. Des opportunités anglaises se manifesteront très prochainement et lui proposeront un statut de titulaire… Patience.

Du côté des arrivées, ma préférence va vers Armand pour le remplacement d'Eric Abidal sur le flanc gauche. Il connaît bien le championnat de L1 et sa polyvalence est intéressante. L’interiste Fabio Grosso constitue une autre piste.
» Des départs, des arrivées… le system de jeu peut être bouleversé « je souhaite mettre les joueurs dans les meilleures conditions possibles. Il est possible que l’on commence la saison en 4-3-3 et que l’on évolue par la suite vers un 4-2-3-1. »
[IMG42204#L]Enfin, avant de prendre la direction de Tignes, l’entraîneur n’a pas hésité de revenir sur l’ambiance dans le vestiaire lors de ce premier rendez-vous « On a perdu des joueurs importants, des acteurs dans le vestiaire comme Abidal, Tiago¦ On remet le compteur à zéro à chaque début de saison et les arrivées nous renforcent sur le terrain mais aussi dans le vestiaire. On est attendu et les premières performances nous diront si l’on est dans les temps. Moi, je n’ai pas de pression particulière, je fais mon métier, tout simplement »