feminines / #VFLWOL

Le stade Citta del Tricolore prêt à accueillir la finale

Publié le 25 mai 2016 à 11:43 par SC

C’est dans la ville italienne de Reggio d’Emilie que les Lyonnaises tenteront de décrocher une troisième couronne européenne.

Après l’Espagne en 2010, l’Angleterre en 2011 et 2013, l’Allemagne en 2012, c’est au tour de l’Italie, une autre place forte du football européen, d’accueillir les finales de la Ligue des Champions. Le choc au sommet entre l’OL féminin et son homologue de Wolfsbourg se dispute dans la ville de Reggio d’Emilie, situé dans le nord du pays. Son Stadio Citta del Tricolore est l’antre actuel du club de Serie A de l’US Sassuolo et du club de troisième division, l’AC Reggiana. Construit en 1995 pour remplacer le vétuste Stade Mirabello et financé notamment par un millier de supporters, les tifosis, le désormais Mapei Stadium a une capacité de 21 500 spectateurs.

Même si les tribunes devraient être copieusement garnies pour l’événement, le record d’affluence de la compétition ne sera pas battu. Loin de là. Lors de la finale de la Ligue des Champions de 2012, ce sont plus de 50 000 spectateurs qui avaient assisté au duel entre les deux cadors du football féminin, l’OL et Francfort, remporté par les Olympiennes. Depuis, aucune rencontre féminine n’a attiré autant de spectateurs.

...

Les stades et affluences des quatre finales :

  • 20 mai 2010, OL – FFC Potsdam (0-0, 6-7 tab) au Coliseum Alfonso Pérez à Getafe, 10 372 spectateurs.
  • 26 mai 2011, OL – FFC Potsdam (2-0) au Craven Cottage à Londres, 14 303 spectateurs.
  • 17 mai 2012, OL – FFC Francfort (2-0) au Stade Olympique à Munich, 50 212 spectateurs.
  • 23 mai 2013, VfL Wolsbourg – OL (1-0) à Stamford Bridge à Londres, 19 278 spectateurs.

 

...

Du spectacle aussi dans les airs. Avant que la pelouse du Stadio Citta del Triclore ne devienne terre de jeu, les spectateurs pourront admirer le passage de la Frecce Triccolori. La formation aérienne acrobatique de l’armée italienne s’envolera pour une démonstration renversante dans le ciel de Reggio d’Emilie. Lieu hautement symbolique pour les trois couleurs du drapeau italien. C’est en effet dans cette ville du Nord que la bannière tricolore du pays a vu le jour en 1947, le nom du stade faisant ainsi référence à cet événement historique.


Sur le même thème