masculins / Lens 0 - OL 1

Lens-OL: Ils sont vraiment imbattables...

Publié le 06 novembre 2004 à 22:16 par R.B

[IMG3135L]L'OL a imposé sa loi dans le Nord, grâce une nouvelle fois à son formidable collectif qui a maitrisé la majeure partie de la rencontre. Un cinquième succès à l'extérieur pour le leader invaincu. Après sa qualification pour les 1/8ème de finale de la Champions League, le champion de France balaie tout sur son passage dans l'hexagone...

A Lens, Stade Bollaert, Lens 1 OL 0 (mi-temps 0 à 1) ; temps : pluvieux; spectateurs : 40 000; terrain : glissant; Arbitre : M. Vileo (Aquitaine)



Lens : Itandje – Cubillier, Gillet, Bak, Assou-Ekotto, Diarra, Keita, Carrière (cap) (puis Rosario 74ème), Leroy (puis Thomert 46ème), Utaka, Cousin.



OL : Puydebois – Réveillère, Cris, Diatta, Abidal (puis Berthod 83ème), Essien, Diarra, Clement, Frau (puis Govou 61ème), Nilmar (puis Bergougnoux 74ème), Malouda.



Buts : pour OL, Itandje (csc 35eme)



Cartons jaunes pour l'Ol, Diarra (59ème), Berthod (89ème) ; pour Lens, Keita (49ème), Bak (68ème), Assou Ekotto (71ème), Gillet (90ème)



« Les gens du Nord ont dans le cœur le soleil qu'ils n'ont pas dehors »… Vous connaissez ce refrain du bon Enrico Macias, supporter devant l'éternel du PSG, même s'il a reconnu dans les colonnes de l'Equipe Magazine de ce samedi qu'il avait des problèmes pour s'identifier à ce qui se passait actuellement dans « son club ». Qu'importe les déceptions du chanteur français… il faudra à priori beaucoup de cœur aux Lyonnais pour se sortir indemnes de ce premier enfer du Nord en 5 jours. Les partenaires de Sidney Govou iront en effet à Lille mercredi en Coupe de la Ligue.



Du cœur à défaut de soleil après les coups durs à répétition en l'espace d'une semaine. Genoux en vrac, cheville douloureuse, cuisse faiblarde ; Cacapa, Coupet, Juninho et Wiltord sont restés au chaud chez eux. Et cela durera un bon bout de temps pour les 2 premiers. Orphelins de ces 4 incontournables, l'OL change de visage dans cette ligne droite les amenant à la trêve de Noël. Comment vivre et gagner sans l'immense « Greg », 328 matches de Ligue 1, dans sa cage ? Honnêtement, on s'interroge… tout en faisant entièrement confiance à Nicolas Puydebois, 4 rencontres de Ligue 1, chaque fois rassurant lors de ses intérims. En ajoutant l'absence de Captain Claudio, il est évident que la défense olympienne va devoir se restructurer rapidement pour garder cet hermétisme. Orphelins au stade de Bollaert du pied droit magique de « Juni », si précieux face à Fenerbahçe, et du talent de « Nino », les Gones ont un sacré défi à relever : rester invaincus et pourquoi pas garder la tête de la Ligue 1. Est-ce trop leur demander ? Si on ajoute, aux bleus au corps, la fatigue accumulée et l'envie des Lensois en manque de points, nous serions tentés de répondre… oui.



Mais allez savoir avec ce groupe de super costauds, considérablement rajeuni toutefois en terme de matches disputés en Ligue1 ! Dans le sillage du tatoué Cris, du tandem africain, Diarra-Essien, en milieu de terrain, le reste de la troupe a tout ce qu'il faut dans sa tête et ses crampons pour ne pas perdre le Nord ce soir. Avouez qu'il y a encore une belle page de l'histoire lyonnaise à écrire en tenant compte des événements recensés.



Les Sang et Or n'ont pas bonne mine. Ils ont quitté l'été en pente douce, pour s'installer dans un automne maussade. « Nous voulons retrouver le sourire… ». Eric Carrière n'est pas venu à Lens pour se faire des cheveux blancs ! Il veut guider ses partenaires vers un succès, le troisième de la saison ; en connaissant les intentions de son ancienne maison. Son gabarit de « souris » trouvera-t-il l'inspiration ? Sans doute une des clefs indispensable des siens pour ouvrir la forteresse visiteuse. Sans oublier, certainement, au fil des minutes l'état de fraîcheur des Européens… et la bataille du domaine aérien où les Lensois avec 6 réalisations de la tête sur leurs 12 buts marqués pourraient inquiéter une défense adverse un peu friable dans cet exercice avec ses 3 buts encaissés… sur un total de 5.



Paul Le Guen a fait confiance à Nilmar et Clement, laissant le nouveau capitaine Govou sur le banc. Un brassard qui revient au bras de Diarra. Enfin, avant que M. Vileo ne donne le coup d'envoi, un petit mot sur le ballon du match : il est bleu et jaune. Une première.

Pendant une dizaine de minutes, les Sang et Or ont essayé de prendre le jeu à leur compte, mais ce sont bien les champions de France qui avaient la plus belle occasion en ce début de rencontre avec une frappe lointaine de Diarra (12ème) à 2 doigts de trouver Malouda en embuscade qui s'était jeté pour tacler ce ballon. Les Lyonnais partis doucement s'installaient dans les débats grâce à leur organisation, leur sérénité et leur supériorité, tout simplement. Une frappe lointaine de Cousin n'inquiétait pas Puydebois (20ème). Et en l'espace de 5 minutes, les Gones allaient montrer qui sont les patrons de la Ligue 1. Cela commençait par une exceptionnelle action collective (Clement, Réveillère, Frau) conclue par un but d'Essien (30ème) refusé logiquement pour une position de hors jeu. Puis Nilmar tentait sa chance ; Malouda balançait un lob (33ème) qui obligeait Itandje à une superbe envolée. 2 minutes après, un coup franc côté droit de Malouda trouvait la tête d'Essien contrée par Bak. Le ballon finissait sur le mollet du gardien araignée noire lensois avant de… mourir dans son but. L'OL ouvrait le score en costaud. Les Nordistes, étouffés par leurs adversaires, n'avaient jamais trouvé la solution pour bouger ce groupe impressionnant à l'image de Cris, Diarra, Clement, Abidal ou encore Malouda, intenable dans toutes ses entreprises. Si Lens voulait revenir dans cette rencontre, il fallait absolument qu'il change tout dans son jeu, en mettant notamment plus de vitesse et d'intensité dans ses intentions; à condition que l'OL lui en laisse la possibilité...



Ces Nordistes revenaient, forcément, avec plus de mordants. Mais comment bouger ce bloc de granit ? Un coup de tête de Thomert, entré à la mi-temps à la place de Leroy, trouvait Puydebois dans les airs (52ème) ; Cousin (56ème) allumait un pétard de loin détourné par « Nico » en corner ; avant que le remplaçant de Coupet ne fasse un arrêt décisif sur une tentative d'Utaka. Les locaux étaient enfin dans leur match ; Diarra écopait d'un jaune ; Govou remplaçait Frau (61ème). Les Lyonnais, conquérants jusque là, souffraient maintenant devant les assauts sang et or.



Le ballon revenait sans cesse dans le camp des partenaires de Diarra, l'Olympien. On se demandait si cela tiendrait longtemps ! Servi en profondeur, Nilmar se faisait scotcher par Bak, sanctionné d'un carton jaune (68ème) alors qu'il filait au but. Une respiration dans la domination lensoise… qui avait, après 20 minutes d'efforts, de plus en plus de mal à être dangereuse tant l'esprit collectif du leader du championnat n'abdiquait pas, à l'image de Cris, véritable empereur défensif. Bergougnoux revenait sur la pelouse de ses débuts en Ligue 1, à la place de Nilmar (74ème). Joel Muller sortait au même moment Carrière pour un attaquant Rosario.



La pluie accélérait son débit… les minutes défilaient à l'avantage des visiteurs. Abidal se tordait la cheville (82ème) obligeant Paul Le Guen à faire entrer Berthod. Les Lyonnais conservaient de nouveau le ballon à la limite de la démonstration… Cela commençait à sentir le cinquième succès à l'extérieur !



4 minutes de temps additionnel pour réussir un « nouvel exploit ». Berthod gagnait un duel crucial dans la surface. Le champion avait souffert 20 minutes en seconde période, mais une nouvelle fois la belle machine de guerre olympienne avait été inébranlable avec ou sans ses indispensables. Plus que jamais la notion de groupe a permis de remporter une nouvelle victoire ; de rester leader invaincu et de ne pas prendre de but depuis 390 minutes. Les superlatifs vont bientôt manquer pour raconter ce parcours exceptionnel. Sérénité, solidarité, efficacité, technicité, complémentarité... L'OL, cette saison, c'est vraiment trop bon !

.

Statistiques :



Hors jeu pour l'OL : 4

Hors jeu pour Lens : 1

Corners pour l'OL : 4

Corners pour Lens : 4

Coups francs pour l'OL : 21

Coups francs pour Lens : 21

Tirs cadrés pour l'OL : 2 (Nilmar, Malouda)

Tirs cadrés pour Lens :3

Tirs non cadrés pour l'OL : 4 (Diarra, Malouda, Essien, Govou)

Tirs non cadrés pour Lens : 7

Puydebois arrêts : 8

Puydebois arrêts décisifs : 1



R.B



Sur le même thème