masculins / Interview

L’envie d’Ederson

Publié le 15 juillet 2011 à 12:45 par R.B

Sa grave blessure oubliée, le Brésilien veut montrer enfin tout son potentiel sous le maillot lyonnais… Une interview à retrouver dans l’Estival à partir de 19h…

Ederson, c’est d’abord la gentillesse, la joie de vivre avec ce sourire permanent même quand il bosse durement. Une fois encore on l’a vu ainsi lors du stage en Autriche. Il l’a dit plusieurs fois : il fait un métier fabuleux quand d’autres n’ont pas cette chance. Après une saison noire, il a pris la direction du Brésil pour les vacances. «Nous avons emmené pour la première fois notre fils dans ma famille… Je suis allé dans mon village, puis voir jouer mon frère. Nous sommes allés aussi au mariage de Michel (Bastos). Le sport ? J’ai nagé, mais il fallait aussi se changer les idées même si j’ai été privé de ballon pendant plus de 7 mois ».

Un match d’ouverture contre Monaco, 4 minutes avec la Selecao pour sa première sélection et puis le gros pépin. « Je n’ai plus aucune douleur. J’ai même oublié cette blessure. Je tenais à remercier toux ceux qui se sont occupés de moi. Quand je suis revenu, j’ai aidé l’équipe à décrocher cette place sur le podium… qui sauve la saison». « Eder » a effectivement inscrit deux buts importants (Montpellier et Brest).

Il est donc revenu plein d’envies pour passer à autre chose. « Ce n’est pas pareil… on le sent… il y a des sourires, de la joie… Moi, c’est ma dernière saison. On verra ce qui se passe. Mais je veux montrer mon potentiel… ».  Et quand on lui demande s’il a progressé depuis son arrivée à l’OL, il dit que cela a été compliqué. « La première saison j’ai beaucoup joué (2 797 minutes) mais à 5 postes différents ; la deuxième, j’ai moins joué (1 696 minutes) et la troisième j’ai été blessé (425 minutes). Je ne pense pas avoir progressé par rapport à Nice si ce n’est physiquement…). Au fait quel est son poste préféré ? « J’ai toujours joué soit deuxième attaquant ou derrière les deux attaquants. Après quand je joue côté gauche, c’est pour rentrer… ».

Une autre histoire collective et personnelle va commencer. L’occasion de reparler de la Selecao. « Je regarde la Copa America. Il y a un nouveau groupe avec de nombreux jeunes… comme évidemment Neymar et Ganzo. Moi ? Il faut d’abord jouer, être bon… Mais, j’y pense… ».