masculins / OL - PSG J-1

Les 16 Lyonnais pour le PSG

Publié le 02 décembre 2005 à 13:19 par R.B

16 joueurs lyonnais pour le match contre le PSG ; Benzema, Ben Arfa, Clerc, Clément et Frau s'entraîneront samedi. Abidal et Berthod sont en soin.

Le groupe : Cacapa, Carew, Coupet, Cris, Diarra, Diatta, Fred, Govou, Juninho, Malouda, Monsoreau, Pedretti, Réveillère, Tiago, Vercoutre, Wiltord.

Gérard Houllier :

L'enjeu est-il de mettre le PSG à 16 points ?
« L'enjeu essentiel est de faire un bon match, un bon résultat. Ce sera une rencontre entre 2 bonnes équipes, 2 grands clubs avec des joueurs de qualité dans les 2 camps. Il nous reste 4 matchs de Champions League à disputer avant la trêve ; nous les aborderons de cette manière. Si nous battons le PSG samedi, rien ne sera encore perdu pour les Parisiens et nous ne serons pas Champions de France. Un titre n'est pas décerné au mois de décembre ! »
Est-ce la série la plus difficile que vous avez à disputer depuis le début de saison ?
« Oui. C'est la série la plus ardue. Le PSG est une bonne équipe ; elle est en plus la dernière à avoir battu Lyon. St-Etienne… c'est St-Etienne ; et Lille joue la Champions League ».

Un PSG revanchard ?
« Je ne sais pas si le dernier résultat des Parisiens est une bonne ou une mauvaise chose. Ils sont un peu dans la même situation que les Madrilènes avant de nous rencontrer. Ils auront un esprit de rédemption, de revanche vis-à-vis d'eux-mêmes. Il doit y avoir aussi de la fébrilité. J'aurais certainement préféré qu'ils fassent un bon résultat contre Lens avant de nous affronter. Jouer au Parc des princes, c'est toujours spécial ; les joueurs se sentent peut-être plus libérés à l'extérieur. Laurent Fournier ? Lolo, je l'aime bien. Je l'ai en Equipe de France ».

Une pression particulière ?
« Je n'aime pas ce terme. Certains vous diraient, notamment dans le Nord, que la pression elle est dans la bière. Je préfère le terme de responsabilités vis-à-vis du jeu, des supporters, des dirigeants. Je conteste le fait que nous soyons moins spectaculaires. Si nous avons autant d'avance au classement, c'est que nous jouons bien et que nous sommes efficaces. Moi, je suis fier de mes joueurs. Je sais que l'équilibre à haut niveau est très délicat. Il faut donc avoir un bon mental en permanence. Cela ne s'acquiert pas en un match. Nous savons nous adapter à nos adversaires, à différents systèmes de jeu. Nous savons résoudre des problèmes et en poser. L'équipe a progressé dans sa réflexion tactique. Nous avons fait des progrès, mais nous ne sommes pas encore arrivés. J'ai envie de dire que le vrai challenge commence maintenant ».

Comment expliquez vous que vous soyez souvent menés au score ?
« La seule explication réside dans le fait que nos adversaires ont marqué un but. Il est bien sûr préférable d'agir que de réagir, mais on ne peut pas tout expliquer en football ».
Sur le même thème