masculins / Rennes - OL J-1

Les 19 Lyonnais pour Rennes

Publié le 03 novembre 2006 à 16:00 par BV

Gérard Houllier évoque le déplacement de l'Olympique Lyonnais à Rennes. A la veille de cet affrontement contre "une bonne équipe", il se félicite des résultats obtenus depuis 3 mois et refuse toute idée de fatigue de son groupe.

Le groupe :
Coupet, Vercoutre - Abidal, Berthod, Clerc, Müller, Squillaci, Réveillère - Malouda, Juninho, Toulalan, Tiago, Govou, Diarra, Källström - Benzema, Carew, Rémy et Wiltord.

Cris est suspendu
Claudio Cacapa poursuit sa reprise.


Où en sont les joueurs blessés ?
Müller est prêt. Il a repris l’entraînement collectif depuis 15 jours mais se sent plus rassuré depuis une semaine. Sera-t-il titularisé face à Rennes ? Vous verrez demain. Je peux juste vous assurer qu’il fera le voyage. Concernant Claudio Caçapa, j’attends de voir le médecin. Il ressent toujours une douleur lorsqu’il frappe.

Ce déplacement à Rennes constitue-t-il le match piège par excellence ?
Tous les déplacements sont sujets à incertitude. Celui-là pas plus qu’un autre. On respecte trop chacun de nos adversaires pour dire qu’un déplacement est plus difficile qu’un autre.

Que pensez-vous de cette équipe de Rennes ?
Ils vont bien mieux que lors de leur début saison durant lequel ils étaient dans une période de flou. La preuve c’est qu’ils n’ont pas été loin de ramener un match nul du Parc des Princes. Il s’agit d’une bonne équipe qui, au passage, a obtenu 3 penaltys. De notre côté, comme toute équipe possédant la meilleure attaque du championnat, nous avons été plus souvent dans la surface adverse que les autres équipes mais nous n’en avons obtenu qu’un seul.

Votre avance en championnat vous offre-t-elle plus de possibilités…
(Il coupe)Depuis le début de la saison, on aborde les rencontres match après match. C’est à chaque fois une nouvelle page blanche. J’aborde ainsi tout match sur la même ligne que nos adversaires. Nous jouons chaque rencontre pour la gagner. Notre seul souci est de tout faire pour l’emporter. Pour l’instant on fonce. Si vous voulez être performant, il ne faut pas gérer, il ne faut pas calculer. Pour cela, il faut qu’il y ait de l’envie, du talent, de la combativité, du sacrifice. On sait qu’on va souffrir comme on a souffert durant la dernière demi-heure contre Kiev. J’ai revu la rencontre contre le Dynamo Kiev. Je l’ai trouvée superbe. Il a fallu une très bonne équipe de Lyon pour battre une très bonne équipe de Kiev. Contre Nancy, je rappelle que l’on a tapé à deux reprises sur les poteaux. Contre Kiev, nous aurions également pu marquer. On s’est à chaque fois créé beaucoup d’occasions. C’est le football. Si vous voulez transformer toutes vos occasions, ne jouez pas au football. Faites du basket ou du volley. Je suis content car nous avons montré deux fois de suite que l’on était capables de tenir un résultat. C’est un enseignement utile pour la suite. Les chiffres comme le jeu parlent en notre faveur.

L’absence de Cris pourrait-t-elle vous être préjudiciable ?
Non il faut qu’un club soit capable de vivre sans certains de ses joueurs clé. Je ne veux pas être dépendant d’un seul joueur. Un gros club doit faire face à tout. Rien n’est plus important que l’équipe et ses résultats. Cela va lui faire du bien, lui permettra de souffler.

En cas de victoire, vous égaliseriez le record de victoires consécutives en championnat de France. Y pensez-vous ?
Cela compte même si cela ne nous obsède pas. Autre beau record : en 3 mois de compétition, nous avons tout gagné à l’exception d’un match nul. C’est une véritable prouesse. Les gens ne se rendent pas compte que le parcours des joueurs de l’Olympique Lyonnais est fantastique et exceptionnel.

Craignez-vous une certaine fatigue de votre groupe ?
Je refuse toute notion de fatigue qu’elle soit psychique, mentale ou physique. Quand on gagne, on est moins fatigués que les autres. Au niveau où nous sommes, nous devons être capables de jouer tous les 3 jours. N’attendez surtout pas de moi que je puisse brandir cette excuse. On ne se réfugiera pas derrière une excuse aussi minable que celle de la fatigue.
Sur le même thème