masculins / Rétro

Les belles images de l’année 2012

Publié le 31 décembre 2013 à 13:10 par R.B

Des titres évidemment avec les féminines de Patrice Lair et les hommes de Rémi Garde… un retour à la maison… des jeunes pousses de plus en présentes… des buts… et… les premiers travaux du futur stade…

 

28 avril 2012


Cela faisait trop longtemps que l’OL attendait un nouveau titre… C’est chose avec cette cinquième Coupe de France. Un but de Lisandro… un arrêt décisif de Lloris… une large domination physique, technique, tactique… et l’OL bat l’US Quevilly au Stade de France. Ce succès envoie l’OL directement en Ligue Europa.


 

28 juillet 2012


New-York pour un début de saison particulier avec ce Trophée des Champions face au MHSC. Mené deux fois au score, les partenaires de Gonalons vont revenir au tableau d’affichage par Gomis et Briand avant de s’imposer aux tirs au but avec un grand Hugo Lloris. L’OL soulève pour la 7ème fois ce trophée… La dernière fois remontant au 28 juillet 2007, à Gerland, face au FCSM (2 à 1).


 

La  razzia des féminines


Ces filles sont superbes. Jamais rassasiées, elles ont tout raflé. La Coupe de France, le titre de champion, la Ligue des Champions et dernièrement l’officieuse Coupe du Monde des Clubs à l’issue d’une finale à suspens et de très haute tenue face certainement au meilleur adversaire rencontrée ces dernières saisons. A chaque fois, elles ont montré leurs qualités tactiques, techniques… leur jeu collectif, leur talent individuel et ce mental propre aux championnes. Elles ont gommé le mot défaite de leur répertoire. Championnes sur le terrain et en dehors tant elles sont disponibles, souriantes… Des filles… et un homme, Patrice Lair qui vient de prolonger son contrat avec l’OL pour faire encore grandir le foot féminin entre Rhône et Saône… et en France.


 

Le Nouveau Stade


Les premiers travaux de terrassements ont débuté sur le futur site du Grand Stade de l’OL qui devrait être normalement livré pour la saison 2015-1016. De la terre, des engins… en attendant l’autorisation de poser la première pierre… en attendant de voir surgir les premières structures de ce complexe qui doit permettre au club lyonnais de passer dans une autre dimension.


 

La CRO Olympique Lyonnais Boules

Eux aussi, ils portent le même maillot. Eux aussi, ils ont gagné en 2012. A leur palmarès un nouveau titre de champion de France en Elite 1 et 2. Carton plein sur la scène hexagonale… en attendant de coiffer une couronne continentale, comme ce fut le cas par le passé. Ces boulistes qui se mettent en évidence aussi en compétitions traditionnelles (Super 16, GDP Vendôme…) et qui sont aussi appelés pour certains en Equipe de France. Bravo aux hommes du Président Michel Gonnet et de l’entraineur Jean-Paul Delorme.


 

Steed Malbranque


Au début de l’été il a poussé « timidement » la porte de son club formateur… En l’espace de quelques semaines, il a montré que son envie, son talent étaient intacts malgré une saison sans ballon. Il a de suite enthousiasme partenaires, entraineurs et observateurs. En décembre, il a prolongé son contrat tant il a montré qu’il était devenu indispensable au collectif olympien. Steed l’exemplaire, une des raisons de suivre le nouvel OL.


 

Les jeunes pousses


L’OL comptait s’appuyer sur ces jeunes du Centre de Formation. Rémi Garde n’a pas hésité à faire confiance à ces gamins. 11 ont fait leur début en pro depuis que le nouvel entraineur lyonnais est en place. Umtiti, Benzia, Ferri, Lopes, Ghezzal… et tous les autres ont découvert la L1, la Ligue Europa… Et ils ont répondu aux attentes placées en eux à l’image de ces matchs au Sparta Prague ou encore contre le Shmona. Cela prouve, honore la qualité des tous les formateurs olympiens.


 

Gomis, un triplé marquant


Bafétimbi Gomis a choisi le Stade Vélodrome, le 28 novembre dernier, pour inscrire son premier triplé en L1. Il a « enfoncé » les Marseillais dans ce match en retard ; un match que les Lyonnais ont dominé du début à la fin. Démonstration d’un buteur… démonstration collective synonymes de première place au classement de la L1. Gomis, buteur notamment lors du 104ème derby. Un but en forme de coup de canon lointain (81ème) qui va se figer dans la lucarne de Ruffier. Succès 1 à 0 le 17 mars.


 

Un retourné signé Bastos


Le 18 août, le Brésilien  venait d’entrer en jeu depuis 2 minutes. Un corner mal renvoyé par la défense de l’ESTAC et l’acrobate gaucher reprend le ballon dans un retourné spectaculaire. Un but à classer dans toutes les mémoires qui redonnait l’avantage aux partenaires de Lisandro.


 

8 buts  pour une soirée inoubliable


Le 25 février à Gerland, le PSG a arraché le nul dans les arrêts de jeu. Du très grand spectacle entre deux formations qui ne voulaient rien lâcher. Mené 1 à 0, l’OL a ensuite pris les devants. 3 à 1 à quelques secondes de la mi-temps. Mais Nene réduit la marque sur penalty juste avant la pause. L’OL ajouté un quatrième but et pense avoir fait le plus dur. Ces diables de Parisiens reviennent à 4 à 3 avant de pousser et d’égaliser à la 94ème par une tête d’Hoarau. Colère dans las rangs lyonnais, mais quel spectacle !  Et on n’oublie pas la ½ finale de Coupe de la Ligue à Lorient avec cette qualification en prolongation (4 à 2) après avoir égalisé à la 94ème. Ou ce succès en ¼ de finale de la Coupe de France au Parc des Princes (3 à 1).

Sur le même thème