masculins / Dynamo Kiev - OL J-1

Les conférences de presse

Publié le 16 octobre 2006 à 17:27 par BV

Gérard Houllier et Eric Abidal ont répondu aux questions des journalistes lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match.

Gérard Houllier

On imagine que votre objectif sera de remporter demain votre 10e victoire de la saison, un succès qui pourrait vous ouvrir les portes de la qualification.
L’objectif de toute équipe avant un match est de tout mettre en œuvre pour le gagner mais nous abordons une rencontre contre un adversaire qui est bien meilleur que ses 2 derniers résultats en Ligue des Champions ne le laisse penser. Ils auraient même pu obtenir un résultat positif à Madrid car ils s’étaient procuré beaucoup d’occasions avant que le Real ne marque un but. Cette équipe va certainement jouer son va-tout en vue de la qualification. On s’attend donc à un match âpre, difficile mais en même temps excitant et passionnant. Notre objectif demeure d’avancer vers la qualification.

Quel est, selon vous, le match le plus important de la semaine ?
Le match le plus important de la semaine est toujours le match qui va venir. Après le match de Kiev, ce sera le match du week-end puis celui du milieu de semaine en Coupe de la Ligue. J’accorde autant d’importance à chaque match. Les joueurs ont la même attitude. C’est peut-être pour cela que nous avons de bons résultats. Nous ne négligeons aucune compétition.

Allez-vous proposer un onze de départ ressemblant à ceux alignées lors de vos deux premières rencontres de Ligue des Champions ?
C’est une bonne question qui suggère que je vous donne une indication sur la composition de l’équipe de demain. Avec toute la diplomatie qui caractérise l’Olympique Lyonnais, nous vous répondrons poliment : « vous verrez demain »

Le fait que les Ukrainiens aient encaissé beaucoup de buts constitue-t-il une indication de leurs faiblesses ou est-ce selon vous un élément surprenant ?
Je ne regarde pas du tout les matchs comme cela. Je ne présente pas l??adversaire par rapport à ce qu’il a comme faiblesse mais par rapport à leurs caractéristiques générales de jeu auxquelles on s’adapte. L’objectif est toujours de poser un problème à l’adversaire et de résoudre les problèmes qu’ils nous posent. C’est cela le football. Je ne tire pas de conclusions de leurs précédents matchs. C’est pour la même raison que nous avons abordé le match de Bucarest dans de bonnes dispositions mentales. Dans le cas contraire, vous êtes amenés à surestimer ou à sous-estimer l’adversaire.



[IMG41432#R]Eric Abidal

Eric, en cas de victoire demain, vous seriez quasiment qualifiés. Avez-vous cela en tête ?
Quasiment… Mais le coach a rappelé qu’il nous fallait 11 points pour être sûrs de passer. On a en tête de nous qualifier au plus vite et cela passe par un bon résultat demain.

Partagez-vous l’avis de votre coach qui pense que cette équipe de Kiev méritait mieux que ses 2 défaites en Ligue des Champions?
Ils se sont effectivement procuré pas mal d’occasions lors de leurs deux rencontres mais ils n’ont pas su les concrétiser. Cela leur a couté cher car ils ont ensuite encaissé des buts. Il s’agit d’une équipe difficile à jouer, avec une attaque qui va très vite devant le but. Leur défense est un peu plus lente. Nous devrons nous servir de cet élément. Malgré la difficulté de la tâche qui nous attend, on se doit de produire une bonne prestation.

Ils donnent le sentiment de baisser un peu la tête lorsqu’ils encaissent un but. Y pensez-vous ?
Ils sont actuellement dans une mauvaise passe et nous dans une bonne. Nous devrons en profiter et tenter de marquer dans les 5 premières minutes pour les faire baisser de pied. Il nous faudra mettre du rythme pour les étouffer.

Le climat ne sera pas avec vous puisque le temps est pluvieux et froid. Craignez-vous ces conditions climatiques ?
Les joueurs sont habitués à jouer par tous les temps. Je suis aujourd’hui en short même s’il fait très froid. Il faut se préparer malgré un contexte difficile et différent de celui qu’on connait.

Connaissez-vous un peu le football ukrainien ?
On ne regarde pas trop ce championnat ukrainien mais on sait que s’ils sont en Ligue des Champions c’est qu’ils ont de la qualité.

Alou Diarra fait part dans la presse de sa frustration de ne pas jouer. Qu’en pensez-vous ?
Je ne lis pas la presse. Il doit être déçu car il ne joue pas beaucoup mais c’est difficile de jouer à Lyon. On a un groupe avec beaucoup de bons joueurs. Tout le monde ne peut pas jouer : il n’y a que 11 joueurs sur le terrain. Cette saison, on a la chance d’avoir plus de joueurs sur le banc. Je comprends qu’il soit frustré mais chaque joueur aura sa chance. La concurrence est un bienfait pour le groupe car cela permet à chacun d’augmenter son niveau de jeu. C’est une bonne chose pour le collectif. Alou (Diarra) a été performant lorsqu’il est rentré. On sait qu’on pourra s’appuyer sur lui jusqu’à la fin de la saison.



Du côté du Dynamo Kiev, Anatoli Demianenko (entraîneur) a également répondu aux questions des journalistes :
Pensez-vous encore à la qualification?
"On sait que Le match face à Lyon est décisif pour notre avenir dans cette ligue des champions. On en est tous conscients. Il faudra donc tout mettre en œuvre pour battre Lyon et remporter notre premier succès dans cette Ligue des Champions"

Quels enseignements tirez-vous de vos deux premières rencontres
"Lors des deux premières rencontre face à Bucarest et le Real Madrid, nous avons pêché dans le domaine psychologique. Après notre qualification pour la première phase de la ligue des champions, certains joueurs se sont crus arrivés. Il y a eu un relâchement après notre bonne performance lors du tour préliminaire. Pour certains, le but était atteint et on pouvait décompresser. C’est là que l’on a pêché. Maintenant, on a dépassé tout cela. L’ambiance est très bonne dans l’équipe et le mental est retrouvé."

Des blessures à déplorer ?
"Niet".
Sur le même thème