masculins / Peace Cup

Les déclarations...les déclarations... les déclarations

Publié le 20 juillet 2005 à 16:21 par R.B

Jean-Michel Aulas : « Je suis très content et soulagé. Cela a été difficile car le PSV est une équipe redoutable et elle ne voulait pas perdre. Nous on savait que le nul pouvait nous qualifier ; nous sommes restés maîtres du jeu. Je dois rentrer en France jeudi… je vais essayer de revenir dimanche ».



Gérard Houllier : « Content de rester en Corée ? Dans la mesure, où on est des compétiteurs… oui. Maintenant, il faut aller au bout. Les joueurs n'ont pas calculé… le Trophée des Champions, on aura l'occasion d'en reparler plus tard. On va gérer. Ce soir, on méritait mieux car nous avons plus d'occasions que les Hollandais. Je suis très admiratif des efforts fournis par mon équipe. Elle n'a pas lâché et ce qui est bien c'est que nous soyons revenus au score en faisant preuve de caractère. Le truc positif ? Nous avons de plus en plus d'occasions de but. John a été très utile et abattu avec Sylvain un boulot de titan. En plus, contre le PSV on joue ici à l'extérieur. Ce genre de match nous fait gagner du temps et j'ai la confirmation de ce que j'avais vu en stage : ce groupe a une grosse aptitude à l'effort et il n'y a pas d'excès de confiance. Pour moi, il n'y a pas d'équipe type, mais un groupe costaud qui a su enfiler dans ces 3 matchs le bleu de chauffe. Cette qualification elle appartient à tout le monde. En finale, e préfèrerais jouer contre Tottenham ».



Sylvain Monsoreau : « Je suis content d'être en finale. On était venu pour cela. C'est une compétition. Contre le PSV, je n'ai pas été inquiet sur le banc ».



Jérémy Berthod : « Je suis content, très content. On voulait aller au bout ; on va jouer la finale pour la gagner. Je suis en période de préparation ; je veux montrer le meilleur de moi au nouvel entraîneur. Je n'ai pas changé, je suis toujours aussi sérieux et je me remets toujours en cause. J'ai toujours voulu rester à Lyon, un club ambitieux avec des objectifs élevés. Le discours du coach m'a plu. Ce soir, on a eu beaucoup d'occasions, mais on aurait pu perdre aussi. On a géré le nul en fin de rencontre en connaissant le résultat d'Once Caldas. Après la finale, il faudra bien récupérer dans l'avion du retour et préparer mardi le match d'Auxerre. C'est une autre compétition à jouer, à gagner ; mais le plus important ce sera au Mans ».



Grégory Coupet : «Cette qualification est positive. Il faut encore apprendre à jouer avec John. Bien sûr pour le Trophée des Champions ce sera difficile, mais quand on joue une compétition, on ne peut pas ne pas la jouer. Contre le PSV, on a joué pour se qualifier et non pas contre le PSV avec un sentiment de revanche. Cette équipe a une grosse capacité à conserver le ballon et à faire le décalage. Le but que nous prenons ? Nous marquons le même. C'est bien joué après justement un décalage ».



R.B