masculins / Communiqué du club

Les élucubrations de Christian LANIER du Progrès

Publié le 09 mars 2007 à 11:41

L’Olympique Lyonnais tient à démentir formellement les termes de l’article paru aujourd’hui dans Le Progrès sous le titre « Jérôme SEYDOUX veut comprendre ».

Le quotidien lyonnais se livre à une interprétation très personnelle et hallucinante de la venue hier à Lyon de Jérôme SEYDOUX, avec des affirmations gratuites et infondées, sans avoir pris la peine d’interroger qui que ce soit au club qui n’aurait pu que démentir de telles incongruités et expliquer cette venue programmée.

Jérôme SEYDOUX était bien à Lyon hier, comme les membres du Comité d’Investissement qui avaient rendez-vous hier matin au siège du club pour la 1ère réunion du comité d’investissement du grand stade, réunion programmée depuis plusieurs semaines.

Profiter de la venue régulière de Jérôme SEYDOUX à Lyon et à l’O.L. pour imaginer de telles supputations préjudiciables à l’Olympique Lyonnais relève d’un objectif de malfaisance, indigne d’une éthique journalistique, et encore moins d’un journal local qui a encore plus facilement que les autres tout loisir pour vérifier ce qu’il croit être une information.

De même, l’affirmation concernant les raisons de la venue de MARCELO à Lyon est tout aussi fantaisiste. MARCELO est à Lyon à la demande de l’O.L. dans le cadre du dossier NILMAR pour lequel les Corinthians ont fait appel devant le TAS.

Concernant la réunion hier du Comité d’Investissement, celui-ci a validé les orientations mises en œuvre sur le choix de Décines et les délais de réalisation qui doivent aboutir à une mise en service du stade au début de la saison 2010/2011.

Le Comité a en outre validé les choix de différents partenaires, le bureau d’études ALGOE chargé d’assistance au pilotage du projet et le cabinet d’urbanisme BUFFY, ainsi que le recrutement dans l’équipe interne d’un directeur de projet, Gérard CAVIGLIA, spécialiste de l’urbanisme et des infrastructures qui a occupé différents postes de responsabilité au Grand Lyon au cours des trente dernières années.