masculins / AS Monaco - OL J-2

Les facéties de Peguy

Publié le 08 janvier 2004 à 16:00

[IMG89L]Souvent imprévisible sur le terrain, Peguy Luyindula, 24 ans, attaquant de l'Olympique Lyonnais, l'est tout autant dans la vie. Une chapka russe sur la tête assortie d'une paire de lunettes noires, au lendemain de la superbe victoire face au Celtic de Glasgow qui propulse l'OL dans le cercle fermé des seize meilleures équipes européennes, Peguy Luyindula possède l'art et la manière de faire retomber la pression.

Souvent imprévisible sur le terrain, Peguy Luyindula, 24 ans, attaquant de l'Olympique Lyonnais, l'est tout autant dans la vie.

Une chapka russe sur la tête assortie d'une paire de lunettes noires, au lendemain de la superbe victoire face au Celtic de Glasgow qui propulse l'OL dans le cercle fermé des seize meilleures équipes européennes, Peguy Luyindula possède l'art et la manière de faire retomber la pression.




Une chapka russe sur la tête assortie d'une paire de lunettes noires, au lendemain de la superbe victoire face au Celtic de Glasgow qui propulse l'OL dans le cercle fermé des seize meilleures équipes européennes, Peguy Luyindula possède l'art et la manière de faire retomber la pression.

"En fait, il fait froid, alors je veux tout simplement me protéger contre la grippe..." L'air est malicieux, l'effet est garanti. "Non, mais c'est ma personnalité. Si demain j'ai envie de venir en jogging et avec une veste de costard, je le ferai." aucun doute, en matière de look, l'attaquant est capable de tout et... n'importe quoi.

En particulier des coiffures les plus étonnantes. "Je m'en lasse souvent alors je cherche ce que je peux faire. Comme j'ai la chance d'avoir des cheveux longs, j'en profite car je sais qu'un jour je serai chauve !". Un jour il va même jusqu'à se faire un brushing décapant, les cheveux hirsutes relevés sur la tête.



Et Guy Luyindula-Makanda, de son vrai nom, réserve bien d'autres surprises, avouant par exemple qu'il "préfère les magazines féminins, genre Cosmo ou Marie-Claire. Ils sont plus intéressants que les magazines masculins."



Né à Kinshasa, au Zaïre, il y a 24 ans, et arrivé en France deux ans plus tard, avec son père alors footballeur professionnel à Gien, le petit Guy, devenu par contraction "Peguy" a toujours, dépareillé. Les jeunes joueurs aiment fréquenter les soirées branchées ? Pas lui : "Je ne sors presque jamais. Mes sorties sont rares..." Même lors des grandes occasions. Après le succès face au Celtic, Peguy a passé la soirée chez lui, avec sa copine, "tranquille".



Féru de lecture depuis qu'il a découvert la passion suspecte de s copine pur les livres, "elle avait vraiment l'air dedans. Pour moi, c'était inconcevable de e passionner autant pour les un livre. J'aurai jamais pensé un jour aimer lire..." ; l'ex-strasbourgeois, n'est jamais cependant le dernier à mettre l'ambiance. Comme lorsqu'il chambre son pote Sidney Govou, aux cheveux teints d'un orange douteux ou lorsqu'il s'empare du micro d'OL télé, le soir du 1er titre de Champion de FRance, pour une émission, au final, haute en couleurs.



Avec lui, de toute façon, on ne s'ennuie jamais. Il aurait même pu imiter son cousin Alcide H, chanteur du groupe de rap Serum, produit par Kool Shen. Devenu l'un des ses mais, l'ex-leader de NTM lu avait demandé d'essayer. "Mais je ne sais pas rapper". Car surtout, Peguy, ne se prend pas au sérieux. Et conserve un grand sens des valeurs.

Son cadeaux de Noël ? "Avoir un enfant. Enfin... un jour. Pour Noël c'est trop tard... !" L'homme joyeux, heureux de vivre, qui n'aime pas "ces gens qui font la gueule, ne parlent jamais", n'est jamais très loin.
Sur le même thème