masculins / Partizan Belgrade - OL : 1 - 3

Les internationaux réussissent leur rentrée

Publié le 23 juillet 2008 à 22:41 par BV

Demain, au terme de la rencontre face à Nancy à Villefranche-sur-Saône, Claude Puel aura une idée exacte de l’état de forme de l'intégralité de son groupe. A un peu plus d’une semaine du Trophée des Champions face à Bordeaux, le bilan revètira une importance toute particulière.

Ce soir, l’entraîneur lyonnais doit être partiellement rassuré : physiquement comme collectivement, les « internationaux », qui ont repris l’entraînement il y a une semaine, et n’ont donc pas participé au stade de Tignes, semblent sur la bonne voie. Sur la pelouse du Partizan Belgrade, pendant serbe de l'OL (vainqueur du championnat et de la coupe de Serbie), ils ont réussi leur rentrée. Sans donner l’impression de forcer leur talent, mais animés de velléités offensives affirmées, ils se sont aisément imposés (3 – 1). Sans être réellement inquiétés non plus : à l’exception de la réduction du score de Diarra d’une frappe du plat du pied au terme d’une une-deux avec Paunovic à l’entrée de la surface (39e), pour leur retour à la compétition, ils n'ont pas été mis en difficulté de manière soutenue . Lloris, dont la fracture de la main ne semble plus être qu'un mauvais souvenir, dut bien s’employer pour repousser les tentatives de Paunomic (5e), Diarra (15e) puis regarder s’envoler celles de Dordevic et Paumovic (42e) mais le bloc lyonnais se montra, dans l’ensemble, plutôt compact et rassurant.

La différence, les Lyonnais l’ont faite en première mi-temps, inscrivant deux buts en 4 minutes sur deux frappes déviées dans ses filets par Sikimic. Si le second doit être attribué à Sidney Govou pour l’intention (22e), le premier, une tête parfaite dans la lucarne de Bozovic coupant un centre de Benzema, est de l’entière responsabilité du défenseur serbe (18e). Deux réalisations chanceuses qui récompensaient une bonne volonté pas toujours couronnée de succès. Benzema avait en effet frappé au dessus (8e) puis sur Bozovic (13e), Pjanic avait à son tour buté sur le gardien du Partizan (21e et 27e). Surtout, fait inhabituel, Karim Benzema eut besoin de deux face à face avec ce dernier pour trouver le chemin des filets. Après avoir complètement manqué sa frappe (42e), l’international français bonifia de l’extérieur du pied un une-deux avec un Miralem Pjanic excellent durant 78 minutes de jeu grâce à une qualité de passes et une vision du jeu enthousiasmantes (75e). En fin de match, Clerc puis Grenier trouvèrent les gants de Bozovic (85e et 89e).

Par nature, les matchs amicaux ont pour principale utilité d’apporter des enseignements sur la santé d’une équipe. De ce déplacement dans la capitale serbe, Claude Puel a certainement ramené plus de motifs de satisfaction que d’inquiétude : l'état de forme encourageant de plusieurs cadres, de Delgado, Pjanic, la relation entre ce dernier et Karim Benzema. Il a probablement apprécié la cohésion défensive des Lyonnais en seconde période : à l’exception d’une intervention en deux temps sur un centre de Diarra (75e), le gardien lyonnais n’eut, après la pause, « qu’à » soigner ses sorties (60e, 64e et 65e).

Demain, face à Nancy, le reste du groupe lyonnais sera à l’œuvre. Depuis le début de la préparation d’avant-saison, le bilan olympien est positif : deux succès et une défaite.
Sur le même thème