masculins / OL 2 - Auxerre 1

Les Lyonnais avec les tripes à l'air...

Publié le 27 novembre 2004 à 19:49 par R.B

[IMG3973L]Au terme d'un match à 2 facettes, les Lyonnais, fatigués, ont su préserver un succès bati essentiellement en première période. Ensuite à grand coup de courage et de solidarité, ils ont gardé un but d'avance pour ajouter une 10ème victoire, rester invaincu et repousser les Icaunais à 11 points. Une soirée tout bénéf...

A Lyon, stade de Gerland, OL 2Auxerre 1 (mi-temps : 2 à 0 ) ; temps : frais; pelouse : en bon état; spectateurs : 37 933; arbitre : M. Stéphane Bré (Bretagne)



OL : Puydebois – Réveillère, Diatta, Cris, Berthod, Diarra, Essien, Juninho (puis Clément 85ème), Govou (cap) (puis Frau 74ème), Wiltord (puis Nilmar 74ème), Malouda.



Auxerre : Cool – Sagna, Bolf, Mignot, Jaurés, Violeau, Be Cheyrou, Mathis (puis Vandenbossche 72ème), Lachuer (cap), Benjani (puis Pieroni 84ème), Akalé.



Buts : pour OL, Wiltord (5ème), Juninho (29ème). Pour Auxerre, Be Cheyrou (66ème)



Avertissements : pour l'OL, Essien (93ème). Pour Auxerre, Akalé (44ème).



Nous n'avons pas vu le temps passer ! De l'été à cet automne aux portes de l'hiver ; des matches amicaux aux différentes compétitions officielles ; des arrivées aux départs en passant par les blessures… la vie olympienne enchaîne son activité à un rythme d'enfer. Porté par les succès, une histoire d'invincibilité, une qualification au 1/8ème de finale de la Champions League au soir du 4ème match de poule, une aura nouvelle dans les médias… le club lyonnais s'apprête à disputer, déjà, la 16ème journée du championnat de France. 4 matches encore, dont 2 à domicile, avant le passage du Père Noël. Ce samedi contre Auxerre, puis le 17 décembre face à Marseille. L'heure sera venue, on l'espère, de mettre ses jolis souliers cramponnés au pied du sapin avec le costume de leader sur le dos, en préparant ses vœux pour 2005…



Les Gones filent au train d'enfer de 2,2 points par match ; ils avaient été couronnés la saison dernière à la moyenne de 2,08. Dans cette compétition hexagonale, ils ont modifié leur « stratégie » : ils font la course en tête, toutes voiles dehors, après avoir lors des 3 derniers exercices primés « choisi » la remontée sur le fil à grands coups d'épaules… et de surplace de leurs adversaires. Pour cette édition, le surprenant Lille, juste dans leur dos, joue les irréductibles enquiquineurs ; le PSG est carrément largué ; Monaco et Marseille sont largement décramponnés ; Bordeaux, un peu moins. Quant à Sochaux et Auxerre, ils naviguent à portée d'espoir moins éloigné. Cela tombe bien, les Icaunais de Guy Roux sont face à eux… pour mieux les harponner, les repousser au terme de ces 90 minutes arbitrés par M. Bré.



Hardis les gars, malgré la fatigue, les absences de sacrés moussaillons! Vous n'avez pas fait tout ce chemin pour prendre maintenant un coup de barre sur la tête A Gerland, rien ou presque n'a été facile cette saison pour l'emporter ou rester invaincus. Il y aura à priori aujourd'hui encore quelques vagues compliquées à maîtriser. Paul Le Guen, breton sans être marin, l'a annoncé: «je m'attends à vivre des moments délicats dans cette rencontre ; soyons solidaire pour les passer sans encombres… Auxerre a pour habitude de savoir réagir après une défaite…». Le navire de l'Yonne est en effet resté en rade de Strasbourg ; il cherche les vents porteurs depuis 6 rencontres ; 5 petits points mis dans ses cales. Entre ces adversaires, adeptes du Challenge du Fair Play, les données du jour sont très claires. Avancer toujours et encore d'un côté ; arrêter de stagner de l'autre !



Comme prévu, l'entraîneur des Olympiens a titularisé Wiltord et Malouda. Essien est finalement présent au coup d'envoi. Sous les yeux de Sonny Anderson, Jacques Santini et de Marius Trésor, l'espion bordelais, les Lyonnais se mettaient tout de suite dans la partie. Ils se disaient peut-être qu'ils n'avaient pas assez d'essence pour tenir la totalité de la rencontre. Autant faire la différence si possible d'entrée. Govou et Malouda étaient à 2 doigts d'ouvrir le score après une poignée de secondes. 4 grosses minutes plus tard, une accélération fulgurante côté droit de Govou déposait ses opposants pour offrir un centre sur la tête de Wiltord qui claquait ainsi son premier but olympien en championnat. Les partenaires de « Sid » jouaient au chat et à la souris avec des Icaunais très attentistes. Govou avait des ailes ; Essien, Diarra et Juninho organisaient les débats ; Cris montait la garde derrière. Malouda s'échappait côté gauche, centrait sur le crâne plongeant de « Nino » qui ne doublait pas la mise (28ème). Qu'importe dans la minute suivante, l'ancien Gunner jouait les funambules le long de la ligne de but avant de mettre un ballon devant la cage de Cool… repris en se couchant par Juninho. Et de 2 en moins d'une demi-heure !

Mathis avait une belle occase qu'il mettait au dessus du but de Puydebois. Les Auxerrois n'avaient rien montré dans cette première période et finalement, on se disait que la soirée allait être plutôt tranquille pour les Gones. A la pause, Gerland réservait une ovation monstre à son enfant chéri « sonnygoal »…



Malheureusement le repos n'avait pas les mêmes vertus pour tout le monde. Les champions de France revenaient globalement fatigués ; les Auxerrois, bien décidés à ne pas « mourir » idiots, plus frais et disposés à montrer leurs possibilités de candidats aux premières places. Les vagues bleues commençaient à déferler dans le camp des locaux ; les tirs s'accumulaient le plus souvent imprécis avec au départ ou à la conclusion Benjani, Cheyrou et le remarquable capitaine Lachuer. Réveillère avait beau se démener sur le côté droit en réussissant en autre des centres très dangereux pour la défense visiteuse (62ème, 63ème)... Cool était tranquille dans sa cage ; Govou, sur une remise de Malouda gâchait cependant le but du KO (69ème), alors que précédemment Cheyrou en récupérant un ballon de manière chanceuse trompait Puydebois du droit (66ème) après avoir bricolé du gauche ; ce dernier ne pouvant que freiner sans l'arrêter ce ballon bizarre. L'ancien lillois mettant fin à une virginité de 636 minutes…



La partie avait changé d'âme. Incontestablement les copains de Violeau avaient les moyens de revenir au score. Les approximations lyonnaises mettaient leurs supporters dans l'embarras. Quelques fulgurances de Malouda, Nilmar, Frau, ces 2 derniers ayant remplacé Govou et Wiltord, manquaient de justesse. Les Gones, ne cadraient pas une seule frappe en seconde mi-temps. Les Gones en avaient tout simplement plein les bottes. Comment leur en vouloir ? Une seule chose comptait maintenant… que M. Bré siffle la fin de cette rencontre à 2 visages. La première période aux locaux ; la seconde aux visiteurs. Paul Le Guen l'avait prédit… l'OL aurait à essuyer des difficultés. Avec les tripes, le leader a ajouté une 10ème victoire à son tableau de chasse… reste invaincu au soir de cette 16ème journée et repousse un rival à 11 points de lui. Une soirée tout bénéf !









Statistiques :



Corners pour l'OL :4

Corners pour Auxerre : 5

Hors jeu pour l'OL : 8

Hors jeu pour Auxerre : 2

Coups francs pour l'OL : 17

Coups francs pour Auxerre : 16

Tirs cadrés pour l'OL : 4

Tirs cadrés pour Auxerre : 5

Tirs non cadrés pour l'OL : 10

Tirs non cadrés pour Auxerre : 7

Puydebois arrêts : 8

Puydebois arrêts décisifs : 0



R.B

Sur le même thème