masculins / OL - Toulouse J-1

Les Lyonnais n'ont pas le choix!

Publié le 04 février 2005 à 13:56 par R.B

[IMG4293L]Au soir du match nul à <b>Bastia</b>, une seule conclusion à toutes les analyses lyonnaises : «il faut faire une semaine à 4 points… ». Pas besoin de règle à calcul pour y arriver… <b>Toulouse</b> doit passer à la trappe de Gerland. Il est bien évident que l'aspect mathématique des choses prend de plus en plus d'importance au point de devenir quasiment l'unique objectif... que ces Toulousains "jouent ou ne jouent pas", l'OL doit retrouver son réalisme...

Au soir du match nul à Bastia, une seule conclusion à toutes les analyses lyonnaises : «il faut faire une semaine à 4 points… ». Pas besoin de règle à calcul pour y arriver… Toulouse doit passer à la trappe de Gerland. Il est bien évident que l'aspect mathématique des choses prend de plus en plus d'importance au point de devenir quasiment l'unique objectif. Des points, des points, toujours des points. Il en reste 42 à prendre en 1 260 minutes. Pour mémoire, la saison dernière les Gones avaient totalisé 32 points en 14 rencontres, soit une moyenne record de 2,28 points par match. Ils tournent actuellement à un rythme de 2,04 points par tranche de 90 minutes… tout ceci pour dire que ce qu'a fait l'OL la saison dernière, ce groupe peut encore le refaire, mais d'autres aussi ! Dans les conditions, où Monaco par exemple serait sur cette trajectoire, la fameuse moyenne de 2 points par rencontre serait juste suffisante pour coiffer une 4ème couronne hexagonale. Pas question donc de s'endormir en route, ni de s'inquiéter au regard du programme à venir. Auxerre, Lille et Monaco ont pour l'instant la même charge de travail. Seuls les Marseillais sont dégagés de toutes autres obligations que celles liées au championnat.



25ème journée ce samedi et 12ème rencontre à domicile avec la réception du TFC. Alors comme à chaque fois, se pose la question suivante: ces visiteurs vont-ils jouer un peu, beaucoup ou pas du tout ? Avec à l'extérieur une balance équilibrée de 10 buts encaissés pour 10 buts inscrits (dont 4 à Strasbourg) en 11 rencontres, on peut imaginer que les Violets ne partent pas en voyage la fleur au fusil ! Tout le monde ne s'appelle pas Caen… « C'est de plus en plus difficile de trouver des espaces dans le championnat et c'est la grosse différence avec la Champions League où les équipes n'ont pas de temps à perdre… ». Sidney Govou a résumé le film de cette saison, même si la prestation du champion de France mardi soir ne s'explique pas uniquement par la frilosité de l'adversaire. Le report de la rencontre, et ses conséquences, ayant peut-être pénalisé plus qu'on ne le pense le jeu lyonnais.



En ce qui concerne les visiteurs de ce samedi, les propos de Daniel Moreira sont explicites. « Nous venons pour prendre un point. Nous devons nous attacher à bien défendre. Contre Marseille dernièrement, nous avions failli dans ce secteur du jeu. Nous avons travaillé en conséquence lors des entraînements de la semaine pour que nous ne reproduisions pas les mêmes erreurs ». Cela promet ! D'autant que ce groupe a besoin d'enrayer la spirale des défaites, 2 de suite. D'autant aussi que 8 jours plus tard, les Toulousains recevront les Gones en 1/16ème de finale de la Coupe de France. Pour ce match, le discours est différent dans la bouche de l'ancien lensois. « Nous avons envie d'aller le plus loin possible dans cette compétition… et nous recevrons». On se dirige tout droit vers 2 expressions différentes du jeu des Violets.



Qu'ils « jouent ou ne jouent pas » ces Pitchounes, avec la présence de Dalmat dans leurs rangs, les locaux veulent, et doivent, montrer plus de réalisme défensif et offensif. « C'est l'affaire de tous… » a dit le capitaine Govou 48h après Bastia. Pas de séparation des tâches pour protéger ses filets et faire trembler ceux de Christophe Revault, le bondissant gardien toulousain ! Pourquoi changer en effet cette marque de fabrique locale qui a déjà fait si souvent ses preuves ? Et puis Wiltord est de retour. Avec Cacapa, Sylvain l'expérimenté pourrait être le Monsieur Plus de la fin de saison. En passeur, en buteur, en leader, en compétiteur… tout le monde attend « Nino » sur le devant de la scène. Restera ensuite, comme toujours, à Paul Le Guen d'articuler son 11 de départ, après avoir choisi son groupe de 16 éléments dont est sorti Jérémy Berthod. Depuis la deuxième mi-temps contre Marseille, à la maison, Essien joue dans l'axe de la défense. Cela peut-il changer contre les jeunes toulousains, dont les 3 internationaux espoirs (Taïder, Aubey et Ebondo), encadrés par les expérimentés Revault, Arribagé, Moreira? Nous verrons bien.



Enfin, le président Jean-Michel Aulas ne sera pas au stade pour suivre ces débats. En convalescence devant sa télévision, épaule remise à neuf après son accident de mardi, il doit souhaiter que ses joueurs ne le fassent pas trop trembler pendant les 90 minutes. Et surtout... surtout... il attend les 3 points pour arriver à ce fameux total de 4 dans une semaine qu'il n'oubliera pas. Messieurs, un succès serait un beau cadeau en guise de prompt rétablissement.



R.B



Sur le même thème