masculins / Peace Cup

Les Lyonnais retrouvent le terrain...

Publié le 22 juillet 2005 à 13:13 par R.B

[IMG6334L]L'hôtel <b>Intercontinental </b>de Séoul est un lieu de passage où tout est organisé de telle façon que votre séjour ne peut être qu'agréable.<br> Une fois dans le hall vous découvrez un monde différent. Vous êtes bien sûr en Corée du Sud, cela se voit à tous les niveaux des prestations, mais vous pouvez vous croire facilement ailleurs par la diversité des nationalités présentes...

L'hôtel Intercontinental de Séoul est un lieu de passage où tout est organisé de telle façon que votre séjour ne peut être qu'agréable. Une fois dans le hall vous découvrez un monde différent. Vous êtes bien sûr en Corée du Sud, cela se voit à tous les niveaux des prestations, mais vous pouvez vous croire facilement ailleurs par la diversité des nationalités présentes. Tous les continents sont représentés dans un va et vient incessant. En revanche pas question de vous baigner dans la piscine du Centre de remis en Forme si vous avez un tatouage apparent de plus de 3 centimètres. Les Coréens n'aiment pas certains signes extérieurs. Dans le hall de cet établissement, vous pouvez croiser des équipages d'Air France en escale à Séoul pour 2 jours. 2 stewards se sont rapprochés de la délégation lyonnaise et ont été invité au match contre le PSV Eindhoven. Habitués des voyages aux quatre coins du globe –un jour à Séoul, Rio, Mexico, Paris…- ils sont de bons conseils pour vous donner des adresses et vous livrent maintes anecdotes sur leur métier en parlant des avantages de leur professions. Hélas pour eux, ils ont du se coucher tôt jeudi soir en raison d'un départ pour Paris aux aurores ce vendredi 22 juillet. Vendredi ? Un journaliste et un cameraman de France 2 doivent rejoindre les autres journalistes pour préparer un sujet sur l'OL en prévision de Stade 2 du dimanche 24 juillet.



[IMG36073#W]



Lors d'un séjour comme celui-ci, on monte et descend souvent de sa chambre. On cherche à savoir qui a gagné l'étape du Tour de France, quels sont les derniers transferts en matière de football, quelle est l'actualité dans le monde. Dans les moments de calme, la nostalgie du pays vous gagne aussi, mais très vite, le moral revient en pensant à la chance que nous avons de faire ce métier, au plaisir que va nous procurer tout le travail à venir. En attendant Grégory Coupet pour faire un question-réponse avec lui, nous croisons Patrice Bergues qui revient d'Ulsan où il a supervisé les Anglais de Tottenham contre les Espagnols de la Real Sociedad. A 14h30, il est temps de faire le papier de l'interview avec Grégory Coupet et de sauter le déjeuner. Le rendez-vous pour le départ à l'entraînement est fixé à 16h30… En allant prendre le bus, nous retrouvons 2 des 3 supporters parisiens des Hexagones et Nicolas, un Français qui vit à Séoul. « Cela fait 2 ans que je suis ici. Je me suis marié à une Corénne que j'avais rencontrée quand je faisais mes études en Australie. Nous sommes tous les deux professeurs ; moi j'enseigne l'Anglais. Je suis Lyonnais d'origine et supporter de l'OL. Je suis un fidèle du Site Internet du club et dès qu'il y a un match ou des extraits, je regarde à la télé. Cela commence à être plus fréquent ; l'OL est de plus en plus connu en Corée avec ses résultats, ses Brésiliens. Autrefois, j'étais abonné à Gerland. La vie en Corée ? Si tu passes le cap des 6 premiers mois, tu te sens bien. Séoul, c'est particulier… surtout sur la rive sud du fleuve Han, là où vous êtes. C'est la partie la plus riche. Mais de l'autre côté, tu vois un autre visage de la Corée, celui que vous avez vu à Busan par exemple. Alors, oui la première impression est de la comparer aux Etats-Unis. Mais de l'intérieur, c'est différent. Le Coréen est très attaché à ses valeurs : il mange coréen, il dort coréen… c'est une société macho, où la femme a encore du mal à exister ; le Coréen est pudique. Le niveau de vie est très élevé et la vie de ces gens est jusqu'à la mort un véritable parcours du combattant. Ils doivent lutter en permanence. Cela commence à l'école où les gamins bossent comme des fous pour arriver ». Cette discussion nous aura ôté une partie de nos conclusions superficielles, notamment sur la ville de Séoul!



[IMG36072#W]



Pour rejoindre le stade d'entraînement de Seongnam, c'est la galère, malgré les motards. Une circulation de folie avec des bizarreries coréennes au volant. Le car étant plusieurs fois à un pare choc à peine de la collision. Du brouillard ou de la pollution empêchent de voir le soleil. En arrivant au stade, nous sommes saisis par une incroyable chaleur étouffante. Des libellules géantes tournoient au dessus de nos têtes. La séance durera un peu plus d'une heure. Spécifique gardiens avec Joël Bats ; échauffement pour les autres avec Robert Duverne, puis gammes avec ballon rythmées par la voix de Patrice Bergues.



[IMG36074#W]



Entre les exercices, arrêt boisson obligatoire. Ensuite, pour les uns, travail devant le but avec du mouvement à plusieurs partant du milieu de terrain, pendant que d'autres reprennent le boulot physique avec Robert Duverne et vice et versa. La séance, sur une pelouse légèrement haute, se terminant par un jeu sur tout le terrain avec de l'intensité, de l'engagement et cette envie de ne pas perdre.



[IMG36075#W]



Une conclusion ? Une fois encore, nous sommes remontés dans le car en ayant assisté à un entraînement de très grande qualité, faisant dire à un journaliste présent. «Quelle qualité, quelle intensité... je ne vois pas qui va les battre cette saison… ». Et pour finir, retour à l'hôtel en se payant de longues minutes de bouchon, parce que le chauffeur du bus avait perdu nos 2 motards exceptionnels.



R.B