masculins / Stuttgart - OL J-1

Les Lyonnais sont en Allemagne

Publié le 22 octobre 2007 à 10:53 par R.B

Les Lyonnais sont arrivés dimanche soir à Stuttgart après un vol bruyant mais sans histoire… Lundi matin, le thermomètre n’était pas bien haut sur les bords de la Neckar…

Dimanche à l’heure du départ, les uns et les autres cherchaient à connaître le vainqueur du dernier grand prix de F1 ou encore le résultat du match entre Nancy et Sochaux. « Laissez un peu de suspense. Ce serait bien que les Lorrains restent encore un peu au contact de l’OL… pour l’intérêt du championnat ». Si les dirigeants lyonnais étaient heureux du partage des points, un journaliste avait, en souriant, un peu de regret.

Une heure de vol avec un vacarme assourdissant si vous étiez assis vers le poste de pilotage. La faute à la porte passagère pas très bien fermée ! Inutile de dire qu’au-delà du bruit, cela n’a pas fait rire tout le monde. Pas de vent frigorifiant sur le tarmac de l’aéroport allemand. Les bagages rapidement récupérés, le bus de l’OL pouvait prendre la direction de l’hôtel, le Schlossgarten, situé en plein centre ville, juste à côté de la gare centrale édifiée en 1922.

En ce lundi, la routine européenne va s’installer. Une promenade en fin de matinée. La conférence de presse en milieu d’après-midi au stade du VFB, juste avant l’entraînement prévu à 18h. Dans la presse locale, le Stuttgarter Nachrichten, il est bien évidemment question de la déroute du champion d’Allemagne à Hambourg avec ce titre : « le combat pour le maintien a commencé ». Le buteur Gomez avouant : « ce fut un des pires matchs de ma carrière ». Bref, ce n’est pas la joie au VFB.

Sonny Anderson était présent à Hambourg. « Le VFB a mis une énorme pression en début de match pour essayer de marquer rapidement. Une fois qu’Hambourg a marqué, cela est devenu compliqué d’autant que Stuttgart a eu un expulsé…. Il manquait aussi des titulaires comme Meira, Delpierre… J’ai fait mon rapport au staff».

Du côté des cuisines, Frédéric, est arrivé samedi soir pour vérifier la mise en place générale. « C’est très carré, même s’il faut surveiller certaines choses comme la propension des Allemands à mettre des oignons partout… A midi ? Blanquette de veau et les classiques (pâtes, riz…) sans oublier bœuf bourguignon hallal pour les Musulmans de l’équipe. J’ai fait venir la viande de Strasbourg… Ce soir brochettes de poisson, de poulet… ». Cela nous mettrait en appétit, le petit déjeuner copieux à peine terminé.

Les joueurs s'occupent en attendant la balade. Pendant ce temps, Abdel, le kiné, est parti courir. Rémy Vercoutre se demande s'il va retrouver ses anciens partenaires strasbourgeois Boka et Farnerud. Et il nous parle de quelques souvenirs alsaciens...
Sur le même thème