masculins / Bilan

Les matchs de la saison

Publié le 25 mai 2014 à 08:00 par SC

Qu’elles se soient terminées par une victoire, par un nul ou par une défaite, certaines des 61 rencontres lyonnaises ont marqué cette saison 2013-14. Retour sur ces moments de joie intense ou de tristesse.

Claque. Ce 6 octobre dernier, les Olympiens ont été littéralement assommés lors de leur déplacement à Montpellier, avec un score de 5 buts à 1. Cela faisait près de 10 ans que l’OL n’avait pas encaissé autant de buts lors d’un revers en L1. Ce match restera comme l’un des moments les plus douloureux de la saison. Une page à vite tourner…

Tournant tactique. L’animation ne sera plus la même. Rémi Garde décide pour le match contre Rijeka (1-0) en octobre de passer du 4-3-3 au 4-4-2 avec le fameux milieu en losange. Gonalons, Fofana, Grenier, Gourcuff, Ferri ou encore Malbranque l’occuperont à merveille. Probablement une des raisons du renouveau lyonnais.

Mythique. Chez leurs voisins, ils se sentent comme chez eux. Les Lyonnais ont confirmé une souveraineté en terres stéphanoises qui court depuis 1994. Une énième performance donc à Geoffroy-Guichard, mais une qui a une saveur toute particulière du fait du contexte pesant, avec l’interdiction de déplacement des supporters, et du scénario hors-norme, avec ce but vainqueur inscrit à la dernière seconde.

Renversant. Impuissants durant 92 minutes face au bloc bordelais, 180 secondes auront suffi aux Lyonnais pour égaliser par l’intermédiaire de Bedimo, avant que Tolisso, d’un coup de tête rageur, donne la victoire aux siens. Une victoire décisive pour l’Europe à l’arrachée et aux tripes…

Football spectacle. Elle est sûrement une des prestations les plus abouties. Face à Plzen en 1/8ème de la Ligue Europa, la copie rendue par les Lyonnais a été de très grande facture. Fofana, par deux fois, Lacazette et Mvuemba ont été à la conclusion de très beaux mouvements collectifs. Gerland aura apprécié.

Arbitrage hors-jeu. Les Lyonnais auront dû composer cette saison avec de nombreuses décisions arbitrales défavorables. La réception de Monaco en est le triste paroxysme. L’OL est défait 3 buts à 2. Problème, les 3 réalisations monégasques ont été inscrites suite à des positions de hors-jeu…cruel.

Tête haute. Les Lyonnais sont sortis avec les honneurs de la Ligue Europa. Ils n’ont pas démérité lors de leur double confrontation face à la Juventus en quart, en ne s’inclinant que sur la plus petite des marges. Seul un but contre son camp au retour à Turin aura eu raison des espoirs lyonnais. Il y avait une pointe de regrets ce soir-là…

Colosse à terre. Ils ont signé le 13 avril dernier un exploit en majuscule. Avec du cœur, un Lopes impérial et un Ferri buteur sniper, les Lyonnais ont réussi à Gerland la prouesse de faire tomber le leader et champion parisien.

Bredouille. L’OL est reparti les mains vides du Stade de France. Une semaine après avoir battu le PSG en L1, les Olympiens ne sont pas parvenus à réécrire l’exploit en capitale. Ils ont été battus 2 à 1, en concédant notamment un pénalty pour une faute…en dehors de la surface.

Mission accomplie. Le coach lyonnais avait une mission en cette saison 2013-14, qualifier son équipe pour une 18ème campagne européenne de rang. Chose faite au bout du suspens. Les joueurs de Rémi Garde lui ont offert un beau cadeau pour son dernier match sur le banc en s’imposant 1 à 0 à Nice. Ils ont dû batailler jusqu’au coup de sifflet final d’une saison compliquée, durant laquelle les valeurs morales auront fait la différence.

Sur le même thème