masculins / Bastia 0 - OL 0

Les matchs se suivent....

Publié le 13 décembre 2003 à 23:00

...et ne se ressemblent pas pour l'OL. Après une rencontre exceptionnelle mercredi face au Celtic, le changement de décor a été brutal ce soir à Bastia dans une partie où il a fallu attendre les 10 dernières minutes pour voir enfin un peu d'animation. Malheureusement, les Champions de France ne sont pas parvenus à tromper la plus mauvaise défense du championnat et concèdent donc un nul, 0-0, quelque peu embêtant...



On pouvait s'y attendre, trois jours après un match décisif de haute volée en Ligue des Champions face au Celtic, le retour aux joutes nationales dans la torpeur bastiaise s'annonçait d'une toute autre teneur pour les Olympiens. D'ailleurs Paul Le Guen avait décidé de procéder à 5 changements, avec notamment Govou en pointe, pour ce déplacement dans l'Ile de Beauté et, effectivement, le contraste fut saisissant...

Ainsi, en première période, même si le jeu produit par les 22 acteurs s'avérait plutôt bien posé, rares étaient les occasions à se mettre sous la dent. Après une tête d'Essien qui passait juste au-dessus sur un corner de Juninho (2'), le fait le plus maquant de ce début de partie résidait dans la sortie sur blessure de Kevin Jacmot (3'). L'ancien lyonnais, qui appartient toujours au club champion de France, se révélant ainsi bien malchanceux pour sa première titularisation.



Pour le reste, il fallait attendre la 20e minute et un tir de Batlles au devant duquel Caçapa se couchait et repoussait le ballon, pour voir de nouveau une petite opportunité de but. Et, c'était à peu près tout pour cette première demi-heure qui frôlait l'indigence.... C'était même presque contre toute attente que Maurice, encore un ancien lyonnais, manquait d'un rien l'ouverture du score, sa reprise, consécutive à un corner de Batlles, venant mourir au ras du poteau (32').

Mais bien vite le match retrouvait de sa monotonie et la pause se profilait � grands pas. Juste avant celle-ci, cependant, les choses s'accéléraient un peu, Penneteau devant stopper une tête de Govou (41'), puis Coupet repoussant un tir de Maurice (44'). Néanmoins, tout cela ne restait guère emballant...



Heureusement, même si la seconde période reprenait sur le même faux-rythme que la première, les 45 dernières minutes allaient être un peu plus réjouissantes. Et notamment du côté lyonnais où Govou, bien alerté par Réveillère, rentré à la pause en lieu et place de Deflandre, se procurait une belle opportunité. Mais sorti au devant de l'attaquant olympien, Penneteau remportait son duel et annihilait, par là même, la meilleure occasion du match (58').

Quelques instants plus tard, témoin du regain d'animation dans cette partie, Uras, ancien de la maison lui aussi, venait, suite à un corner, placer une reprise au ras de la barre (66'). Le match était-il enfin lancé ? Pas vraiment quand même car le quart d'heure suivant n'apportait pas grand-chose et Paul le Guen décidait alors de remanier quelque peu son effectif en incorporant Luyindula et Elber à la place de Carrière et Govou, un peu trop isolé aux avants-postes (72').



Avec cet afflux de sang frais, l'OL semblait retrouver de son dynamisme et allait alors pousser en fin de rencontre. Dhorasoo trouvait ainsi Elber dans la profondeur, le Brésilien s'excentrait mais réussissait à ajuster un bon centre pour Essien, lancé à toute vapeur, qui reprenait et obligeait Penneteau à un arrêt réflexe (83'). Cette fois l'ouverture du score était passée tout proche pour les Gones et un Mickaël Essien débordant d'envie et d'énergie pour son retour à Furiani...

Le Ghanéen, sans aucun doute l'homme du match, continuait de sonner la révolte et, dans la foulée, inquiétait encore le portier corse d'un joli tir du gauche sans angle (84'). Sous son impulsion, l'OL faisait désormais feu de toute part, Penneteau devant de nouveau intervenir sur une bonne frappe de Malouda (86'). Malheureusement ces poussées lyonnaises n'étaient pas récompensées, mais avaient au moins le mérite de débrider cette rencontre, jusque là, on l'aura compris, bien terne. Ainsi Bastia apportait la réplique et essayait, à son tour, de forcer la décision dans les ultimes minutes. Sans plus de réussite toutefois, Batlles, auteur d'un puissant tir (90'), puis Née, d'une frappe écrasée (93'), trouvant un Coupet vigilant sur leur route.



Entre anciens rhodaniens (Uras, Jacmot, Maurice, Née et Hugues) et anciens corses (Essien) on se quittait donc bons amis, mais ce point engrangé n'avait pas la même saveur pour les deux équipes, l'OL voyant ses adversaires directs (Paris, Sochaux, Auxerre, tous vainqueurs) se rapprocher un peu plus, en attendant le match de Monaco demain qui pourrait voir les hommes de Deschamps prendre le large.







T.L.



Sur le même thème