masculins / OL 1 - OM 1

Les Olympiens se partagent logiquement la mise

Publié le 17 décembre 2004 à 23:43 par R.B

[IMG3849L]Finalement ce match nul 1 à 1 est fort logique. Les Lyonnais ont eu du mal à trouver des solutions face à des Marseillais bien en place et opportunistes. L'OL termine cette première partie de saison avec le titre de Champion d'automne... invaincu... mais certainement fatigué. Les vacances arrivent à point pour récharger les batteries; la seconde moitié de la saison ne sera pas du tout repos...

A Lyon, stade de Gerland, OL 1 OM 1 (mi-temps : 1-1) ; Pelouse : grasse; temps : frais et pluvieux; spectateurs : 38 728 ; arbitre : Claude Colombo (Méditerranée).



OL : Puydebois – Réveillère, Cris, Diatta (puis Frau 46ème), Abidal, Essien, Diarra, Juninho, Govou (cap) (puis Bergougnoux 82ème), Wiltord, Malouda (puis Nilmar 70ème).



OM : Gavanon – Ferreira, Dehu (cap), Meite, Beye, Olembe, Costa, Nasri (puis Br Cheyrou 60ème), Pedretti, Luyindula (puis Bamogo 46ème), Marlet.



Buts: pour OL, Govou (38ème); pour OM, Luyindula (3ème).



Cartons jaunes: pour OM, Ferreira (25ème), Pedretti (37ème), Meite (87ème).



2 initiales suffisent pour les nommer, les reconnaître. Ils sont les 2 seuls clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 à être dans ce cas là ! OL… OM… club de Lyon et de Marseille, 2 villes aux différences bien marquées ; 2 villes qui se sont disputées longtemps le titre de 2ème ville de France. Cet OM, exubérant, excessif… n'a plus rien gagné depuis sa Coupe d'Europe 93. Une éternité pour ses supporters exigeants ! La patience n'est pas une vertu phocéenne. Alors on achète, on vend, on prête, on licencie ; on fait, défait et refait ; on chante, on crie, on boycotte. La Bonne Mère est dépassée… devant « cette folie ». Ce volcan aux allures napolitaines crache depuis quelques temps sa lave ; Troussier, invité à jouer le pompier de service, a intérêt de trouver rapidement les clefs du bazar chaud bouillant. Il a choisi à priori la manière forte pour éteindre les flammes de sa nouvelle demeure. Ce marche ou crève a besoin rapidement de résultats pour valider sa méthode ! Sinon…



A Lyon ; à l'OL tout va différemment. En place depuis 87, Jean-Michel Aulas a construit pierre après pierre une très belle maison qu'il continue d'embellir saison après saison. 7 titres lors des 4 derniers exercices… et cela semble bien parti pour ne pas s'arrêter là. Il pourrait déjà y avoir ce vendredi soir le titre honorifique de Champion d'automne en attendant beaucoup plus en mai. Sur les chemins de l'Europe, cet OL là, sera peut être un jour ou l'autre le successeur de l'OM d'autrefois. Invaincue en championnat cette saison, l'équipe olympienne veut partir en vacances sur une bonne note. Tant pis pour l'OM en recherche de nouvelle identité… et de sérénité.



OL – OM, c'est toujours un match différent des autres. Diouf et Troussier captent l'attention des médias avant le match et se prêtent, un peu cabot, au jeu de la notoriété. Pendant ce temps le ministre Dominique Perben se fait expliquer comment fonctionne la sécurité dans le stade et les supporters des 2 camps chantent ou s'invectivent…



Paul Le Guen a choisi une formule connue et les hommes prévus avec le retour d'Abidal ; PhilippeTroussier a préféré une 3ème formule en 3 matchs sur le banc, titularisant Luyindula et Marlet devant avec le jeune Nasri juste derrière et la paire de récupérateurs Costa-Pedretti. Gerland a mis de la couleur et du cœur dans ses dernières animations de l'année… mais c'est Marseille qui met le feu au poudre d'entrée en transformant une erreur d'appréciation d'Abidal en but par le pied agile de Luyindula qui après avoir buté sur un excellent Puydebois récupérait la munition pour la mettre au fond de la cage lyonnaise. Douche froide dès la 3ème minute de jeu ! Les Phocéens sont bien en place, gênent considérablement l'élaboration des actions locales qui n'ont pas de solutions dans l'entonnoir du milieu de terrain, bégayant entre jeu long et jeu court. Juninho place un coup franc lointain contraignant Gavanon à dégager en corner (12ème).



L'OM est mieux entré dans cette rencontre que les Champions de France. Ces derniers accélèrent cependant leur partition et poussent plusieurs fois les jaune et noir à la faute. Mais c'est une approximation de Diarra (26ème) qui met dans l'embarras ses partenaires. Heureusement Diatta ralentit la frappe de Luyindula captée par Puydebois. On se dit que cette soirée va être difficile pour les nerfs des supporters des Gones. Leurs protégés se décident à passer par les côtés. Govou frappe dans la surface après un bon décalage d'un partenaire; puis Abidal est contré, avant que Malouda sur la gauche ne trouve Wiltord dans la surface de réparation. Sylvain fait les boulevards extérieurs à la défense marseillaise et centre en retrait pour Govou qui en se jetant sur le ballon égalise avec un peu de chance (38ème). Ouf ! Dieu que cela a été dur. 1 à 1 au repos avec ce sentiment que les partenaires de Govou n'ont pas pu ou su trouver les remèdes pour prendre le dessus sur les coéquipiers de Dehu.



Diatta est resté aux vestiaires ; Paul Le Guen a décidé de faire glisser Essien dans l'axe de la défense aux côtés de Cris ; Frau se positionnant aux avants postes, Wiltord joue derrière lui. Changement de tactique donc et 10 minutes après ce remaniement, Wiltord se demande comment il n'a pu transformer en or une action Govou-Reveillère. Anthony centrant à la perfection pour l'ancien gunner qui du pied gauche trouve la parade de Gavanon ! Les Lyonnais poussent sous la pluie qui s'est invitée; Govou, Frau, Abidal frappent sans succès. On croit même au but sur une action Malouda-Govou ; le tir du capitaine étant à deux doigts d'échapper aux gants de Gavanon (64ème). Nilmar réclamé par Gerland remplace Malouda. Et ces Phocéens toujours bien dans la partie doivent à une parade extraordinaire de Puydebois au ras de son poteau gauche sur une tête de Ferreira à la chute d'un coup franc de Pedretti (72ème) de ne pas lever une deuxième fois les bras de joie. Quel arrêt de Nico !



Les locaux auront beau essayer par Abidal, Bergougnoux, Juninho…alimentés sans cesse par le géant Diarra, le tableau d'affichage ne changera pas. Les potes buteurs Govou-Luyindula pouvaient se congratuler; les anciens anglais, Marlet et Wiltord faisaient un brin de causette en rentrant aux vestiaires. Ce fut plutôt crispant, pas vraiment facile pour des Champions de France aux esprits et aux muscles certainement fatigués à l'exception de « l'énormissime » Diarra, du solide Cris, d'un très bon Réveillère… Du coup, il n'y eut pas vraiment de domination lyonnaise… la faute aussi aux Marseillais qui avaient tissé leur toile avec intelligence en se montrant habiles en contres. Finalement ce résultat est logique. L'OL est champion d'automne invaincu, mais a ralenti la cadence sur la fin de cette première phase en prenant 7 points en 5 rencontres. Les vacances tombent à pic… elles sont bien méritées. Et Marseille est toujours à 10 points...



Statistiques:



Corners pour OL: 7

Corners pour OM: 2

Hors jeu pour OL: 4

Hors jeu pour OM : 2

Coups francs pour OL : 20

Coups francs pour OM : 12

Tirs cadrés pour OL : 7

Tirs cadrés pour OM : 5

Tirs non cadrés pour OL : 9

Tirs non cadrés pour OM : 4

Puydebois arrêts : 9

Puydebois arrêts décisifs : 1



R.B

Sur le même thème