masculins / FC Séville - OL

« Les Sévillans connaissent l’OL comme étant une grande équipe en France »

Publié le 26 septembre 2016 à 12:00 par SC

Carlos Pérez est un témoin privilégié pour parler du FC Séville. Journaliste à l’Estadio Deportivo, quotidien espagnol spécialisé dans le football sévillan, il a accepté de présenter le club qu’il connaît parfaitement, le stade, le match face à l’OL... Premier tour d’horizon.

L’OL vu d’Espagne…

« Il est vu comme un club français important, avec un passé récent très heureux. L’arrivée de l'argent qatari dans le budget du PSG a créé une rupture dans cette dynamique, bien que l'image de l'OL continue d'être forte, notamment grâce à son président, Jean-Michel Aulas, qui affiche de grandes ambitions. Il a aussi su créer la meilleure fabrique de jeunes footballeurs du pays. Chaque année, de nombreux joueurs très prometteurs du centre de formation se révèlent avec l’équipe première. »

… et par les supporters du FC Séville

« Les supporters sévillans n'ont en général pas beaucoup de connaissances sur l'actualité de l'OL, l’entraîneur, les joueurs, le classement... Mais, quand la boule de l’OL est sortie avec celle du FC Séville lors du tirage de la Ligue des Champions, c’est le respect qui a dominé. Le club de Lyon est connu pour être une grande équipe en France. »

Le match

« A priori, la logique voudrait que la Juventus finisse première du groupe et que le Dinamo Zagreb soit l’équipe la moins taillée pour terminer dans les trois premiers. Il me semble aussi que l’OL et le FC Séville vont lutter pour la deuxième place. Ces deux équipes vont donc considérer leurs deux confrontations directes comme de vraies finales pour une qualification. Ce seront des matchs très serrés et disputés. »

La forme des deux équipes

« L’OL est certainement sur une dynamique plutôt négative à cause des nombreuses blessures. C’était bien face à Zagreb dans le nouveau système en 3-5-1-1 mais un peu moins bien en championnat. Le FC Séville a aussi des doutes. Il a subitement changé d’entraîneur avec le départ d'Emery au PSG et Jorge Sampaoli n'a pas encore réussi à insuffler sa philosophie de jeu à l’équipe. Je pense qu’il y aura une grosse bataille pour la possession entre deux équipes qui aiment dominer les matchs, faire beaucoup de passes courtes pour s’approcher de la cage rivale ou chercher ses attaquants dans la profondeur. »

Sur le même thème