masculins / Grand Stade

Les Stades, un investissement indispensable et rentable pour la France

Publié le 18 décembre 2009 à 10:33 par

Partant du constat que la modernisation du parc de stades en France se heurte au manque d’impulsion politique et financière de l’Etat, SPORTFIVE a commandité - auprès des experts indépendants Frédéric Bolotny et Dominique Debreyer - une étude, intitulée « Investissement Stades – un investissement indispensable et rentable pour la France », dont les chiffres clés ont été dévoilés ce jour par son Directeur Général, Christophe Bouchet.  

Le champ d’étude, défini par SPORTFIVE,  analyse, pour un échantillon de vingt stades (treize de L1 et sept de L2 / dix rénovations et dix nouvelles constructions) les recettes fiscales et sociales additionnelles pour l’Etat générées pendant une saison grâce au remplacement d’enceintes obsolètes par des stades modernes et de capacité accrue. La comparaison concerne les saisons 2007-08 vs. 2014-15 (hypothèse de mise en service du nouveau parc de stades).

L’étude, volontairement limitée à l’activité football et aux compétitions de clubs, mesure sur une base de calculs en hypothèse basse :

  • l’augmentation des recettes « jour de match » pour les clubs grâce aux nouvelles enceintes, à travers trois sources de revenus (Billetterie, Hospitalité, « Catering »).
  • l’impact sur l’économie des clubs.
  • les recettes fiscales et sociales supplémentaires pour l’Etat provenant de l’augmentation de ces revenus d’exploitation des nouvelles enceintes.

 Un investissement profitable à tous

Cette étude démontre que les enceintes sportives ne sont pas des centres de coûts à l’utilité sociale discutable, mais bien des investissements profitables à tous, y compris à l’Etat :

  • Impact sur l’économie des vingt clubs : une hausse moyenne des revenus « jour de match » de 118% :

- augmentation des recettes billetterie de près de 90% : de 95,4 M€ à 181,1 M€

- augmentation des recettes hospitalité de 162% : de 59,7M€ à 156,6M€

 

  • Impact fiscal et social additionnel de l’exploitation « jour de match » des nouvelles enceintes : + 79 M€ par exercice fiscal pour l’Etat (69 M€ en euros constants)

 Un investissement rentable en seulement deux exercices fiscaux

Cela illustre que les clubs et leurs salariés rembourseront en deux exercices fiscaux les 150 millions d’euros investis par l’Etat dans le cadre du fond spécial à l’Euro 2016,  et qu’avec une durée de vie de ving-cinq ans, les nouveaux stades généreront a minima 2 milliards d’euros (constants) de recettes fiscales et sociales.

Notons qu’à ces sommes s’ajoutent d’autres sources de revenus fis non prises en compte par l’étude (droits de Naming, augmentation des revenus de sponsoring, développement économique des secteurs connexes comme le BTP, créations d’emplois…).

A ce sujet, Christophe Bouchet, Directeur Général de SPORTFIVE, déclare : « Pour que les projets se concrétisent, l’Etat doit donner l’impulsion : lever les freins politiques et favoriser un effet de levier sur l’investissement des collectivités locales et du privé. La réalisation de ces projets ne pourra se faire sans un réel élan politique : en apportant des solutions juridiques adaptées, il permettra au secteur privé d’investir pertinemment et d’accélérer un développement aussi indispensable que rentable. SPORTFIVE, acteur majeur de l’économie du sport, se devait de porter sa pierre à l’édifice et au débat crucial sur l’état des stades français».

 

Retrouvez toute l'actualité du grand Stade, sur le site GrandStadeOL.com