masculins / 2010

Les voeux de Jean-Michel Aulas

Publié le 07 janvier 2010 à 20:13 par BV

Les vœux pour 2010

Il faut souhaiter que 2010 soit meilleure que 2009 parce qu'en termes de résultats on a été un peu en dedans par rapport à nos habitudes. Je voudrais surtout souhaiter aux supporters lyonnais la santé, d’avoir confiance en leur club, que l’on se retrouve, comme cela a été le cas dans le passé, dans une famille sûre d’elle-même, de son passé et de son avenir. Je voudrais également souhaiter aux joueurs qu'ils aient confiance en eux. Depuis quelque temps, on a eu un certain nombre de faiblesses physiques, ligamentaires et au niveau des adducteurs : il faudra donc non seulement se souhaiter une bonne santé mais également trouver ce qui a été à l’origine de ces faiblesses. Claude (Puel) l’a bien analysé : la préparation a été intense avec pour objectif la qualification (pour la phase de poules de la Champions League), on l’a ensuite peut-être payé. 

 

Bilan 2009

C’est une année que la plupart des clubs auraient aimé connaître. C’est en la comparant à ce que l’on avait fait auparavant, qui était exceptionnel, que l’année 2009 est apparue en demi-teinte. Cela faisait près de 10 ans que l’on n’avait plus connu d'année sans trophée. Sur un plan personnel, je suis partagé entre la peine, l’humilité qui amène la remise en cause et la volonté de montrer la voie à tout le monde pour donner l’impulsion. Lorsque l’on se retrouve au niveau des meilleurs mais sans être le meilleur, il y a un petit goût amer. C’est d’autant plus perceptible qu’à Lyon on aime la performance mais également le beau jeu. On est donc restés en deçà de ce que l’on pourrait être dans le futur. Quand les supporters expriment leur déception, j’ai envie de leur dire : « pas à domicile contre nos joueurs, parce que c’est donner une double chance à nos adversaires. » Ce n’est pas en encourageant l’adversaire que l’on se donne les moyens de réussir. Depuis 10 ans, nous avons été comblés par cette équipe, c’est par l’encouragement sans faille que l’on parvient à surmonter les difficultés.

 

Les remèdes pour 2010

Il n’y a pas eu de notre part de laisser-aller : on s’est tous remis en cause avec des débats, des réflexions, des interrogations, sans non plus se tirer des balles dans le pied. On était inquiets et malheureux, il fallait faire prendre conscience à tout le monde que certaines choses devaient changer. En Tunisie, les joueurs se sont exprimés sur un certain nombre de choses que nous n’avions jusqu’alors pas abordées. Je suis persuadé que, grâce à cela, nous allons pouvoir repartir sur de bonnes bases. Ce n’est pas un optimisme béat, c’est le sentiment du travail accompli.

 

Les rêves pour 2010

En Ligue 1, Bordeaux a une avance considérable, mais rien n’est joué. Si on se dit que gagner le titre doit être une priorité, on va soit faire rire, soit s’attirer de la désobligeance. Il faut donc, dans un premier temps, chercher à se qualifier pour la Champions League, car c’est indispensable. Et puis, qui sait, je suis persuadé que les quelques jours que l’on vient de passer ensemble vont permettre de reprendre dans le bon sens tout ce qui a été fait et éviter les anomalies de la fin de l’année 2009. Si j’étais prétentieux, je dirais que le trophée qui me fait rêver, c’est la Champions League. Il faut avoir l’envie de se surpasser, car c’est la compétition la plus envoûtante, la plus dure. On va avoir avec le Real Madrid un point de passage considérable. Il faut se dire que si on venait à les éliminer, cela pourrait être la bonne année pour l’OL.

 

L’OL et le mercato

Il faut permettre aux joueurs de se lâcher, de sortir de leur coquille mais la concurrence peut parfois être un élément de compétitivité : le mercato doit servir à cela. Celui-ci va débuter par le retour des blessés. Si on a la possibilité de trouver à certains postes des joueurs internationaux, on essaiera de le faire, même si c’est très difficile. Si on ne trouve pas, on en restera là mais ce ne sera pas par dépit mais parce que nous n’aurons pas trouvé la pointure que nous souhaitons. On cherche au moins un joueur, peut-être deux, mais il n’y a pas d’obligation.

 

 Patrick Vieira à Manchester City

Il faisait partie des profils qui auraient pu nous intéresser : un joueur de grand talent avec une personnalité qui en impose. Mais il évolue à un poste où l’on avait déjà un certain nombre de joueurs, dont le meilleur Français avec lequel il aurait pu être en concurrence (Jérémy Toulalan). L’autre incertitude, c’est : « pourquoi Patrick Vieira ne joue-t-il pas suffisamment à l’Inter Milan ? Pourquoi Mourinho ne l’a-t-il pas gardé ? »

 

Des départs

Il n’y a pas de départ de prévu. On sait simplement qu’un certain nombre de joueurs sont en fin de cycle en fin de saison ; il faudra trouver des solutions avec eux, soit pour les prolonger, soit pour les garder sous pression lors des derniers mois.

 

Jean-Pierre Escalettes qui évoque la succession de Raymond Domenech

Je trouve que ce n’est pas le moment. Se poser la quesion de l’ "après-Domenech" n’est probablement pas opportun. Pour l’instant, il faut se concentrer sur une question : « comment être performant en Afrique du Sud ? » L’Afrique du Sud est un pays riche de symboles pour le football mais également pour des valeurs fondamentales. Il y a quelques semaines, j’avais dit que, comme à tout amateur de football, l’organisation de l’équipe de France ne me paraissait pas assez professionnelle et que l’on devait peut-être mettre au dessus du sélectionneur un président, ou un manager qui aurait permis d’améliorer la relation avec les médias, de conforter un certain nombre d’orientations. Sans être candidat, parce que de toute façon j’irai à la Coupe du Monde et je serai proche de l’équipe de France, j’avais dit qu’il s’agirait d’un poste dont tous les amateurs de football rêveraient, et que j’en faisais partie.

 

OL Féminin

C'est une formidable équipe, qui a des moyens considérables puisqu’on a fait le recrutement pour lui permettre de viser tous les titres. L’OL féminin devrait être le Barcelone du football féminin. Je rêve de voir cette équipe inscrire à son palmarès tous les titres qu’elle va tenter de conquérir, comme l’a fait Barcelone cette saison après nous avoir éliminés en Champions League.