masculins / Werder - OL

L'heure du match approche… sous la neige.

Publié le 23 février 2005 à 11:03 par SR RB

[IMG4735R]Le petit déjeuner a traîné en longueur ; ce sont les instants où chacun hume la journée à vivre avec en toile de fond ce match qui alimente toutes les conversations de la presse française qui se demande si la rencontre va se disputer en voyant tomber la neige. Un tram orange et vert passe sous les fenêtres de l'hôtel. Il est habillé aux couleurs du club...

[IMG34481#W]
La nuit de mardi a été douce sur les bords de la Weser. Après la banquise du Stadion des Verts, il fallait trouver une source de chaleur. Rendez-vous chez Rafael à l'Osteria. Ballon rond, pasta, grappa et qualité de l'accueil. Dans un sabir incroyable où les phrases se construisaient avec des bouts de mots de la langue de Dante, Shakespeare, Molière et Goethe… ce 1/8ème de finale entre Brêmois et Lyonnais a fait le tour de la table. Rafael, le patron, fan de la Juventus, nous a prévenus. « Le Werder est une équipe méconnue ; c'est un bloc compact avec un entraîneur hyper malin. En Allemagne, les gens ne comprennent pas que Valérien Ismaël ne soit pas international… quant à Micoud, il est capable de faire la différence… Enfin, vous les Français, vous n'imaginez pas le froid qu'il va faire mercredi soir… Je vous le dis : attention à ce froid ! ». Dughi, le serveur d'origine albanaise aux allures de Gino Italien, nous assure lui qu'il sera à fond derrière les Gones. « 1 à 0 pour les Allemands à l'aller ; 1 à 0 pour vous au retour et qualification aux tirs au but… ». Tous les supporters olympiens sont d'accord pour acheter le scénario.



Il est déjà mercredi matin ; la Weser dort tranquillement, malgré les lumières d'une ville endormie où seul un chat au loin peut nous indiquer le chemin de la gare et de notre hôtel. Le Bayern, Liverpool, Madrid et Eindhoven se sont couchés en vainqueurs plus ou moins confortables. Dans quelques heures, le Champion de France devra assumer son statut d'européen ambitieux. En se levant en ce 23 février, ils auront d'abord vu la neige tomber à gros flocons. Heureusement la pelouse du Weserstadion est chauffée avec sa tuyauterie de 27 kms de long et sa température à 16 degré. Non seulement la Bundesliga fait une longue pause en hiver, mais en plus l'herbe est soignée aux petits oignons. La neige tombe ; le vent souffle aussi et la presse du coin a partagé sa première page sportive avec d'un côté la question du duo d'attaque : est-ce que Klasnic et Klose joueront ensemble ou bien, Thomas Schaaf choisira-t-il le tandem Klasnic-Valdez ? Dans l'autre partie, place à l'actualité de l'OL avec les propos entendus lors de la conférence de presse. Rien de surprenant… Juninho y est appelé Monsieur 50%... Au final chaque équipe a l'air de bien savoir ce qu'elle aura à faire ce mercredi soir en s'appuyant sur ses forces et en ne négligeant absolument pas son adversaire. Intox ou info...

Le président Jean-Michel Aulas n'est pas venu avec ses joueurs en raison de son épaule opérée récemment. Mais il peut les rejoindre aujourd'hui l'esprit en paix. Le dernier entraînement a montré un groupe hyper attentionné et joyeux. Cela sent le sacré combat…



Le petit déjeuner a traîné en longueur ; ce sont les instants où chacun hume la journée à vivre avec en toile de fond ce match qui alimente toutes les conversations de la presse française qui se demande si la rencontre va se disputer en voyant tomber la neige. Un tram orange et vert passe sous les fenêtres de l'hôtel. Il est habillé aux couleurs du club. Ils sont deux comme cela à rouler dans les grandes avenues de la Cité hanséatique. Imaginez la même chose à Lyon … ce serait plutôt sympa.



Il est maintenant 10h 30… les aiguilles du temps vont passer lentement ; avec ces conditions climatiques, la balade touristique n'est pas engageante pour le voyageur français ; c'est un jour à taper le carton… Quoique la Weser sous la neige avec ses vieux bâtiments pour décor, cela mérite bien un peu d'inconfort…



R.B (photos S.R)

Sur le même thème