masculins / Rétro

Ligue 1 : L’OL va pouvoir passer les fêtes au chaud

Publié le 23 décembre 2016 à 15:00 par CC

Grâce à son dernier succès de l’année décroché mercredi soir devant Angers (2-0), l’OL s’est clairement repositionné dans le championnat de France et peut être ambitieux pour la seconde partie de saison.

La réaction de Jean-Michel Aulas mercredi soir au micro d’OLTV, quelques minutes seulement après la victoire face à Angers traduisait implicitement le soulagement présidentiel : « Le soir de la défaite face à Guingamp, on était dans de sales draps. Mais on a prêché l’unité, notamment autour du coach (…).On a gravi tous ensemble une montagne. On a 34 points avec un match en retard. On est dans de bonnes dispositions pour la suite… »

C’est certain, l’OL va pouvoir passer les fêtes au chaud et se préparer sereinement aux nombreuses échéances de 2017. Car les coéquipiers de Maxime Gonalons sont clairement de retour aux affaires. Avec 34 points, les Olympiens sont revenus à distance respectable du podium : 5 points de retard sur le PSG, 8 sur l’AS Monaco et 10 sur l’OGC Nice. On imagine déjà la bonne affaire si l’OL pouvait récupérer les trois points de la victoire face au FC Metz.

Comment l’OL a pu se remettre à l’endroit alors que l’horizon était bien sombre et le ciel menaçant au soir de la défaite 3-1 au Parc OL devant l’En-Avant de Guingamp ? Tout d’abord, en resserrant les lignes : «on  a prêché l’unité, explique le président Aulas, il y a eu beaucoup de travail, d’implication. On a retrouvé progressivement de la constance et du talent. »

On  a prêché l’unité, il y a eu beaucoup de travail, d’implication. On a retrouvé progressivement de la constance et du talent.

Il y a eu aussi la force d’un sursaut immédiat avec une prise de conscience collective. Deux jours après le couac de Guingamp, le président Aulas lançait officiellement sur OLTV les contours du plan lyonnais en misant sur un total de 31 points à la trêve. L’effet était immédiat avec une victoire fondatrice à Toulouse (1-2) suivie d’une série positive avec un nul ramené de Turin en Ligue des champions (1-1) et des courtes victoires face à Bastia et à Lille.


Depuis le 22 octobre, l’OL n’a perdu qu’une fois, et contre le cours du jeu face au PSG (1-2). L’équipe de Bruno Genesio a surtout enchaîné les performances en Ligue 1 – 7 victoires en 8 matchs - et marqué à plusieurs reprises les esprits en signant un carton à la Beaujoire face au FC Nantes (0-6) et en s’imposant en costaud sur le terrain de l’AS Monaco (1-3).

Un collectif de nouveau performant et des individualités qui s’épanouissent enfin : Anthony Lopes est redevenu un dernier rempart intraitable. La charnière centrale Diakhaby-Yanga Mbiwa s’est imposée comme incontournable, Rafael a multiplié les belles sorties sur le côté droit, Morel et Rybus se sont partagés à bon escient le flanc gauche de la défense. Au milieu de terrain, autour des incontournables Gonalons et Tolisso, Lucas Tousart a su saisir sa chance et montré qu’il était devenu une belle alternative dans cette équipe qui compte aussi Ferri, Darder et Grenier. Et devant, c’est tout simplement un quatuor qui s’est détaché… Aligner dans le onze de départ, Rachid Ghezzal, Nabil Fekir, Alex Lacazette et Mathieu Valbuena, c’est le pari tenté et réussi en cette fin d’année 2016 par le staff lyonnais. Quatre joueurs qui ont été tour à tour décisifs durant ces dernières semaines et qui ont porté haut les ambitions du jeu lyonnais.


La fin d’année 2016 a donc laissé entrevoir de grands espoirs pour la suite. Malgré les éliminations en Ligue des Champions et en Coupe de la Ligue, les challenges sont encore nombreux : le championnat, la Coupe de France et la Ligue Europa. Trois compétitions qui doivent permettre à l’OL de briller en 2017.

Sur le même thème