masculins / OL - LOSC J-2

Lisandro : « Sortir de cette situation »

Publié le 15 octobre 2010 à 11:45

Avant l’entraînement matinal, Lisandro s’est présenté devant la presse. L’Argentin a fait un point sur son état de forme et répété à plusieurs reprises que l’OL se devait de « sortir de cette situation ».

Comment vous sentez-vous ?
Je me sens très bien. Je suis en bonne forme physique. J’ai déjà récupéré. On dirait que je suis sorti de l’impasse de blessures à répétition dans laquelle j’étais. Je me donne maintenant à 100% à l’entraînement.

Comment jugez-vous le début de saison de l’Olympique Lyonnais ?
Difficile, même très difficile. En championnat, on est dans une position dont personne ne voudrait. On doit travailler beaucoup avec l’optique de retrouver la position qui nous convient le mieux, c'est-à-dire en haut du classement.

Quelles sont vos relations avec Claude Puel ?
Elles sont parfaites, et toujours pleines de professionnalisme et de respect. Ces derniers temps, on me pose toujours cette question, et je donne toujours la même réponse. Il est de plus logique qu’il y ait de la tension autour de chaque rencontre. C’est nous les responsables de la situation que l’on vit. On doit gérer la tension autant que la pression. Lorsque l’équipe ne joue pas très bien ou ne gagne pas, c’est toujours l’entraîneur qui est visé. C’est normal au regard de notre situation. Il s’agit maintenant d’en sortir.

Ressentez-vous une pression particulière à l’approche de la date du bilan que fera votre président ?
En ce qui concerne cette date, je n’ai pas à donner une opinion, je n’en ai d’ailleurs pas. Ce n’est pas mon rôle. Nous, notre rôle est de gagner sur le terrain. C’est d’une certaine manière ce qui peut entraîner le maintien de l’entraîneur. Y a-t-il une pression extraordinaire par rapport à cela ? Non, on en a déjà pas mal quand on regarde le classement.

Avez-vous le sentiment que les joueurs soient protégés ?
Les gens, comme les supporters ou les journalistes se sont déjà pas mal occupés des joueurs. Ils insistent également beaucoup sur le montant des transferts. Quand l’équipe se trouve en difficulté, il est logique de voir surgir des attaques contre l’entraîneur et les joueurs. En Argentine, ce serait encore pire. Mais sachez que personne, ni nous, les joueurs, ni l’entraîneur, ni le président n’aimons nous retrouver dans la situation que nous connaissons. Donc, au-delà des critiques, notre objectif est de sortir de celle-ci.

On a beaucoup parlé de votre préparation. On a entendu dire que vous ne vous étiez pas préparé comme il le fallait. Qu’avez-vous à répondre à cela ?
Comme tout le monde le sait, j’ai eu une blessure au tendon d’Achille. Je suis rentré de vacances en forme. Il est vrai que j’avais 2 kilos de trop, mais pas 4 ou 5 comme cela a été dit. Je dirais même que ma forme était meilleure que celle de la saison passée. J’ai ensuite été éloigné en raison d’une lésion au tendon d’Achille et non un problème musculaire.

Êtes-vous frustré par votre début de saison ?
J’ai senti une certaine tristesse, parce que je voulais être à 100%, notamment physiquement. J’étais également triste de voir que l’équipe n’obtenait pas de bons résultats mais que je ne pouvais pas l’aider. C’était donc une situation frustrante.

On attend beaucoup de votre association avec Yoann Gourcuff. Comment la percevez-vous ?
On est en train de se découvrir, de se connaitre. On n’a pas eu l’occasion de partager beaucoup d’entraînements ou de rencontres. Il s’agit d’un joueur qui a beaucoup de qualités, ce n’est donc pas difficile de s’entendre avec lui sur le terrain. Espérons que l’on aura à partir de maintenant davantage de moments d’entrainement et de match communs afin que l’on puisse mieux se connaitre.

Quelle est l’importance de votre but à Nancy ?
C’est très positif. Pour un attaquant, il est très important d’avoir de la réussite. Mais je suis aujourd’hui dirigé vers l’obligation de retrouver un bon état physique,  un rythme. Lorsque ce sera le cas, beaucoup d’autres buts suivront.

Un mot sur le LOSC…
C’est une équipe difficile à battre, une belle équipe, efficace, qui joue bien. Pour nous, d’une certaine manière, c’est une bonne chose que de les rencontrer actuellement pour sortir de la situation que nous connaissons. En cas de victoire, la récompense n’en sera en effet que plus belle.

Comptez-vous endosser un peu plus un rôle de leader ?
Je ne pense pas avoir à tenir un rôle spécifique. J’essaie toujours de travailler le mieux possible et de communiquer mon énergie à mes coéquipiers, afin que l’on parvienne tous ensemble à l’emporter. Mais il y a dans l’équipe des joueurs qui sont là depuis longtemps, depuis plus longtemps que moi, qui sont habitués à assumer le rôle de leader. Ce qui est important, c’est que tous ensemble on puisse s’encourager pour sortir de la situation dans laquelle on se trouve, c’est ce qui demeure l’objectif numéro un.

Sur le même thème