masculins / Liverpool - OL

Liverpool - OL dans la presse

Publié le 20 octobre 2009 à 11:48 par BV

La rencontre entre Liverpool et l’OL occupe une large place dans les quotidiens de ce mardi 20 octobre.

[IMG50183#L]« L’OL peut le faire » s’exclame L’Equipe qui souligne qu’un succès des coéquipiers de Hugo Lloris serait une « sensation ». Et d’ajouter que « Liverpool – « Un monument à faire tomber » - semble au bord du gouffre. Lyon saura-t-il le pousser dedans ? » interroge le quotidien sportif qui, arguant que « depuis que Rafael Benitez est arrivé aux commandes, en 2005, personne n’est arrivé à l’(y) faire basculer, » prévient : « il va quand même falloir que Lyon pousse très fort. » Sur la mauvaise passe actuelle du club de la Mersey, Vincent Duluc met en garde : « il faut se méfier de ces apparences comme de la peste et du choléra réunis. Il existe dans l’histoire de ce club et dans les veines de cette ville une résistance particulière à la fatalité, le prix d’une mythologie locale marquée par le chômage et les Beatles, comme s’il était plus facile d’y trouver la gloire qu’un travail. » Le quotidien sportif dresse un portrait inquiétant de l’adversaire de l’OL : « insuffisant en Premier League, infernal en Ligue des Champions. » La solution serait aussi simple que délicate à réaliser : « ce que Lyon va devoir renverser ce soir, c’est une culture du jeu, une culture de l’Europe, mais aussi une culture de l’effort et du dépassement de soi. »
Le quotidien sportif pointe les enjeux clés de la rencontre : la capacité du milieu lyonnais à développer un volume de jeu européen, l’incertitude entourant la faculté des Reds à se passer de leur meilleure arme offensive, Fernando Torres. Seul certitude découlant de cette absence : Steven Gerrard devrait retrouver un rôle plus offensif, un rôle qui lui convient.
Régis Testelin retrace le parcours de Hugo Lloris, de ses débuts au CEDAC de Cimiez à l’enfer d’Anfield, ce soir. De Frédéric Antonetti à Philippe Bergeroo, en passant pas Bruno Valencony, les éloges pleuvent.

[IMG50184#L]Hugo Lloris est également en Une du Progrès. Sur des photos de Stéphane Guiochon, le portier lyonnais et Steven Gerrard croisent leurs regards. « A Liverpool, l’OL face à la légende et à son destin » titre le quotidien régional. « L’OL a une trop riche expérience de la Ligue des Champions, depuis dix ans, pour s’effrayer d’un volcan même rouge de braises », écrit Jean-François Gomez. Autre danger qui guette les Lyonnais : « le doute, qui espérons-le, n’aura pas fait le voyage à Liverpool, dans les valises des joueurs. L’OL doit remettre son football dans le sens de la marche, après sa défaite face à Sochaux. »
Le Progrès met en lumière Miralem Pjanic : « Pjanic sur la grande scène… » Sous la plume de Christian Lanier, le meneur de jeu bosniaque reconnait qu’il s’agit de « l’un des plus beaux matches de (sa) carrière, l’ambiance, le stade ». Avant de confier que tout cela « ne (l’)impressionne pas ».
Le face à face d’Antoine Osanna met aux prises deux joueurs qui sont toujours restés fidèles au club de leurs débuts : Steven Gerrard (dont « on se demande par quelle aberration il n’est pas encore Ballon d’Or ») et Sidney Govou.

[IMG50185#L]Si le Parisien consacre sa Une à l’équipe de France, qui a hérité de l’Eire pour obstacle en barrages pour la Coupe du Monde 2010, au travers de Karim Benzema qui trouve l’adversaire « excitant », une page est consacrée à la troisième sortie de la saison des Lyonnais en Champions League. Anthony Réveillère confie à Yves Leroy que « cette double confrontation est un tournant dans la poule ». La technique à adopter ? « Nous devons jouer pour gagner parce qu’on ne peut pas faire autrement à Lyon, » déclare le latéral olympien.

« L’OL face au mythe » titre le Dauphiné Libéré tandis que Le Monde s’attarde sur « Anfield, un stade mythique, un quartier délabré ». Ce « quartier dont les joueurs de l’OL ne verront que le stade (…) est un morceau de ville fantôme », explique Clara Georges. On y cultive également un désamour fort pour « les deux Yankees », Tom Hicks et George Gillett… les propriétaires américains du FC Liverpool qui auraient « endetté le club jusqu’au coup » selon les fans des Reds. Stanley Park, la future enceinte du club, qui devrait revigorer le quartier est toujours à l’état de projet mais Anfield se rénove peu à peu à l’image du démarrage d’un vaste programme de relogement qui vise à démolir 1400 maisons insalubres et à en bâtir de nouvelles. La passion pour les Reds, elle, est intacte.
Sur le même thème