masculins / ASSE 1 - OL 3

L’OL annonce la couleur

Publié le 03 mars 2007 à 19:50 par BV

A Geoffroy-Guichard, les Lyonnais ont aisément remporté le derby contre Saint-Etienne et préparé de la meilleure des manières leur huitième de finale retour contre l'AS Rome. Après un très délicat mois de janvier, les hommes de Gérard Houllier ont confirmé leur très net regain de forme.

Avec 10 points pris lors de leurs quatre derniers matchs de Ligue 1, le bilan est plus que prometteur à quelques jours de la réception de la Roma. Au-delà de l’aspect comptable qui leur permet de conforter leur avance en tête de la Ligue 1 –avec 16 points d’avance sur leurs poursuivants-, les champions de France peuvent se satisfaire d’avoir parfaitement su répondre présent durant ce rendez-vous tant attendu. Plus qu’un enseignement, une confirmation : cet OL là semble en mesure d’élever son niveau de jeu à chaque fois que le besoin s’en fait sentir.

Les Verts l’ont appris à leurs dépens. Les Ligériens ne peuvent pas réécrire leur histoire toutes les semaines. Vainqueurs pour la première fois au Parc des Princes la semaine dernière, ils n’ont jamais été en mesure d’inquiéter l’OL. Une habitude qui a cours depuis près de treize ans (1994 et 15 derbys). Pis : comme lors de la saison 2004 – 2005, ils se sont inclinés sur leur pelouse du stade Geoffroy-Guichard, subissant même leur plus large revers dans leur antre. Dominés dans le jeu et par l’enjeu, ils se sont, il est vrai, singulièrement compliqué la tâche au cours d’une première période largement à l’avantage des Gones.
Trop rares furent en effet les éclairs verts. Ilan s’essaya sans réussite à l’entrée de la surface (2e). La tête non cadrée d’Hognon n’inquiéta pas Grégory Coupet (22e). Toulalan, Cris et Coupet cafouillèrent aux six mètres (26e). Perquis ne put attraper le cadre (41e) et Hognon vit sa frappe contrée par Toto Squillaci (44e). Ce fut tout et bien peu pour des Verts dont la cinquième place de la Ligue 1 laissait augurer une tout autre prestation offensive.
Sûrs de leur domination, les Lyonnais récitaient quant à eux leur partition. Dans la lignée de leur seconde période face à Sochaux, les hommes de Gérard Houllier regagnèrent les vestiaires nantis de deux buts d’avance.
Remplaçant d’un soir de Juninho dans l’entrejeu rhodanien, Kim Källström alluma la première banderille. Profitant d’une relance dans l’axe de Vincent Hognon, le Suédois n’eut aucune difficulté à ajuster Jérémy Janot (29e). Logique et méritée, l’ouverture du score lyonnaise vint récompenser une entame de match parfaitement maîtrisée par les quintuples champions de France. Auparavant, Fred n’avait pu trouver le chemin des filets de la tête (14e). Eric Abidal avait frappé au dessus (23e) et Kim Källström avait tiré à droite du but de Janot (24e).
A l’attaque pour tenter de revenir au score, les coéquipiers d’Ilan se découvrirent. Il n’en fallait pas plus pour que Tiago, d’une merveille de lob à l’entrée de la surface, ne double la mise (38e).
Sonnés juste avant le retour aux vestiaires, les Verts burent le calice jusqu’à la lie dès l’entame de la seconde période. La faute à un Fred qui retrouve son formidable niveau automnal et confirme son terrifiant réalisme. Comme face à Lille, sur un coup franc lointain, le Brésilien catapulta le cuir dans la lucarne gauche du portier stéphanois, inscrivant au passage son 3e but lors de ses trois derniers matchs de Ligue 1 (47e), son 12e de la saison toutes compétitions confondues.

Le tardif sursaut stéphanois ne permit pas aux hommes d’Ivan Hasek de revenir à la hauteur de leurs visiteurs. Après des tentatives infructueuses de Feindouno, bien claquée par Coupet (60e), et Hognon, au dessus (67e), Gomis réduisit le score d’une frappe opportuniste du pied droit (79e).
Côté lyonnais, ni Källström (70e), ni Malouda (71e), ni Baros (82e) ne purent donner encore plus d’ampleur à un succès depuis longtemps acquis. L’ultime tentative de Guarin trouva les gants de Grégory Coupet (90e).

Comme de coutume cette saison entre Rhône et Saône, les Lyonnais ont remporté leur rencontre précédant un match de Ligue des Champions. Pas le temps pourtant de savourer. Tous les regards sont désormais tournés vers le huitième de finale de Ligue des Champions contre la Roma. Si la qualification est bien entendu très loin d’être acquise, les Rhodaniens peuvent se targuer d’avoir mis tous les atouts de leur coté. Une habitude désormais très lyonnaise de lier l’utile à l’agréable.
Sur le même thème