masculins / OL 2 - Troyes 0

L'OL assure l'essentiel

Publié le 09 septembre 2006 à 22:11 par BV

A Lyon, depuis 7 ans et la signature d’un bail ininterrompu pour la Ligue des Champions, le mois de septembre des Olympiens est traditionnellement très attendu par les supporters.

6 matchs en 3 semaines, le calendrier rhodanien s’accélère singulièrement en même temps qu’il voit poindre les premiers sommets européens. Première ascension pour les hommes de Gérard Houllier à seulement 4 jours de la réception du Real Madrid, la venue de Troyes s’apparente à une rampe de lancement idéale en même temps qu’elle présente tous les attributs d’un match piège.

Une trompeuse quinzième place des Aubois associée à l’impérieuse nécessité pour le coach olympien de faire tourner un effectif grandement mis à contribution par 3 déplacements en août et les 3 rendez-vous des sélections nationales; il n’en fallait pas plus pour que les Olympiens méfiants entament la partie tambour battant afin de se mettre rapidement à l’abri.
Alors que Florent Malouda, Anthony Réveillère, Eric Abidal et Fred avaient pris place sur le banc, remplacés par François Clerc, Sylvain Wiltord, Jérémy Berthod et John Carew, en bon capitaine, Juninho montrait le chemin à suivre dès les premières minutes. Deux frappes non cadrées à 20 mètres du but (5e et 12e), un centre puissant qui longea la ligne sans trouver preneur (10e) : autant de signes avant-coureurs d'une ouverture du score olympienne imminente.
Sur un corner du Brésilien, Cris surgit au premier poteau pour inscrire son 3e but contre Troyes après l’inoubliable doublé de la saison passée (15e). Les « Cris, Cris, Cris » résonnaient une nouvelle fois dans Gerland pour saluer l’exceptionnelle réussite du « policier » devant les hommes de Jean-Marc Furlan.

Malgré cet avantage, les Lyonnais ne ménageaient pas leurs efforts. Sur coup franc, Juninho trouva les gants de Le Crom (34e) avant que John Carew ne frappe sur le portier troyen, après une somptueuse ouverture en profondeur de Sidney Govou (40e), puis dans le petit filet (44e). Les Lyonnais regagnaient les vestiaires sur un avantage d’1 but à 0 flatteur pour des Aubois qui ne se seront montrés dangereux que sur une frappe de Bangoura dégagée des deux poings par Grégory Coupet (26e).

Les Rhodaniens entamèrent la seconde période comme la précédente. Juninho ne trouva pas le cadre (50e et 56e) et Tiago enleva trop sa frappe (54e). Après une astucieuse louche en profondeur de Jérémy Berthod, Sylvain Wiltord centra en retrait pour Fred, entré en jeu en lieu et place de John Carew, mais Le Crom sortit parfaitement pour empêcher le Brésilien d’inscrire son 3e but de la saison (65e). Quelques minutes plus tard, son enchainement contrôle de la poitrine suivi d’un crochet et d’une passe en profondeur permit à Tiago de se retrouver en position favorable mais le Portugais perdit son un contre un face au gardien aubois (69e). D’humeur généreuse, Fred se mua une nouvelle fois en passeur pour décaler Juninho au terme d’un une-deux côté gauche entre Karim Benzema et Kim Källström, remplaçants de Tiago et Sidney Govou. La frappe de Juni à l’entrée de la surface s’échappa à gauche du but troyen (76e).
Gigliotti fit passer un tardif frisson dans les travées de Gerland en envoyant sa tête sur la barre transversale de Grégory Coupet (85e). Conscient de la nécessité de mettre les siens à l’abri au risque de voir l’injuste scénario de la rencontre face à Toulouse se reproduire, Juninho se chargea de rassurer les 37 391 supporters rhodaniens. D’un coup franc dévié par Nivet, il inscrivit son premier but de la saison, donnant ainsi un peu plus d’ampleur à la victoire lyonnaise (86e).
Dans les dernières minutes, ni la frappe lointaine de Nivet (88e) ni le un contre un perdu par Sylvain Wiltord (90e), ne furent couronnés de succès.

Au terme d’une rencontre parfaitement maitrisée, les joueurs lyonnais remportent leur 4e victoire en 5 rencontres de Ligue 1, reprennent la tête du championnat avant le déplacement de l’OM au Parc des Princes et préparent de la meilleure des manières, leur affrontement face au Real Madrid.
Sur le même thème