masculins / OL - Sochaux : 4 - 1

L'OL au finish

Publié le 09 février 2008 à 22:24 par BV

Quels enseignements a bien pu tirer Sir Alex Ferguson, présent dans les tribunes de Gerland, du large succès de l’OL face à Sochaux (4-1) ? Tout d’abord, que c’est en position de leader de la Ligue 1 que les Lyonnais accueilleront Manchester dans 11 jours; grâce à ce succès aux dépens de Sochaux, l’OL conserve en effet ses 4 points d’avance sur Bordeaux. Autre statistique que n’a certainement pas manqué de relever le technicien écossais : si les coéquipiers de Grégory Coupet sont loin de se montrer rayonnants à l’extérieur, ils restent sur une série de 3 victoires consécutives à Gerland depuis près de deux mois. Le manager des Red Devils a aussi certainement vu qu’en seconde période, les champions de France ont souvent subi le rythme des Sochaliens, ne se procurant que trois véritables occasions ; pour autant de buts ! Il a enfin noté ce qu’il savait déjà : avec Juninho, l’OL est mieux que sans. Titulaire malgré une fracture du 5e orteil du pied gauche, le Brésilien a été déterminant sur les deux premiers buts lyonnais, avant de laisser sa place à Källström à un quart d’heure de la fin.

Il ne fallait pas trainer dans les allées de Gerland avant le coup d’envoi. Après à peine deux minutes de jeu, Hatem Ben Arfa transperça la défense sochalienne, sa talonnade ne trouva pas preneur mais permit à Juninho de déposer un corner sur le crane de Bodmer (2e, 1 – 0).

En première période, Sochaux dut se contenter des quelques miettes laissées par l’arrière garde lyonnaise au sein de laquelle Jean-Alain Boumsong disputait sa première rencontre à Gerland sous le maillot lyonnais. Seuls Isabey, d’une frappe dans les gants de Grégory Coupet (13e), et Dalmat d’un tir trop écrasé (34e), tentèrent leur chance. Mais faute de réalisme, ils laissèrent à leurs visiteurs l’espoir de ramener un point de leur deuxième visite de la saison à Gerland . A 20 mètres, Juninho frappa au dessus (20e); seul face à Richert, Karim Benzema ne cadra pas (22e); le portier doubiste boxa ensuite en corner le coup franc lointain de Juninho (28e); lancé en profondeur par Sidney Govou, Hatem Ben Arfa fut trop court (43e).

Et ce qui devait arriver arriva. Les puristes diront que tout but demande faute. Il n’empêche que certains semblent plus évitables que d’autres. Au départ, il y a une touche sochalienne sur le coté droit. Anthony Réveillère est prêt à remplacer Fabio Grosso. Ce dernier se dirige vers la ligne de touche pendant que N’Daw joue vite la remise en jeu pour Maurice-Belay dont le centre trouve Pancrate tout seul au second poteau (53e, 1 – 1).

Par la suite, les joueurs d’Alain Perrin se montrèrent longtemps incapables de prendre le jeu à leur compte. Ils auraient même pu lâcher quelques points en route si les Doubistes avaient mieux exploité leurs opportunités de doubler la mise. Coupet capta le tir d’Erding (56e) ; sur un centre d’Isabey, Toulalan dégagea devant l’attaquant sochalien (66e); la tête de Maurice-Balay s’enfuit à droite du poteau (81e); Erding fut ensuite à deux doigts d’intercepter le ballon dans les pieds du gardien lyonnais puis écrasa trop sa frappe (87e).

Sir Alex Fergusson n'était alors plus là. Pourtant, depuis sa finale victorieuse de la Ligue des Champions en 1999, il sait qu’il ne faut pas quitter un stade avant la fin de la rencontre. Il en a encore eu une démonstration ce soir. Car le finish des Olympiens fut dévastateur et riche en enseignements pour une arrière garde mancunienne souvent présentée comme le point faible de la « Red Army ». Juninho déposa son coup franc sur le poteau de Richert, le cuir revint sur Mathieu Bodmer pour son second but de la soirée (76e, 2 – 1). Fred se chargea ensuite de mettre en application ses affirmations selon lesquelles il pourrait jouer aux cotés de Karim Benzema. Il délivra tout d’abord une passe parfaite pour Sidney Govou qui nicha le ballon dans la lucarne (90e, 3 – 1). De la poitrine, il décala ensuite Benzema pour le 25e but de la saison toutes compétitions confondues de l’attaquant lyonnais (92e, 4 – 1).
Sur le même thème