masculins / Dynamo Kiev 0 - OL 3

L'OL avance à grands pas

Publié le 17 octobre 2006 à 22:57 par BV

Le miracle ukrainien n’a finalement pas eu lieu… loin s’en faut. Les joueurs d’Anatoli Demiananko ont logiquement subi la loi d’un Olympique Lyonnais sérieux et appliqué.

Si d’aucuns craignaient un relâchement des Rhodaniens, les champions de France ont une nouvelle fois répondu par une démonstration d’aisance et de maîtrise, remportant leur 10e victoire d'affilée.

« Il nous faudra marquer tôt » avait prédit Eric Abidal. Après cinq minutes de pressing kiévien, les Olympiens, emmenés par un Kim Källström visiblement peu gêné par les 0° ambiants, prirent le match à leur compte. Titularisé en lieu et place de Tiago, le Suédois ne patienta guère avant de déclencher sa première frappe puissante au sortir d’une succession de dribbles (4e). Mettant au supplice la défense ukrainienne il justifiait ainsi pleinement la confiance accordée par Gérard Houllier. Dans la foulée, son astucieux centre en retrait trouva François Clerc en bonne position mais le néo-international français vit sa tentative repoussée par la défense adverse (8e). Autre joueur peu habitué cette saison aux joies du onze de départ, Alou Diarra s’essaya à son tour dans l’exercice de la frappe de loin mais Lutsenko se détendit parfaitement pour capter le cuir (22e).

Avec 2 défaites en autant de rencontres, les Ukrainiens, dans l’obligation de réagir au risque de voir s’envoler leurs derniers espoirs continentaux, s'enhardirent. Serguei Rebrov fit passer un frisson dans les rangs olympiens en trompant Rémy Vercoutre avant de voir son but refusé pour une position de hors-jeu (15e). Le portier lyonnais dut par la suite s’employer sur une tête au premier poteau d'Artem Milevski (21e). Vif et à la hauteur de l’événement, le traditionnel suppléant de Grégory Coupet sortit parfaitement dans les pieds du Brésilien Rincon (28e) pour préserver ses buts inviolés (30e).

Comme souvent avec cet Olympique Lyonnais au mental d’acier, c’est durant une période de « moins bien » que l’équipe rhodanienne fit la différence. Sur un coup franc à 20 mètres, consécutif à une faute de Correa sur Florent Malouda à l’entrée de la surface, Juninho déposa le cuir dans la lucarne de Lutsenko, inscrivant à cette occasion le 12e but de sa carrière en Ligue des Champions, son tout premier de la saison dans la compétition continentale (30e).

Comme souvent avec cet Olympique Lyonnais au pouvoir d’accélération dévastateur, c’est sans pitié que les champions de France assommèrent leur adversaire
. Retrouvant ses allants offensifs du début de rencontre, Kim Källström fit étalage de sa formidable technique en contrôlant « en porte-manteau » la passe en profondeur de François Clerc avant d’ajuster Lutsenko d’une frappe au ras du poteau (38e). Grâce à sa première réalisation sous les couleurs lyonnaises l’ancien Rennais, qui s’était jusqu’alors surtout illustré par sa capacité à mettre sur orbite ses partenaires, offrit aux siens une avance plus confortable en même temps qu’il confirma les récurrentes difficultés ukrainiennes à stopper les hémorragies adverses.

La seconde période débuta comme s'était terminée la première. Sur un corner de Juninho, Florent Malouda s’éleva pour placer sa tête au premier poteau et inscrire son 4e but de la saison (50e). Dépassés, se montrant incapables d’endiguer les assauts rhodaniens, les Ukrainiens furent tout proches de boire le calice jusqu'à la lie mais El Boukkari sauva sur sa ligne un centre de Malouda (52e).

L’addition était lourde pour des Kiéviens dépassés par le jeu, et par l'enjeu, mais aux qualités techniques et collectives certaines. Dans leur volonté de sauver l’honneur, les hommes d’Anatoli Demianenko permirent à Rémy Vercoutre de briller et rassurer ses partenaires quant à sa capacité à répondre présent lors des importantes échéances à venir. Le portier lyonnais se détendit parfaitement sur un coup franc lointain de Rodrigo (54e). Sous un feu nourri, il claqua d’une somptueuse claquette-réflexe la tête à bout portant du Nigérian Yussuf (59e) avant de voir la frappe de Mikhalik filer au ras de son poteau (60e).

Maitrisant leur sujet, les Lyonnais gérèrent parfaitement la dernière demi-heure. Cris récita tout son répertoire défensif, multipliant les interventions aériennes et les anticipations judicieuses. Dans les arrêts de jeu, la frappe de Fred vint lécher le montant droit du but adverse (90e).

Grâce à ce succès, les Rhodaniens remportent leur 3e victoire en autant de rencontres et font un grand pas vers la qualification. En tête avec 9 points au compteur et un somptueux bilan de 8 buts marqués pour aucun encaissé, les Gones franchissent les obstacles sans coup férir. Ils confirment également la qualité et la profondeur de leur banc, indispensables atouts pour continuer à rêver aux plus belles aventures.

Retrouvez dès minuit le résumé vidéo de la renconte sur OLWEB Premium
Sur le même thème