masculins / Troyes 1 - OL 0

L'OL cède sur le fil

Publié le 04 février 2007 à 20:38 par BV

Les Lyonnais s’acheminaient tout doucement vers un résultat en demi-teinte, vers un match nul dont on ne sait s’il aurait constitué un bon point de pris ou deux de perdus, mais Nivet s'est chargé dans les arrêts de jeu de noircir le tableau.

Après l’ultime corner de la rencontre, bonifié par Nivet, le bilan de ce déplacement dans l’Aube n’a plus rien à voir avec ce dilemme accompagnant les soirées de partage des points.
Comme lors de son déplacement à Marseille, les Olympiens ont flanché dans les dernières minutes, devant la volonté Troyenne de faire la différence en fin de match, sur ce trait de caractère dont ils usaient à merveille il y a encore peu et qui faisait leur force avant la trêve.

Pour ce 23e opus de la saison en Ligue 1, Gérard Houllier avait décidé de reconduire un 4-3-3 « lyonnais ». « Le milieu en triangle est un système qui correspond bien à la qualité de mes joueurs » avait confié l’entraîneur rhodanien. Suspendu lors du déplacement à Marseille, Jérémy Toulalan retrouvait sa place dans l’entrejeu olympien et ne tardait pas à se mettre en évidence. Sa première tentative lointaine n’attrapa pas le cadre (2e). Sa seconde trouva les gants de Le Crom (20e).
A la pointe de l’attaque, Fred, préféré à Milan Baros, n’eut que peu de munitions pour prendre à défaut le gardien troyen. Profitant d’une remise de la tête de Sidney Govou, le Brésilien buta sur le portier aubois (10e), se procurant sa première, et dernière, occasion de la rencontre.
Si les Lyonnais pouvaient légitiment arguer l’attentisme et la frilosité de leurs opposants pour justifier leur manque de réussite en janvier, ils ne peuvent au terme de ce revers à Troyes s’en prendre qu’à leur maladresse dans le dernier geste pour expliquer leur incapacité à prendre à revers une équipe auboise joueuse et bien décidée à pleinement exploiter les espaces laissés par les quintuples champions de France.
Durant une première période légèrement à l’avantage de leurs visiteurs, les Troyens ne rechignèrent guère à jouer crânement leur chance, se créant la meilleure occasion de la première période. Grégory Coupet cueillit avec soulagement, et réussite, le coup franc de Gaël Danic après un rebond sur son poteau (12e) puis claqua la puissante frappe du gauche du même Danic (27e) et se détendit parfaitement pour capter son centre tendu (38e).

Si les Troyens jouaient vaillamment chacune des opportunités concédées par l’arrière garde olympienne au sein de laquelle Patrick Müller suppléait Toto Squillaci blessé, les coéquipiers de Fred éprouvaient des difficultés à se mettre en bonne position. Sur son aile gauche, « Flo » Malouda s'employait pour faire la différence. Le Guyanais fut une première fois trop court pour reprendre le centre de Tiago (13e) avant de voir ses tentatives s’enfuir trop à gauche du but de Le Crom (29e) et (44e). Sur coup franc, Juninho s’essaya à son tour sans plus de réussite (31e et 35e). Patrick Müller sur Le Crom (32e), puis Cris au dessus (35e), firent à leur tour frissonner le stade de l’Aube sans réussir à débloquer le tableau d’affichage.

L’entame de seconde période sonna comme un avertissement pour les Lyonnais. Sur la lancée de leur bonne première mi-temps, les joueurs de Jean-Marc Furlan mirent rapidement Grégory Coupet à contribution. Le gardien rhodanien stoppa la tentative à bout portant de Danic (48e) et Nivet ne cadra pas sa tête (48e).
Les leaders de la Ligue 1 reprirent bien vite le dessus dans le jeu pour maintenir la pression sur leurs hôtes. Juninho et Fred frappèrent sur Le Crom (57e) et (66e). Malouda et Govou écrasèrent trop leurs tirs (68e et 71e).
Les entrées d’Hatem Ben Arfa et Milan Baros, au profit de Sidney Govou et Fred, n’infléchirent guère un scénario devenu inéluctable au fil des minutes. L’international tchèque n’attrapa pas le cadre (86e). Semblant attirer le cuir, Le Crom capta aisément l’ultime frappe de Malouda (89e). A mesure que les Lyonnais gâchaient leurs munitions offensives, l'angoisse de l'estocade troyenne tant redoutée se faisait plus intense. Et Nivet délivra les siens au bout des arrêts de jeu (93e).

Les Lyonnais n’ont plus humé le si doux parfum du succès en Ligue 1 depuis plus de deux mois (le 17 décembre 2006 lors de la 18e journée). Une certitude comptable : le rythme des quintuples champions de France ne leur facilite pas la tâche sur la route qui pourrait les mener vers un sixième titre de rang en Ligue 1. Depuis leur retentissant succès à Lens 4 buts à 0, les hommes de Gérard Houllier ont ainsi perdu à trois reprises et concédé deux matchs nuls. Ils peuvent certes toujours s’appuyer sur leur important matelas de points constitué avant la trêve mais il leur faudra toutefois très vite retrouver la recette de la victoire. « La route qui mène au succès n’est jamais une ascension linéaire. Il y a des moments plus difficiles, plus rocailleux, des périodes d’adversité » avait concédé Gérard Houllier au soir du revers à Marseille. L’OL retrouvera à n’en pas douter très vite un terrain moins accidenté et plus conforme à ses ambitions. Reste pour l’heure à faire le dos rond avant des lendemains plus chantants.

Retrouvez dès minuit le résumé vidéo de la rencontre sur OLWEB PREMIUM
Sur le même thème