masculins / Lens 3 - OL 0

L’OL chute lourdement à Lens

Publié le 20 janvier 2008 à 23:01 par BV

Sur la pelouse de Lens, l’OL a concédé sa seconde défaite de la semaine (0 – 3), après le revers en quarts de finale de la Coupe de la Ligue au Mans (0 – 1). Au classement de la Ligue 1, les champions de France possèdent désormais trois points d’avance sur les Girondins de Bordeaux.

Les deux dernières sorties des Olympiens face à Toulouse et au Mans avaient révélé quelques lacunes défensives. Des manques de concentration ou oublis qu’ils avaient à chaque fois payés comptant. Le voyage dans le Pas-de-Calais les a confirmés.
Les joueurs d’Alain Perrin n’ont en effet pas concédé beaucoup d’occasions mais elles ont immanquablement accouché de situations extrêmement dangereuses.

En première période,Grégory Coupet n'eut ainsi qu'une seule sortie à exécuter dans les pieds de Touafilou Maoulida (13e). En seconde mi-temps, les joueurs d'Alain Perrin offrirent quatre (énormes) opportunités à leurs hôtes et furent punis... trois fois ! A la réception d’un centre de Monterrubio, Maoulida devança Fabio Grosso de la tête pour fusiller Grégory Coupet à bout portant (55e, 1 – 0). Loin de se recroqueviller sur leur but, les Sang-et-Or surent ensuite parfaitement sortir le ballon et exploiter en contres les largesses rhodaniennes. Après un sauvetage sur sa ligne de Grégory Coupet sur une nouvelle tête de Maoulida (64e), Bisevac reprit victorieusement le corner de Monterrubio (69e, 2 - 0). Dans les dernières minutes, l’OL but le calice jusqu’à la lie avec un but de Mangane (89e, 3 -0).

Face à Toulouse il y a une semaine, les Lyonnais avaient dû leur salut au talent offensif de leur trio Juninho – Ben Arfa – Benzema. A Bollaert, Juninho était certes absent, et remplacé par Crosas, mais force est de reconnaitre que la copie rendue par ses coéquipiers fut bien éloignée de celles qu’ils avaient l’habitude de produire, en tout cas bien trop pale pour passer une nouvelle fois entre les mailles du filet.

Si l'absence du Brésilien a certainement privé les champions de France de munitions, notamment sur coups de pied arrêtés, force de frappe sur laquelle ils s'appuyèrent grandement pour pousser en seconde mi-temps face au Mans mercredi, elle ne saurait expliquer à elle seule la timidité de l'attaque lyonnaise. Car même s’ils maitrisèrent dans l’ensemble la première période, les coéquipiers de Marc Crosas, titulaire en lieu et place de Juninho, se montrèrent trop imprécis et guère inspirés, pour tromper la vigilance de Vedran Runje. Karim Benzema écrasa trop sa frappe (4e) ; la défense lensoise dévia ensuite les tentatives lointaines de Crosas (20e, 29e et 42e) ; Runje capta la tentative de Kim Källtröm (35e) ; Benzema ne put reprendre le centre de Ben Arfa (37e) ; en toute fin de première période, Karim Benzema se procura la meilleure occasion rhodanienne mais enleva trop son tir (45e).

Sans doute abasourdis par l'ouverture du score lensoise, les Lyonnais se montrèrent moins entreprenants en seconde période, se contentant de rares réactions. En ordre dispersé, qui plus est, et bien trop tardivement. Après une percée d’Hatem Ben Arfa, Kim Källtröm n’attrapa pas le cadre (59e); la frappe de Grosso frôla le poteau (77e) ; et Runje boxa le tir puissant de Ben Arfa (85e).

Malgré ce second revers en quatre jours, la réaction de Juninho après la défaite au Mans est toujours valable : « Il ne faut pas dramatiser ». La semaine prochaine va revêtir une importance capitale pour les Rhodaniens. Avant de se déplacer à Saint-Etienne, ils accueilleront Lorient dans trois jours. Trois jours qui seront plus qu'utiles à Alain Perrin pour gommer certaines carences et regonfler le moral d'un groupe peu habitué à recevoir de telles corrections.
Sur le même thème