masculins / Steaua Bucarest 0 - OL 3

L'OL confirme avec brio

Publié le 26 septembre 2006 à 22:50 par BV

L’Olympique Lyonnais a parfaitement répondu aux attentes qu’avait fait naître sa victoire face au Real Madrid en ramenant de Bucarest un succès 3 buts à 0. Animés des certitudes d’un grand d’Europe, les Olympiens ont dominé leur sujet pour poursuivre idéalement leur campagne continentale.

Le club lyonnais semble désormais fort de l' assurance du champion qui pourrait bien lui faire espérer les plus beaux destins européens. La constatation s’impose comme une évidence après la victoire des Lyonnais au Ghencea Stadium. A quelques instants du coup d’envoi, la nébuleuse entourant le Steaua laissait pourtant planer le doute. Un effectif roumain aux noms inconnus, une inquiétante place de leader du groupe E chipée au bénéfice d’un succès à Kiev, un bruyant public en guise d’indéniable, et puissant, soutien. Tous les éléments semblaient ainsi réunis pour plonger les Rhodaniens dans l’incertitude et accentuer un peu plus chez les hommes de Gérard Houllier la crainte née de la méconnaissance de l’adversaire.
Premier satisfaction pour l’entraîneur olympien : Tiago, un temps incertain en raison d’un rhume tenace, retrouvait sa place dans l’entrejeu. Sur le côté droit, François Clerc et Sylvain Wiltord se substituaient aux habituels Anthony Réveillère et Sidney Govou. Après sa belle prestation contre le Real Madrid, Patrick Müller retrouvait quant à lui la compagnie de Cris pour reformer un axe central alliant présence physique et sens de l’anticipation.

Malgré une bonne volonté affichée, l’OL aura tardé à se soustraire à la menace que laissait planer l’incertitude entourant cette seconde rencontre de Ligue des Champions. En dépit d’une possession de balle nettement à leur avantage, les Lyonnais durent attendre la fin de la première période pour voir leur avenir européen s’éclaircir.
Fort de sa précieuse expérience européenne, nanti d’une aisance certaine à voyager, l’OL attendit peu avant de priver son hôte du ballon. Récupérant haut, utilisant toute la largeur du terrain, les Olympiens campèrent très vite dans la moitié de terrain adverse pour imposer leur rythme. Dépassés et incapables de s’approcher des buts gardés par Grégory Coupet, les joueurs du Steaua utilisaient régulièrement comme premier secours une utilisation récurrente de la position allongée.
Principal objet d’inquiétude de tout le peuple roumain, Juninho confirma rapidement ses formidables aptitudes dans l’exercice des coups de pied arrêtés. Son coup franc excentré contraint ainsi Carlos Fernandes à une première parade pour extraire la frappe du Brésilien de sa lucarne gauche (6e).
La force des grandes équipes réside assurément dans leur capacité à marquer au bon moment. Les coéquipiers de Florent Malouda intensifièrent donc leur pression à l’approche de la pause. Tout d’abord par l’intermédiaire de Jérémy Toulalan. Sans réussite. Ses frappes trouvant les gants du gardien portugais (38e) puis la forêt de jambes roumaines dressée devant le but (39e). Sur un nouveau duel dos au but, Fred obtint un coup franc dangereux pour le pied expert de Juninho. Déviée par le mur, la frappe du Brésilien s’envola dans le ciel bucarestois. Incapable de capter correctement le cuir, Carlos Fernandes offrit l’ouverture du score à Fred (43e). A l’origine et à la conclusion du but, l’avant centre olympien confirmait ainsi les belles promesses entrevues lors de son superbe début de saison et signait sa seconde ouverture du score de la saison dans la compétition continentale.
L’histoire offre parfois de curieux bégaiements. La saison passée, en déplacement à Rosenborg pour une rencontre en tous points semblable à l’affrontement contre le Staeua, Cris avait déjà inscrit le but de la victoire à quelques secondes de la mi-temps, lançant idéalement la dernière campagne européenne des Rhodaniens.
Dans les arrêts de jeu de cette première période, d’une frappe puissante, Tiago força le portier roumain à une parade douteuse (45e+1).

Les habitudes lyonnaises ont la vie dure. Depuis le début de la saison, les Olympiens s’appliquent avec régularité et méthode à terrasser leurs adversaires en seconde période. Auteur du second but face au Real Madrid il y a deux semaines, Tiago bissa de la tête, reprenant au premier poteau un corner de Juninho (55e).

Et la Steaua dans tout ça ? Incapables de prendre la mesure d’une équipe lyonnaise bien organisée et maitrisant parfaitement son sujet, les joueurs de Cosmin Olaroiu durent se contenter de bien rares opportunités. Les coups francs lointains de Bostina (4e) et Dica (90e), les têtes de Goian (55e) et Oprita (78e) pour seules expressions d’un pouvoir offensif mis en exergue à Kiev mais réduit à la portion congrue par les quintuples champions de France.

Dans les derniers instants, Kim Källström aurait pu donner un peu plus d’ampleur à la domination des Rhodaniens mais sa frappe s’échappa dans le ciel roumain. Partie remise ! Profitant d’une passe décisive de Juninho, Karim Benzema plaça le ballon sous le portier roumain pour inscrire son second but en Ligue des Champions (90e). Les Lyonnais terminèrent leur récital sous les applaudissements d'un public bucarestois connaisseur et admiratif.

Avec 6 points, 5 buts marqués pour aucun encaissé en 2 matchs, ils prennent la tête du groupe E. Un départ appliqué et sérieux, à l’image de cet Olympique Lyonnais qui confirme match après match son formidable potentiel et sa capacité à franchir les obstacles avec la méthode et l’assurance des équipes sûres de leur force. Vivement la suite…

Retrouvez un long résumé vidéo de la rencontre ainsi que le meilleur des réactions en vidéo dès minuit sur OLWEB Premium.
Sur le même thème